Regarder dans les yeux de quelqu’un pendant 10 minutes peut induire un état modifié de conscience


En 2015, un psychologue italien a trouvé un moyen d’induire un état modifié de conscience sans drogue en demandant à 20 volontaires de s’asseoir et de se regarder dans les yeux pendant 10 minutes consécutives.

regard-conscience-altérée

Non seulement cette tâche d’une simplicité trompeuse a provoqué d’étranges expériences “hors du corps” chez les volontaires, mais elle leur a aussi fait voir des hallucinations de monstres, de leurs proches et d’eux-mêmes au visage de leur partenaire.

L’expérience, menée par Giovanni Caputo de l’Université d’Urbino, a consisté à mettre en couple 20 jeunes adultes (dont 15 femmes), assis dans une pièce mal éclairée, à un mètre les uns des autres, et regardant leur partenaire pendant 10 minutes.

L’éclairage dans la pièce était suffisamment lumineux pour que les bénévoles puissent facilement distinguer les traits du visage de leur partenaire, mais suffisamment bas pour diminuer leur perception globale des couleurs.

On a demandé à un groupe témoin de 20 autres volontaires de s’asseoir deux par deux pendant 10 minutes dans une autre pièce faiblement éclairée, mais leurs chaises faisaient face à un mur blanc. On a très peu parlé aux volontaires du but de l’étude, mais seulement du fait qu’il s’agissait d’une “expérience méditative avec les yeux ouverts”.

Une fois les 10 minutes écoulées, on a demandé aux volontaires de remplir des questionnaires portant sur ce qu’ils ont vécu pendant et après l’expérience.

Un questionnaire portait sur les symptômes dissociatifs que les volontaires auraient pu éprouver, et un autre les interrogeait sur ce qu’ils percevaient sur le visage de leur partenaire (groupe de regard) ou sur leur propre visage (groupe témoin).

La dissociation est un terme utilisé en psychologie pour décrire toute une gamme d’expériences psychologiques qui font qu’une personne se sent détachée de son environnement immédiat.

Des symptômes comme la perte de mémoire, tout voir dans des couleurs déformées ou le sentiment que le monde n’est pas réel peuvent être provoqués par des abus et des traumatismes ; des drogues comme la kétamine, l’alcool et le LSD ; et maintenant, apparemment, le fait de regarder un visage en face.

“Les participants du groupe d’observation ont déclaré qu’ils avaient vécu une expérience fascinante comme jamais auparavant”, a écrit Christian Jarrett pour le Research Digest de la British Psychological Society à l’époque.

Dans un article paru dans la revue Psychiatry Research, M. Caputo a déclaré que le groupe qui regardait dans les yeux avait surclassé le groupe témoin dans tous les questionnaires, ce qui suggère que le fait de fixer les yeux d’un autre être humain pendant 10 minutes sans interruption avait un effet profond sur sa perception visuelle et son état mental.

Jarrett explique :

“Lors du test des états dissociatifs, ils ont donné les cotes les plus élevées aux éléments liés à la réduction de l’intensité des couleurs, aux sons semblant plus silencieux ou plus forts que prévu, espacés de beaucoup et au temps qui semble s’éterniser. Dans le questionnaire sur les visages étranges, 90 % des membres du groupe des regards ont reconnu avoir vu des traits faciaux difformes, 75 % ont dit avoir vu un monstre, 50 % ont dit avoir vu des aspects de leur propre visage sur le visage de leur partenaire et 15 % ont dit avoir vu le visage d’un proche.”

Les résultats rappellent ce que Caputo a découvert en 2010 lorsqu’il a réalisé une expérience similaire avec 50 volontaires se regardant dans un miroir pendant 10 minutes. Le journal, intitulé Strange-Face-in-the-Mirror Illusion, rapporte qu’après moins d’une minute, les volontaires ont commencé à voir ce que Caputo décrit comme “l’illusion du visage étrange”.

“Les descriptions des participants comprenaient d’énormes déformations de leurs propres visages, des visages de parents vivants ou décédés, des visages archétypaux comme une vieille femme, un enfant ou le portrait d’un ancêtre, des visages d’animaux comme un chat, un porc ou un lion, et même des êtres fantastiques et monstrueux”, ont écrit Susana Martinez-Conde et Stephen L. Macknik dans Scientific American.

“Les 50 participants ont tous fait état d’un sentiment d’altérité lorsqu’ils ont été confrontés à un visage qui semblait soudainement inconnu. Certains ont ressenti de puissantes émotions.”

Selon Jarrett de la British Psychological Society, alors que le groupe des observateurs de cette expérience ne marquait en moyenne que 2,45 points de plus que le groupe témoin dans leurs questionnaires, Caputo a déclaré que les effets étaient plus forts que ceux des volontaires de 2010 qui regardaient dans le miroir.

Qu’est-ce qui se passe ici ? Martinez-Conde et Macknik expliquent qu’il s’agit probablement d’un phénomène appelé adaptation neurale, qui décrit comment nos neurones peuvent ralentir ou même arrêter leurs réponses à une stimulation invariable.

Cela se produit lorsque vous fixez une scène ou un objet pendant une longue période de temps – votre perception commencera à s’estomper jusqu’à ce que vous cligniez des yeux ou que la scène change, ou elle peut être corrigée par de petits mouvements involontaires des yeux appelés microsaccades.

Rendez-vous chez Scientific American pour lire un fascinant compte-rendu de la recherche sur le sujet, et si vous voulez essayer de le faire à la maison, voici quelque chose à contempler pendant que vous passez ces longues, très longues minutes :

Lire aussi : Quatre signes d’intelligence émotionnelle

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *