Zuckerberg a dit : “L’avenir est privé”, mais cela ne signifie pas ce que nous pensons

Mark Zuckerberg a un nouveau mantra : “L’avenir est privé”.

zuckerberg-vie-privée-lol

C’est une déclaration extraordinaire, vu le messager. Facebook a été embourbé dans un scandale de protection de la vie privée ou un autre presque toute sa vie, et les deux dernières années ont été une montagne russe ininterrompue de crises sans précédent.

Mais le milliardaire de 34 ans se penche de plus en plus sur ce que l’on appelle le pivot de la protection de la vie privée, et mardi, il a présenté sa vision de l’avenir de sa suite d’applications lors de la conférence des développeurs F8, le plus grand événement de l’année pour Facebook.

Elle s’articule autour de six principes fondamentaux : interactions privées, cryptage, permanence réduite, interopérabilité et stockage sécurisé des données. Mais la façon dont Facebook définit la vie privée n’est pas la façon dont les gens ordinaires pourraient la comprendre.

Il y a une raison pour laquelle les investisseurs ne sont pas effrayés

Lorsque les gens parlent de protection de la vie privée par rapport à Facebook, ce dont ils parlent souvent, c’est de la protection de la vie privée de Facebook et de ses algorithmes affamés. L’entreprise a mal géré les données des utilisateurs à plusieurs reprises et à une échelle sans précédent, tout en créant des profils internes extrêmement complexes de ces utilisateurs à des fins publicitaires.

Facebook prévoit maintenant de crypter les messages des utilisateurs les uns aux autres par défaut – et oui, cela signifie que Facebook ne pourra plus lire vos communications privées avec vos amis.

Mais l’entreprise de 550 milliards de dollars US continuera de se faire une idée précise de qui vous êtes, ce que vous faites, à qui vous parlez, les marques que vous aimez, les endroits que vous visitez, les écoles que vous fréquentez, les amis que vous avez, les sites Web que vous visitez et la durée de votre visite, les publicitaires externes qui ont vos données, les pages que vous aimez, les communautés dont vous faites partie, les messages publics que vous publiez, les membres de votre famille et leurs propres intérêts, les événements pour lesquels vous achetez des billets, les amis avec qui vous voulez secrètement avoir des relations sexuelles, les détaillants chez qui vous achetez, les vidéos que vous regardez, les passe-temps que vous avez, et bien plus encore, qui sont tous introduits dans un ensemble complexe et opaque de logiciels pour vous profiler et vous hypercibler avec des annonces.

Sous toutes les cloches de la vie privée et derrière une nouvelle couche de peinture blanche brillante, la machine publicitaire fondamentale reste inchangée.

Imaginez que vous discutez avec votre ami le plus proche pendant qu’un homme d’affaires est assis dans la pièce avec des bouchons d’oreilles.

L’homme vous assure qu’il ne peut pas entendre ce que vous deux dites – mais il se souvient de tout sur où vous êtes, à qui vous parlez, ce que vous portez, et plus encore, et ensuite utiliser cette information pour essayer de vous vendre des choses pendant des semaines après.

Ce n’est pas de la vie privée au sens traditionnel du terme.

Vous ne quittez pas vraiment le jardin de Facebook – il devient juste un peu plus grand

L’approche non conventionnelle de Zuckerberg à l’égard des définitions s’étend également à l’interopérabilité.

Normalement, il s’agit de construire des services de manière à ce qu’ils puissent communiquer et être utilisés sur plusieurs plates-formes exploitées par différentes entreprises : des standards ouverts, tels qu’un fichier image.JPEG qui peut être ouvert sur Windows et MacOS ou un e-mail qui peut être envoyé entre Gmail et Yahoo Mail.

Mais Zuckerberg l’a défini de manière beaucoup plus étroite, que “vous devriez pouvoir utiliser n’importe laquelle de nos applications pour atteindre vos amis”.

Le plan de Facebook est de fusionner Messenger, WhatsApp et Instagram DMs, permettant à tout utilisateur d’un service de signaler tout service à un autre.

Cela peut aider les utilisateurs à court terme, en facilitant la discussion avec leurs amis, mais ce n’est pas de l’interopérabilité dans le sens traditionnel d’une norme véritablement ouverte qui favorise la concurrence. Vous êtes toujours dans le jardin clos de Facebook.

Une véritable interopérabilité pourrait conférer d’énormes avantages aux utilisateurs qui communiquent sur plusieurs plates-formes, mais risquerait également d’éroder la domination de Facebook sur l’écosystème de la messagerie.

La rhétorique de Facebook est d’autant plus remarquable qu’au cours de la dernière décennie, l’entreprise a vanté à maintes reprises les avantages de l’ouverture, suggérant que les inquiétudes au sujet de la vie privée sont exagérées.

“La façon dont les gens perçoivent la protection de la vie privée est en train de changer”, a déclaré M. Zuckerberg dans une entrevue accordée au magazine Time en 2010. “Ce que les gens veulent, ce n’est pas l’intimité totale. Ce n’est pas qu’ils veulent le secret. C’est qu’ils veulent contrôler ce qu’ils partagent et ce qu’ils ne partagent pas.”

(Kevin Roose et Mike Isaac, deux journalistes en technologie du New York Times, ont laissé entendre sur Twitter que le changement rhétorique de Facebook équivalait à de l’“éclairage au gaz”).

Aujourd’hui, face à l’examen de plus en plus minutieux du public et au risque croissant de mesures réglementaires, Facebook affirme qu’il est en train de subir un bouleversement sismique.

Mais il ne fait pas grand-chose pour répondre à des questions plus larges sur l’influence de Facebook sur la société, il évite tout changement véritablement révolutionnaire qui pourrait mettre en danger la position de l’entreprise et laisse intactes les capacités d’impression de la société.

Lire aussi : Mark Zuckerberg pourrait être considéré personnellement responsable des violations de la vie privée sur Facebook

Source : ScienceAlert, Business Insider – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *