Plus vieilles que l’Histoire ? 3 des villes les plus anciennes de la Terre révélées


Quelle est la plus ancienne ville de la Terre ?

Identifier la plus ancienne des villes de la Terre est une tâche extrêmement difficile.

Bien que l’archéologie et l’histoire vont de pair dans la compréhension du passé, la vérité est que l’histoire et l’archéologie peuvent parfois être extrêmement imprécises. L’histoire, peut-être même plus que l’archéologie.

Pendant des siècles, les chercheurs du monde entier ont essayé de comprendre comment étaient nos ancêtres. Comment se sont-ils développés ? Quel genre de mode de vie ont-ils eu ? Qu’est-ce qu’ils adoraient ? Étaient-ils obsédés par leur origine et leur but comme nous le sommes aujourd’hui ? Et comment vivaient les gens, et dans quels types de villes, il y a des milliers d’années ?

Identifier la plus vieille ville du monde est difficile. Nous avons vu que les fouilles archéologiques ont fait reculer à plusieurs reprises notre histoire connue, et comme beaucoup d’auteurs le diraient, “les choses ne font que vieillir”.

La perte de preuves archéologiques est le plus grand ennemi dans l’étude du patrimoine antique. Le Moyen-Orient en est un exemple clair. Au cours des dernières années, des artefacts inestimables ont été détruits dans les guerres. Ces objets, qui racontent une histoire gravée dans la pierre, sont aujourd’hui perdus, emportant avec eux l’histoire que nos ancêtres ont écrite il y a des milliers d’années.

Une carte de l’ancienne ville de Jéricho.

C’est précisément la raison pour laquelle l’identification de la plus ancienne ville de la Terre est un tel tracas. En fait, l’expression “plus vieille ville de la Terre” n’est pas spécifiquement définie. Non seulement parce que “les choses ne cessent de vieillir”, mais aussi parce que nous n’avons toujours pas réussi à identifier de nombreux sites anciens mentionnés tout au long de l’histoire.

Néanmoins, nous disposons de certains indices par lesquels nous pouvons passer. Pour ce faire, il faut d’abord définir ce qu’est une ville.

Selon Steven Snape, la taille de la population est une donnée cruciale, mais peut-être relative. Dans son livre The Complete Cities of Ancient Egypt, Snape explique que dans une Norvège peu peuplée, un centre avec une population de 20 000 habitants est considéré comme une ville. Cependant, en Grande-Bretagne, un centre avec une population de plus de 100 000 habitants est considéré comme une grande ville.

Pour comprendre comment une ville est définie, nous devons comprendre ses fonctions : une ville est généralement reconnue comme un centre de population avec un ensemble d’atouts qui se rapportent à une région plus grande que son propre arrière-pays immédiat – le gouvernement en est peut-être l’exemple le plus important, mais les institutions économiques et culturelles aussi.

Image d’une tablette d’argile avec une carte de la ville babylonienne de Nippur (vers 1400 av. J.-C.). Crédit image : Wikimedia Commons / Domaine public.

Les caractéristiques exactes de la désignation d’une ville ont été amplement discutées par un certain nombre de spécialistes, dont certains ont même produit ce qui peut être considéré comme une sorte de liste de contrôle pour la désignation des villes.

Certains de ces attributs sont énumérés ci-dessous :

A) La présence d’une élite qui n’est pas directement impliquée dans la production agricole.

B) Une densité relativement élevée de population permanente.

C) Un niveau significatif de participation au commerce et à l’échange, y compris dans les ports fluviaux, maritimes et portuaires.

D) Une concentration de spécialisations artisanales.

E) Une concentration des fonctions administratives sur un territoire plus grand que la ville elle-même.

F) Le contrôle d’un arrière-pays agricole dont les excédents maintiennent la ville.

G) Des institutions qui favorisent un sentiment d’identité civique spécifique.

Cependant, si nous regardons l’histoire, nous verrons qu’il est difficile d’identifier les segments “modernes” par lesquels les chercheurs désignent une ville. C’est parce que certaines des plus vieilles villes de la Terre sont très, très anciennes. En fait, certains ont fait valoir qu’il existe des “villes” sur Terre qui remontent à des périodes remontant à 13 000 ans déjà.

Certaines découvertes archéologiques, comme celle de Göbekli Tepe, ont révélé que l’histoire de la civilisation telle que nous la connaissons remonte plus loin dans le temps que nous ne l’aurions jamais cru possible. Göbekli Tepe est un bel exemple qu’il y a plus de 12 000 ans, nos ancêtres étaient capables d’ériger des monuments en pierre massifs et complexes.

Les piliers massifs de Göbekli Tepe. Crédit image : Wikimedia Commons.

La construction d’un monument de l’immense taille de Göbekli Tepe il y a plus de 12 000 ans aurait nécessité beaucoup de ressources ; cela signifie que celui qui a construit Göbekli Tepe il y a plus de 12 000 ans faisait probablement partie d’une ville bien développée à l’époque. Pour mener à bien ce projet, il a fallu de la main-d’œuvre et des ressources.

Quelle ville c’était, le cas échéant, reste un mystère. Les experts soutiennent que Göbekli Tepe a été construit par des chasseurs-cueilleurs et non par des sociétés organisées, apparemment à une époque antérieure à la Révolution agricole, lorsque des établissements entièrement permanents ont vu le jour et que la culture et l’élevage des animaux se sont développés.

Cependant, malgré cela, nous connaissons l’existence d’anciennes cités qui remontent plus loin dans l’histoire que nous ne l’aurions jamais cru possible.

Jéricho est l’une de ces villes. Les vestiges d’établissements humains sur le site remontent à environ 9 000 ans avant Jésus-Christ. Considérée par beaucoup comme une merveille du monde antique, cette ancienne ville abrite également le plus ancien mur de protection connu à la surface de la planète. De plus, des fouilles archéologiques ont révélé que Jéricho abrite également les plus anciennes tours en pierre de la planète.

On pense que le site où Jéricho a finalement été formé est devenu un terrain populaire pour les “chasseurs-cueilleurs” autour de 10 000 av. J.-C. Les érudits pensent qu’à la fin de la période froide causée par le jeune Dryas, vers 9 600 av. J.-C., la région est devenue le centre d’habitation à longueur d’année.

Les preuves archéologiques indiquent que vers 8 000 ans av. J.-C., le site s’étendait jusqu’à une ville de 40 000 mètres carrés. Un mur de protection entourait déjà la ville à l’époque. Ses dimensions : 3,6 mètres de haut et 1,8 mètres de large à la base.

Quand on parle des villes les plus anciennes de la Terre, on ne peut pas ignorer l’ancienne ville d’Alep. Situé dans l’actuelle Syrie, ce site n’a guère été fouillé par les archéologues. Des fouilles archéologiques à Tallet Alsauda ont révélé que l’occupation humaine organisée remonte à une période d’environ 8 000 ans. Les érudits se demandent si Damas sont Alep sont plus âgés. Cependant, Alep semble apparaître dans les archives archéologiques bien avant Damas.

Des fouilles archéologiques à Tallet Alsauda montrent que le site a été habité il y a 13 000 ans déjà. La première mention d’Alep remonte au troisième millénaire avant J.-C., dans les tablettes d’Ebla quand Alep était appelé Ha-lam.

Bien que Damas soit assez vieille, on peut affirmer que Byblos est bien plus vieille. Située dans l’actuel Liban, la ville ancienne aurait été habitée il y a environ 11 000 ans.

Les fouilles archéologiques du site ont révélé qu’il était habité en permanence depuis environ 5 000 ans avant J.-C., ce qui le place sur la liste des plus anciennes villes du monde à avoir été habitées de façon controversée. Les chercheurs affirment que pendant l’Ancien Empire en Égypte, l’ancienne ville de Byblos était une colonie égyptienne.

Lire aussi : L’ancienne “Cité perdue” de l’Empire khmer redécouverte cachée sous la jungle cambodgienne

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *