Orionides : Comment regarder la pluie d’étoiles filantes en 2019


Si vous avez vu une étoile filante lors d’une récente excursion d’observation des étoiles, vous avez repéré le tout début de la pluie de météores des Orionides.

Orionides

Cela se produit chaque automne, en octobre ou au début de novembre, et les heures de grande affluence arrivent bientôt dans le ciel près de chez vous.

Où la voir

N’importe où ! La pluie de météores est visible littéralement n’importe où sur Terre. Vous devez sortir, mais c’est la seule condition.

Quand la voir ?

Cette année, la meilleure fenêtre d’observation se présentera vers le 22 octobre. (C’est un mardi.) Bien que la Lune ne se comporte pas toujours bien lorsqu’il s’agit d’observer les pluies de météores, cette année, elle devrait être près de décliner, alors la lumière qu’elle produit ne devrait pas trop éclipser les météores.

Cela dit, la pluie de météores dure plus d’une nuit. En fait, elle se déroule du 2 octobre au 7 novembre, donc vous avez beaucoup d’occasions de l’attraper. Le mardi matin sera le point culminant de la pluie d’étoiles filantes, mais vous pouvez aussi tenter votre chance le lundi soir. Bien que les pluies de météores soient toujours imprévisibles, vous devriez pouvoir voir entre 10 et 20 météores par heure.

Comment la voir

Vous n’avez qu’à traquer la constellation homonyme de la pluie de météores, Orion le Chasseur, dans le ciel. (La méthode la plus simple est de trouver trois étoiles brillantes dans une courte rangée ; c’est sa ceinture.) De là, trouvez sa zone d’épée ; la plupart des météores émergeront de là.

C’est ça ! Vous n’avez pas besoin d’équipement spécial pour regarder la pluie. Les experts déconseillent l’utilisation de jumelles ou de télescopes. Ils magnifient le ciel, mais limitent aussi votre champ de vision. En fin de compte, l’œil nu fonctionne mieux.

Qu’est-ce que la pluie de météores des Orionides ?

Réponse courte : des trucs enflammés venant de l’espace ! Si vous préférez une réponse plus longue, cependant : Cette pluie particulière est composée de débris de la comète de Halley, une célèbre comète qui passe devant la Terre tous les 75 ans environ. Elle est en action depuis des millénaires – la première observation de Halley a été enregistrée en 239 av. J.-C. – laissant dans son sillage une longue traînée de débris en boucle.

La pluie de météores des Orionides se produit lorsque la Terre est en orbite autour d’une zone spécifique de cette piste. (Ce n’est pas la seule pluie de météores liée à Halley ; Halley nous a aussi donné les Êta aquarides, qui ont lieu chaque année en mai.) Les débris ont frappé l’atmosphère de la Terre à une vitesse incroyable – pensez à 42 km/s. Heureusement, ces morceaux sont minuscules comparés, disons, au météore qui a exterminé les dinosaures. Certains d’entre eux sont aussi petits qu’un grain de sable. Ainsi, au lieu de donner le coup d’envoi de l’apocalypse, ces morceaux de ferraille s’évaporent en mouvement dans les airs, créant l’effet d’étoile filante que nous connaissons tous, que nous aimons et sur lequel nous faisons des souhaits.

Aucune étoile réelle n’est impliquée, cependant. Les pluies de météores ne sont en fait que des déchets spatiaux enflammés – bien qu’elles soient beaucoup plus pittoresques que ça n’en a l’air.

Lire aussi : Les premières images de ce nouveau visiteur interstellaire sont arrivés

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *