Regardez Opportunity et son marathon sur Mars

Par Ian O’Neill,

Le robot Opportunity de la NASA continue d’explorer la planète rouge en dépit d’une série de récents incidents principalement avec la mémoire du robot.

De nouvelles commandes de conduite ont été envoyées au robot vétéran le 27 juin, après que Mars se soit déplacée hors de la conjonction solaire – quand le soleil a bloqué les communications entre la Terre et Mars – et ayant récemment parcouru la distance d’un marathon olympique, la NASA a compilé une vidéo épique documenter sur les six dernière années de l’aventure martienne du robot.

La vidéo est compilée à partir des images capturées par les caméras du robot (Hazcams) depuis qu’il a atterri sur Mars en janvier 2004 jusqu’à avril 2015. Pendant plus de 8 minutes nous voyons le robot explorer les plaines et les cratères Meridiani Planum à travers 42,2 km. Sur la gauche il y a la vue Hazcam et à droite une carte du voyage d’Opportunity.

L’audio a été dérivé à partir des données transmises par l’accéléromètre d’Opportunity. Fait intéressant, en cours de route du robot sur un terrain sablonneux, le son semble étouffé, presque comme le son de la marche sur la neige fraîche.

Le fait qu’Opportunity est encore en service et offre la réalisation de travaux scientifiques novateurs sur Mars plus d’une décennie après l’atterrissage est incroyable, compte tenu que sa première mission était prévue pour durer 3 mois seulement. C’est un exploit d’ingénierie spatiale qui continue de nous étonner chaque jour.

Toutefois ces derniers mois l’équipe en charge de la mission de la NASA a connu un problème récurrent qui se focalise sur la mémoire d’Opportunity.

En 2014, le Jet Propulsion Laboratory de la NASA (Pasadena, Californie) a rapporté que le robot connaissait des problèmes «d’amnésie»; des données de la mission en cours n’ont pas été écrites dans la mémoire du robot. Cela a eu pour effet de déclencher des réinitialisations aléatoires et la perte de télémétrie lorsque le robot était éteint la nuit.

Il y avait un espoir qu’un correctif logiciel téléchargé plus tôt cette année permettrait de résoudre le problème (le correctif permettrait d’éviter l’utilisation d’une banque de données corrompues dans la mémoire flash du robot), mais les événements d’amnésie ont continué, forçant les responsables de la mission à utiliser uniquement la mémoire “volatile” d’Opportunity : le téléchargement de données de la mission à la fin de chaque journée de travail, contournant ainsi la mémoire flash.

“Opportunity peut continuer à accomplir des objectifs scientifiques dans ce mode,” a déclaré John Callas, chef de projet Opportunity au JPL. “Chaque jour nous transmettons les données que nous recueillons ce jour-là.”

“La mémoire flash est une commodité mais pas une nécessité pour le robot,” a ajouté Callas dans un communiqué lundi. “Elle est comme un réfrigérateur de cette façon. Sans elle, vous ne pourriez pas sauver les restes. Tous les aliments que vous préparez ce jour-là devrait soit être manger ou jeter. Sans utiliser la mémoire flash, Opportunity doit envoyer à la Terre les données hautement prioritaires le même jour qu’elle les recueille et perdre toutes les données de faible priorité qui ne peuvent pas tenir dans la transmission”.

Actuellement Opportunity est situé dans “Marathon Valley” sur le bord du cratère Endeavour d’environ 22 kilomètres de large (il a exploré le bord de Endeavour depuis 2011) et les responsables de la mission envisagent d’explorer cette vallée scientifiquement intéressante dans les prochains mois, profitant d’une pente ensoleillée de face.

Depuis la reconnaissance orbitale, Marathon Valley est connue pour contenir des minéraux argileux que le robot peut étudier de près, en espérant qu’il révèle plus de détails sur la façon dont ces argiles se sont formés et sous quelles anciennes conditions humides. Combinées aux données recueillies par le robot Curiosity dans le cratère Gale (et les informations recueillies par la sœur Spirit du robot Opportunity qui a été déclarée perdue en 2010) de la NASA, ces missions de surface passionnantes continuent à fournir des informations critiques sur le passé potentiellement habitable de la planète rouge.

Source : Discovery News via NASA/JPL-Caltech

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *