La police australienne demande aux citoyens de dénoncer les voisins qui parlent de « théories du complot »


La police du Queensland a ordonné aux citoyens de dénoncer leurs voisins s’ils partagent des théories du complot, expriment des “sentiments anti-gouvernementaux” ou “croient aux théories du complot sur le Covid-19”.

“Si quelqu’un connaît quelqu’un qui pourrait avoir un comportement inquiétant concernant des théories du complot, anti-gouvernementales, anti-policières, des théories de conspiration autour de la vaccination Covid-19”, a déclaré le commissaire adjoint Tracy Linford. “Nous voulons être informés de cela. Vous pouvez soit contacter la police directement, soit passer par Crimestoppers.”

Bienvenue dans 1984. C’est à ça que ressemble la Stasi 2.0. Bientôt la police en Australie portera des chemises brunes.

L’Australie n’est pas le seul pays de la région à être tombé.

Le gouvernement autoritaire de gauche de la Nouvelle-Zélande a également ordonné aux citoyens de dénoncer leurs amis et leur famille à la police s’ils les soupçonnent de s’opposer aux politiques gouvernementales, y compris aux mesures du COVID.

Selon la documentation publiée par le gouvernement de Jacinda Ardern, infiltré par le FME, les citoyens néo-zélandais soupçonnés d’être des “théoriciens du complot” feront l’objet d’une enquête en tant que terroristes.

Rebecca Kitteridge, directrice du service de renseignement de sécurité néo-zélandais, a expliqué qu’il existe “des dizaines d’indicateurs” qui suggèrent qu’un membre de la famille ou un ami a été “radicalisé” par les théories du complot et pourrait préparer une attaque terroriste.

Toute personne qui s’oppose aux “politiques gouvernementales interprétées comme portant atteinte aux droits” ou aux “mesures covid prises par le gouvernement” doit être signalée et faire l’objet d’une enquête en tant que terroriste, selon Mme Kitteridge. Regardez :

Sous la direction de la Première ministre Jacinda Ardern, la Nouvelle-Zélande est devenue l’avant-garde du programme autoritaire de gauche du Forum économique mondial. Les citoyens se sont vu retirer leurs droits de manière systématique et impitoyable, et maintenant on leur dit que remettre en question l’autoritarisme du gouvernement est une forme de terrorisme.

Il n’y a tout simplement pas de place en Nouvelle-Zélande pour le débat public. Quiconque a un point de vue différent de celui du gouvernement d’Ardern, infiltré par le FME, est considéré comme un ennemi.

Mme Ardern a signalé le passage du gouvernement en mode fasciste en juillet, en déclarant aux citoyens que le gouvernement est leur “unique source de vérité” et que “si vous ne l’entendez pas de notre bouche, ce n’est pas la vérité”.

Selon Ardern, les citoyens doivent “rejeter tout ce qu’ils entendent”, à moins que ce ne soit émis par le gouvernement.

Les temps sont durs en Nouvelle-Zélande. Mais êtes-vous surpris ? Nous parlons d’un État autoritaire d’extrême gauche, dirigé par la jeune leader mondiale Jacinda Ardern, où les citoyens sont invités à faire entièrement confiance au gouvernement et où les personnes qui osent penser par elles-mêmes et chercher des sources d’information alternatives sont traitées de “théoriciens du complot” et font l’objet d’une enquête en tant que terroristes.

Voilà l’avenir du monde si Klaus Schwab parvient à ses fins.


1 réponse

  1. Patrick dit :

    Et de quel droit ?
    Et qui va surveiller ces services de police ?
    La police est au service des citoyens pas au service du contrôle des opinions. Personne n’a le droit de contrôler les opinions des autres. La Police devrait au contraire s’assurer que chacun puisse s’exprimer librement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *