L’allégorie de la caverne de Platon dit que vous êtes prisonnier de vos sens


Quelle est la nature de la réalité ?

caverne-Platon

Ce n’est pas seulement une question que les étudiants de première année se posent aux petites heures du matin – c’est une question qui dérange les gens depuis des siècles. Au moins 25 siècles, en fait, depuis que le philosophe Platon a écrit son œuvre la plus connue, “La République”, qui contient sa fameuse allégorie de la grotte.

Ombres sur un mur

Platon écrit l’allégorie comme une conversation entre son mentor, Socrate, et un des étudiants de Socrate, Glaucon. Socrate y décrit un groupe de prisonniers ayant vécu enchaînés au mur d’une grotte toute leur vie, incapables de bouger leur tête. Jour après jour, ils observent les ombres projetées sur un mur blanc par les objets qui passent devant un feu derrière eux. C’est toute leur réalité – ils donnent des noms aux ombres et supposent qu’elles sont réelles, ne remettant jamais en question qu’elles pourraient venir d’une autre source.

Mais imaginez, dit Socrate, qu’un prisonnier soit soudainement libéré et puisse tourner la tête. Une fois qu’il regarde le feu, la lumière peut lui faire mal aux yeux, et il sera désorienté par le fait que les ombres qu’il croyait réelles ne sont que des illusions projetées par le feu. S’il quittait la grotte et marchait au Soleil, les choses deviendraient encore plus confuses. Le Soleil serait encore plus brillant que le feu, et il pourrait même voir des reflets de lui-même dans un plan d’eau voisin. Que penserait-il de ses compagnons dans la grotte, demande Socrate ? Il aurait probablement pitié d’eux parce qu’ils vivent dans un si petit morceau de réalité. S’il revenait à la grotte et leur en parlait, ils le prendraient pour un fou.

Ce que tout cela signifie

Dans l’allégorie, le prisonnier qui sort de la grotte est le philosophe, puisque les philosophes peuvent percevoir la réalité d’une manière complètement différente que la personne ordinaire. D’une autre manière, cela décrit également nos limites en tant qu’êtres humains. Nous sommes les prisonniers, et la grotte est la condition humaine. Nous sommes redevables à ce que nos sens peuvent percevoir, et nous ne pouvons jamais aller au-delà. L’histoire de Platon a peut-être des siècles, mais elle est tout aussi poignante aujourd’hui. Du cerveau humain à la matière noire, il y a des domaines de notre existence que nous ne comprendrons peut-être jamais complètement. Nous sommes humains, après tout.

Lire aussi : Avons-nous évolué pour voir la réalité telle qu’elle existe ? Non, selon un psychologue cognitif

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

  1. BlueMan dit :

    Non, cela signifie que nous sommes prisonniers des ombres projetées par des projectionnistes qui habitent dans notre propre maison, c’est-à-dire des éléments animaux étrangers qui infestent notre âme, et qui nous manipulent.

    Il faut chasser les marchands du temple, il faut détruire les nafs du soufisme, il faut dissoudre les agrégats psychologiques, il faut tuer les Démons Rouges de Seth des anciens égyptiens, il faut vaincre les affreuses créatures de la mythologie grecque, il faut tuer l’Ego, le Minotaure qui se cache au coeur du labyrinthe de notre inconnue psychologie.

    “Homme, connais-toi toi-même, et tu connaîtras l’Univers et les Dieux.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *