Deux heures de nature par semaine sont essentielles à votre bien-être, selon des chercheurs


Passer entre 120 et 300 minutes par semaine dans la nature augmente le bien-être.

  • Une nouvelle étude de la faculté de médecine de l’université d’Exeter montre que 120 minutes par semaine dans la nature augmentent le bien-être.
  • Près de 20 000 citadins britanniques ont participé à cette étude d’envergure.
  • Les avantages pour la santé associés au fait d’être dans la nature comprennent un risque réduit d’obésité, de diabète et de détresse mentale.

Comme pour beaucoup de conseils de santé, les prescriptions les plus simples semblent être les plus efficaces. Le bon sens règne en maître. C’est le consensus d’une nouvelle étude, publiée dans Scientific Reports le 13 juin, qui offre les lignes directrices les plus élémentaires imaginables : passer au moins deux heures par semaine dans la nature fera des merveilles pour votre santé.

Les chercheurs, basés à l’école de médecine d’Exeter, au Royaume-Uni, ont passé en revue des études antérieures pour mieux comprendre les avantages que nous procure le simple fait d’être à l’extérieur. Qu’ont-ils trouvé ? Ils ont découvert qu’en étant immergés dans la nature, les probabilités d’hospitalisation pour cause d’asthme, de maladies cardiovasculaires, de diabète, de détresse mentale, d’obésité et de mortalité chez les adultes diminuent ; il a également été démontré que cela réduit l’obésité et la myopie chez les enfants.

Deux heures par semaine semblent être le meilleur choix, avec des associations positives maximales plafonnant entre 200 et 300 minutes. Une mise en garde : la recherche est basée sur près de 20 000 personnes qui vivent dans des régions urbaines denses. C’est logique, car c’est cette population qui a le plus besoin de bois, de lacs et de montagnes. Il y a une limite à ce qu’on peut supporter en regardant l’asphalte (ou un écran).

Il n’est pas surprenant que le fait d’être dans la nature procure des bienfaits pour la santé ; c’est là que les humains passaient la plupart de leur temps jusqu’à tout récemment. De nombreuses autres prescriptions, de la baignade dans les forêts japonaises à la pratique suédoise (nettoyage des ordures dans les environnements naturels) ont été présentées comme étant des activités mentalement et physiquement positives. Il semble que plus nous sommes déconnectés de la nature, plus nous en avons envie.

Peu importe comment vous séparez les 120 minutes hebdomadaires. Une marche quotidienne ou une randonnée hebdomadaire font tous les deux l’affaire. Les chercheurs ne font pas non plus de distinction entre les environnements. Un parc local semble aussi efficace qu’une randonnée au bord de l’océan ou en direction de la forêt.

Prescrire la nature pour la santé | Nooshin Razani | TEDxNashville

Ces informations sont d’autant plus importantes que 68 % de la population mondiale devrait vivre dans les zones urbaines au cours des trois prochaines décennies. Animaux sociaux par nature, l’attrait des villes incite les habitants à se rassembler dans une proximité plus étroite. Le compromis à faire, c’est de se déconnecter encore plus de la terre qui a donné naissance à notre espèce.

Bien sûr, l’évasion est toujours possible. La motivation et la gestion du temps sont des facteurs clés. Examinez les diverses possibilités qui s’offrent à ceux qui vivent à New York. Vous pouvez toujours sauter dans un train dans n’importe quelle direction : à l’est vers les Rockaways et Long Island, au nord vers l’incroyable randonnée de l’État de New York, à l’ouest vers le Delaware Water Gap, au sud vers de nombreux espaces verts dans Jersey. L’intégrer à votre semaine est le véritable défi pour les Manhattanites qui quittent rarement leur arrondissement.

De l’autre côté de la nation, la nature est partout à Los Angeles. Ironiquement, la métropole compte le moins de parcs publics au monde pour une ville de cette taille. Encore une fois, gestion du temps et motivation : se rendre à la montagne est possible depuis la plupart des quartiers de la ville en moins de 20 minutes. Les avantages en valent la peine. Le défi, c’est d’être proactif en matière de santé.

Il est intéressant de noter que l’étude fixe la limite à 120 minutes. Les participants qui ont enregistré entre 1 et 119 minutes n’ont pas déclaré un meilleur bien-être subjectif que ceux qui n’ont pas passé de temps dans la nature. Le seuil semble être de 120 minutes, avec des bénéfices pouvant aller jusqu’à 300 minutes. À ce moment-là, aucun autre avantage ne s’accumule.

Les professionnels de la santé reconnaissent également cette tendance. En Écosse, les médecins sont autorisés à prescrire des promenades dans la nature à leurs patients. Dès les années 70, les médecins se sont rendu compte que les patients hospitalisés avec plus de lumière naturelle dans leurs chambres guérissaient plus vite que ceux qui étaient confrontés à des bâtiments ou à d’autres obstacles.

Les gouvernements municipaux se rendent compte que les régions urbaines ont besoin d’inclure beaucoup d’espaces verts. Le waterfront de Brooklyn se transforme de ports industriels en parcs de loisirs. En 2008, Portland, en Oregon, a lancé son initiative Grey to Green pour ré-imaginer toute son infrastructure. Alors même que Copenhague est en train de devenir un leader technologique, les neuf îles artificielles en construction sur la côte de la ville comportent de nombreux espaces verts.

Alors que les villes et les médecins jouent un rôle pour nous rapprocher de la nature, c’est encore à nous, citadins, de faire l’effort. Les antécédents personnels, la biodiversité et même l’ethnicité sont pris en compte dans l’étude ci-dessus. Comme l’équipe l’écrit :

“Les recherches portant sur la qualité de l’environnement naturel en termes de richesse en espèces végétales et/ou animales suggèrent que les expériences peuvent être meilleures dans des milieux plus riches en biodiversité. Le contact avec la nature est plus qu’une simple expérience multisensorielle complexe, à des degrés divers, les histoires et les significations personnelles, les pratiques culturelles de longue date et le sentiment d’appartenance jouent un certain rôle dans les avantages réalisés.”

Le message est clair : sortez à l’extérieur. Nous sommes nés de cette terre. Moins nous y passons de temps, plus nous sommes susceptibles de connaître une santé mentale et physique négative. Heureusement, l’inverse est également vrai. Nous devons juste sortir.

Lire aussi : Passer du temps dans la nature en tant qu’enfant est lié à une meilleure santé mentale à l’âge adulte

Source : Bih Think – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *