7 façons de mourir dans le futur


Voici nos prédictions – des robots sexuels vengeurs aux combinaisons spatiales bas de gamme.

mourir-futur

Quand la première personne mourra-t-elle via un robot sexuel sensible ? Et la première mort dans l’espace ?

D’ailleurs, qui sera la première personne à échapper à l’âge traditionnel de la mort – vivre jusqu’à l’âge de 1 000 ans, ou même beaucoup plus longtemps ?

Il est temps de deviner. Selon le Center for Disease Control, les causes de décès les plus courantes sont assez prévisibles : les maladies cardiaques, le cancer et les “accidents”. Imaginez maintenant cette liste dans un siècle ou deux.

Voilà ce que nous attendons.

1. Bouillir de l’intérieur lorsque votre combinaison spatiale bas de gamme déclenche une fuite

Vous penseriez peut-être que si vous vouliez vous frayer un chemin à travers la vaste emprise vide et froide de l’espace extra-atmosphérique, vous voudriez un équipement de la plus haute qualité qui soit entre vous et les éléments étrangers. Mais si vous continuez d’acheter des médicaments sans marque contre le rhume pour économiser un euro, cette prise de décision économe est susceptible de prendre d’autres proportions à l’échelle mondiale. Un exemple typique : votre combinaison spatiale bas de gamme.

Les plus de 500 000 débris spatiaux en orbite autour de la Terre sont terrifiants. Les débris se déplacent à des vitesses allant jusqu’à 28 160 km/h, se transformant en une tornade de métal prête à déchirer votre costume économe.

Il est également possible qu’un micrométéoroïde, ou un autre débris orbital, frappe une partie de votre vaisseau spatial et forme un bord tranchant qui pourrait ensuite couper votre combinaison ou votre gant au contact.

Si quelque chose déchire votre combinaison, n’essayez pas de retenir votre respiration. Si vous essayez d’inspirer pendant une décompression soudaine dans le vide de l’espace, vos poumons pourraient se rompre.

Alternativement, la pression réduite abaisse le point d’ébullition de vos fluides corporels – une condition appelée ébullisme. En gros, on commence à bouillir de l’intérieur. L’eau liquide dans votre circulation sanguine et vos tissus se transforme en vapeur. Cela pourrait simplement causer un gonflement et des ecchymoses lorsque vous aspirez de l’air, ou une bulle d’air dans la circulation sanguine – empêchant le sang d’atteindre le cœur et les poumons.

L’ébullisme n’est pas seulement une hypothèse – un homme a survécu et a vécu pour raconter l’histoire. En 1966, un technicien de la NASA de 24 ans testait une combinaison spatiale dans une chambre à vide lorsqu’il a subi une perte de pression rapide. Selon Michael Barratt, médecin et astronaute de la NASA spécialisé en médecine aérospatiale, l’homme “se souvient de la sensation de salive bouillant de sa langue avant de perdre connaissance”. Heureusement, la chambre a été pressurisée de nouveau. Selon le Journal of Occupational and Environmental Medicine, le technicien était éveillé et alerte dès le lendemain.

Dans l’espace, vous n’aurez probablement pas cette chance. Heureusement, vous vous évanouirez en 15 secondes à cause d’un manque d’oxygène de toute façon. Et enfin mourir dans une minute. Un chemin vers la mort vraiment hors du commun.

2. Se faire tuer par un robot sexuel

Le sexe avec des robots est un aspect presque garanti de notre avenir. En fait, c’est déjà une option. L’un des compagnons futuristes les plus populaires sur le marché est The RealdollX, une poupée robotique pilotée par IA d’Abyss Creations. Elle peut exprimer ses émotions, bouger la tête et même tenter la conversation. Le robot est conçu pour fonctionner avec le logiciel d’IA personnalisable “Harmony AI” de Realbotix.

Un jour, les humains pourraient développer une IA plus sophistiquée pour alimenter ces robots sexuels – l’arrière-arrière-petit-fils d’innovations comme AlphaGo et Sophia. Avec des batteries qui durent plus longtemps et se chargent plus rapidement, quelque chose d’autre pourrait-il durer assez longtemps pour vous tuer, vous, l’utilisateur, d’épuisement ? Ou cette jalousie programmée pourrait-elle se transformer en quelque chose d’un peu plus dangereux ? Surtout avec la question de la sensibilité ou de la singularité à portée de main – et potentiellement dans quelques décennies seulement.

Pour Matt McMullen, PDG de Realbotix et RealDoll et créateur du robot sexuel, Harmony n’est pas concerné pour le moment. “Nous ne faisons que commencer et c’est seulement le début. Nous n’avons pas l’IA que vous voyez dans Westworld. Nous n’avons pas les robots que vous voyez dans Westworld. Nous commençons à peine à nous lancer”, a-t-il dit à Forbes.

Peut-être qu’à l’avenir, après avoir atteint la singularité, votre poupée sexuelle grandeur nature décidera qu’elle est prête à goûter la chair humaine, ou peut-être que des robots sexuels armés commenceront à essayer de nous séduire avant de se lancer à l’assaut.

3. Cesser d’exister quand quelqu’un débranche la simulation

En 2003, Nick Bostrom a publié Are you Living in a Computer Simulation? – un document qui affirme que nous vivons probablement dans une réalité simulée. Sa théorie repose en partie sur l’hypothèse qu’à l’avenir, nous disposerons d’une puissance de calcul énorme qui permettra des simulations incroyablement avancées.

En supposant que cela soit vrai, les générations suivantes pourraient utiliser ces ordinateurs pour exécuter des tonnes de simulations super puissantes et détaillées de leurs ancêtres. Dans la poupée imbriquée des univers qui en résulterait, il serait beaucoup plus probable que nous vivions dans l’une de ces fausses réalités que dans la réalité “de haut niveau”.

Certains milliardaires de la technologie paieraient même des scientifiques pour essayer de nous libérer de la simulation alors qu’il y a de fortes chances que nous soyons déjà dedans. C’est une bonne idée de s’évader ? Nick Bostrom ne le pense pas.

“C’est un peu imprudent d’essayer de sortir de la simulation hypothétique”, a-t-il dit à Vulture. “Les chances de succès sont négligeables. Si ça ne marche pas, c’est un gaspillage d’argent, et si c’est le cas, ça pourrait être une calamité.”

Si la théorie est vraie, personne ne sait ce qui motive ceux qui contrôlent la simulation. Peut-être s’ennuieront-ils de la même façon que nous quand nous jouons aux Sims et décideront-ils de commencer un nouveau jeu – ce qui aura pour résultat la fin pour nous. Ou peut-être qu’un drone informatique surchargé trébuchera sur le cordon d’alimentation du serveur.

Dans ce cas, tout pourrait s’assombrir pendant que vous regardez les Jeux olympiques de 2100 et que vous mangez un bol de céréales par voie intraveineuse, assis sur votre fauteuil roulant. Pas de sauvetage rapide. Bonne nuit. La fin.

4. Empalé sur la défense d’un mammouth laineux ressuscité dans un zoo futuriste

Imaginez que vous emmenez votre famille au zoo, dans des siècles, et que vous apercevez un mammouth laineux dans la vraie vie.

Le généticien de Harvard George Church et son équipe ont fait de la disparition du mammouth laineux leur mission. En 2015, l’équipe de Church a réussi à associer l’ADN d’un mammouth laineux dans le génome de son plus proche parent vivant, l’éléphant d’Asie, en utilisant CRISPR. Il s’agit d’un premier pas important, mais il y a de nombreux défis à relever lorsqu’il s’agit d’amener le génie génétique à des proportions gigantesques. La tâche impliquerait probablement des utérus artificiels, et une tonne de temps. La créature qui en résultera ne sera pas autant un mammouth qu’un hybride éléphant / mammouth, mais c’est la meilleure chance que nous ayons de résurrection.

Si vous avez déjà vu une représentation d’un mammouth, vous savez qu’ils sont, eh bien, laineux. Leurs poils hirsute sont incroyablement invitants. Les enfants et les adultes voudront les caresser. Et vous ne faites pas exception. Vous vous penchez trop en avant par-dessus la clôture dès que l’un d’eux bouge – vous pourriez sûrement être son ami. Mais au lieu de cela, vous tombez dans l’enclos – en attrapant une touffe de fourrure sur le chemin de la descente.

Les mammouths laineux avaient à peu près la taille des éléphants d’Afrique (3 mètres et 6 tonnes, environ quatre voitures compactes) et leurs défenses mesuraient environ 4,5 mètres de long. Il ne faudrait pas beaucoup de force pour que la créature vous attrape, vous empalant comme un kebab humain sur une brochette préhistorique.

5. La Terre est frappée par un astéroïde de 10 kilomètres de large

En 2016, la NASA a envoyé un vaisseau appelé OSIRIS-REx dans le cadre de la toute première mission qui doit étudier l’astéroïde Bénou. Parce que la composition de base de Bénou aurait été établie au cours des 10 premiers millions d’années du système solaire, elle pourrait contenir les clés pour comprendre les origines de la vie. Mais la NASA a également choisi d’étudier l’astéroïde de 500 mètres de large pour une autre raison : parce qu’il pourrait entrer en collision avec notre planète à la fin du 22e siècle.

Cela peut sembler intimidant, mais il n’y a que 0,037 % de chance que Bénou frappe la Terre, selon la NASA. Et même si Bénou a battu tous les records, “il ne s’agit pas d’un astéroïde qui pourrait détruire la Terre”, a déclaré à Space.com Dante Lauretta, chercheur principal d’OSIRIS-REx.

Et si Bénou était plus grand ? Genre, beaucoup plus grand ? Imaginez un astéroïde de 10 kilomètres de diamètre, de la taille de celui qui aurait tué les dinosaures, se dirigeant vers nous. En 2017, la revue Geophysical Research Letters a publié une analyse des impacts simulés d’astéroïdes et de leurs effets sur les populations humaines. Le document cite plusieurs menaces potentielles principales : souffle du vent, choc de surpression, rayonnement thermique, cratérisation, secousses sismiques, dépôt d’éjecta et tsunami.

L’un des grands points à retenir : la mort par un tsunami induit par un astéroïde est une menace moins grave qu’on ne le pensait au départ. Au lieu de cela, 60 % de toutes les morts simulées par astéroïdes dans l’étude ont été causées par le vent et la pression. Selon Britt Scharringhausen, professeur agrégé et directeur du département de physique et d’astronomie du Beloit College, un astéroïde de 10 kilomètres de large approcherait la Terre à environ 30 kilomètres par seconde. Rien ne peut le ralentir – au contraire, il “perforera l’atmosphère comme si elle n’était même pas là”, dit M. Scharringhausen.

Que l’astéroïde touche la terre ou la mer, il vaporisera la croûte terrestre et produira un cratère massif – plus de 100 kilomètres de roche seront éjectées dans les airs, et certains débris atteindront même l’espace. La pression à elle seule pourrait rompre vos organes internes, tandis qu’un coup de vent pourrait causer toutes sortes de ravages sur les bâtiments, les voitures et les tissus vivants.

À moins d’être vraiment débrouillard ou d’avoir beaucoup de chance, vous finirez probablement par mourir dans la catastrophe initiale. Si, pour une raison quelconque, ce n’est pas le cas, vous risquez de mourir dans les années suivantes par manque de nourriture ou à cause de l’atmosphère de feu et de pluie de cendres qui bloque le Soleil pendant au moins un an.

Heureusement, la NASA et la FEMA se préparent à tout scénario d’impact d’astéroïde. Avec suffisamment de temps, les chercheurs pourraient “supprimer” un astéroïde de sa trajectoire de collision avec la Terre – ou peut-être que Bruce Willis sera disponible pour les aider.

6. Périr dans une épave en feu lorsque des farceurs sur Internet piratent toutes les voitures autonomes pour qu’elles s’accidentent simultanément

Les farceurs d’Internet ne peuvent pas être arrêtés. En 2009, ils ont élu le fondateur de 4chan en tête du sondage Time 100. Les foules en ligne sont également la raison pour laquelle nous avons un navire de recherche britannique nommé Boaty McBoatface. Les trolls d’Internet sont ceux qui ont transformé Tay, la machine optimiste de Microsoft qui apprend le chatbot, en un nazi fou de sexe en moins de 24 heures. Ensuite, il y a des exemples encore plus sombres, comme le swatting ou le doxxing.

Pourtant, il suffit d’un seul troll vraiment affreux pour foutre votre journée en l’air en piratant votre voiture. Un pirate informatique a signalé à Motherboard qu’il était capable d’accéder à deux applications de surveillance de véhicules pour voir où se trouvaient les voitures des utilisateurs, accéder aux informations privées des conducteurs et même couper les moteurs à distance.

“Je peux véritablement créer un gros problème de trafic dans le monde entier”, a dit le hacker à Motherboard. “J’ai le contrôle [total] [de centaines] de milliers de véhicules, et en une seule touche, je peux arrêter les moteurs de ces véhicules.”

Au fur et à mesure que la technologie de conduite automobile se développe, les groupes de pirates en chapeau blanc et les pirates malveillants suivront probablement le mouvement et perfectionneront leurs compétences. Même si la technologie anti-piratage, comme les cages Faraday, devient de plus en plus courante, il semble que les pirates informatiques à grande échelle ne vont nulle part – et continueront également à devenir plus sophistiqués.

Disons qu’un groupe de futurs pirates informatiques se réunissent dans l’intention d’écraser toutes les voitures en même temps. D’ici 2020, nous pourrions avoir jusqu’à 10 millions de voitures autonomes sur les routes des États-Unis. D’ici 2030, ce nombre aura plus que doublé, avec 20,8 millions de voitures autonomes, soit plus que le nombre total de voitures actuellement immatriculées dans l’État de la Californie. Imaginez si un hacker prenait soudainement le contrôle de tous les hackers. Ce serait le chaos total, avec 20 millions de voitures qui s’écrasent d’un seul coup – plus de quatre fois le nombre d’accidents de voiture annuels aux États-Unis.

L’effusion de sang massive serait insondable. Mis à part les carambolages massifs, les collisions et les sorties de ponts, tous les cyclistes et les piétons seraient en danger – même le boy-scout qui aide grand-mère à traverser la rue. Certains conducteurs non autonomes ont laissé place à la panique. L’inévitable vous frappe, mais votre airbag a aussi été piraté.

Ce n’est pas une bonne façon de partir. Toutes les ambulances autnomes ne pourront pas vous atteindre, ni les corbillards autonomes. Et vous pensiez que les voitures autonomes étaient censées être plus sûres.

7. Mourir dans une vieillesse heureuse après l’automatisation et le revenu de base vous donne une vie tranquille pour explorer les arts, les sciences et les passe-temps

Jusqu’ici, la mort est inévitable. Cependant, au fur et à mesure que les scientifiques commencent à explorer davantage les processus biologiques humains, ce destin devient de moins en moins certain.

Prenons le biologiste britannique Aubrey de Grey, par exemple. Il croit que le premier être humain qui vivra jusqu’à l’âge de 1000 ans est déjà né. M. de Grey croit que le vieillissement devrait être traité comme une maladie – il présente des symptômes et peut être guéri ou du moins géré. Nous n’avons pas encore trouvé la bonne approche.

Dans une étude récente, des transfusions sanguines de sang jeune semblaient prometteuses dans la lutte contre les symptômes neurologiques du vieillissement chez la souris. Mais il y a encore beaucoup de controverse sur le traitement. Surtout après que le fournisseur de sang le plus connu des jeunes, Ambrosia, a cessé de traiter les patients en février 2019 après que la FDA a mis en garde le public contre la dernière réglementation autour de ces transfusions.

Il y a aussi Calico de Google, une entreprise de biologie dont l’objectif déclaré est de “résoudre la mort”, Human Longevity, Inc. qui utilise des algorithmes pour prédire le risque de cancer ou d’autres maladies génétiques chez un individu, et Verily, une autre filiale de Google, qui crée des dispositifs qui améliorent la qualité de vie des personnes souffrant de maladies chroniques.

Plus récemment, en février 2019, un groupe de chercheurs de Harvard, du MIT et d’autres institutions des États-Unis et d’Europe ont lancé l’Academy for Health and Lifespan Research. L’objectif est de séparer les rumeurs et le battage publicitaire des véritables innovations de la recherche anti-âge et de rassembler les esprits qui feront du vieillissement une chose du passé.

Peut-être qu’à l’avenir, l’automatisation et un revenu de base nous permettront de ne pas travailler du tout. Notre corps sera ainsi moins stressé physiquement et mentalement. Nous réparerons le climat, et les voitures autonomes feront baisser le taux d’accidents. Notre chance de vivre plus longtemps peut monter en flèche, tant que nous soutenons les efforts scientifiques internationaux et que nous recommençons à travailler ensemble en tant qu’espèce.

Alors, comment on meurt ? Cela prend du temps, beaucoup de temps. Mais paisiblement. Ou peut-être que vous ne le faites tout simplement pas. Les pompes funèbres font faillite. Nous atteignons le niveau 4 sur l’échelle de Kardashev. Ou peut-être explorons-nous la crevasse la plus profonde de la mer et le dernier grain de poussière de l’Univers. Nous nous sentons enfin épanouis et en paix.

Ou, vous savez. Non, pas du tout.

Il y a beaucoup plus de possibilités d’où tout cela vient. Peut-être qu’un deepfake leader mondial déclenchera une guerre nucléaire ; vous serez mangé par un démon qui rampe à travers le portail que le CERN a créé accidentellement dans la dimension infernale ; vous serez enterré vivant sous toutes les pailles, sacs en plastique, ustensiles et cadavres des animaux morts qui les ont consumés ; ou peut-être serez-vous tué par une pandémie imparable lorsque des terroristes pirateront une souche mutante de la variole.

Nous en sommes certains : les pierres tombales et les éloges funèbres sont sur le point de devenir beaucoup plus passionnantes.

Lire aussi : Elon Musk : La civilisation pourrait s’effondrer en 30 ans

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *