En marche vers une nouvelle crise ? La dette des entreprises explose… et est de moins bonne qualité


L’OCDE s’est récemment inquiétée du montant record des obligations émises par les entreprises à l’international. Il atteint désormais 13 500 milliards de dollars. Plus inquiétant, la qualité des emprunteurs a baissé. Un contexte qui pourrait être explosif en cas de crise économique.

crise

L’avertissement de l’OCDE est clair. L’Organisation de coopération et de développement économiques a publié en milieu de semaine un rapport pointant le montant record d’obligations émises par les entreprises du globe : 13 500 milliards de dollars à la fin de l’année 2019. D’après l’OCDE, «depuis 2008, le montant moyen des levées d’obligations d’entreprises s’élève à 1 800 milliards d’euros par an». Un montant qui représente le double de celui enregistré entre 2000 et 2007. «Les volumes d’émissions d’obligations d’entreprises ont bondi, pour atteindre 2 100 milliards de dollars, égalant ainsi le record de l’année 2016», ajoute le rapport.

tweet

​Les politiques ultra-accommodantes de nombreuses Banques centrales à travers la planète, Réserve Fédérale américaine (FED), Banque centrale européenne (BCE) et Banque du Japon (BoJ) en tête, ne sont pas étrangères à cette frénésie emprunteuse. Aux États-Unis, la FED a recommencé à baisser ses taux, notamment sous la pression de Donald Trump, après les avoir remontés à plusieurs reprises. En Europe, la BCE a injecté plus de 2 600 milliards d’euros dans l’économie depuis 2015 via son programme de rachat d’actifs ou «quantitative easing».

D’après l’OCDE, c’est pourtant bien la qualité des emprunteurs qui est la plus grande source d’inquiétude. Le rapport note qu’entre 2000 et 2007, 39% des obligations d’entreprises étaient notées BBB. Cette note est la plus faible de la catégorie des investissements jugés comme sûrs par les agences de notation. Actuellement, 51% des obligations en circulation sont notées BBB, la majorité. En dessous de BBB, on passe dans la catégorie dite «spéculative», la catégorie des obligations de mauvaise qualité. Or, si les politiques de taux très faibles pratiquées actuellement font que la charge de la dette est plus supportable par les entreprises que dans le passé, ce qui les autorise à continuer à s’endetter sans voir leur note dégradée, la situation pourrait très vite déraper comme le relève le rapport de l’OCDE :

«Si les taux d’intérêt repartent à la hausse ou qu’une dégradation de l’économie vient réduire les rentrées d’argent des entreprises, elles subiront une pression à la baisse sur leur notation.»

Un tel contexte pourrait avoir des conséquences dramatiques pour l’économie. D’après les projections de l’OCDE, sur un an, ce ne sont pas moins de 261 milliards de dollars d’obligations notées BBB qui sont susceptibles de basculer dans la catégorie des «obligations-poubelles», avec un possible effet immédiat pour les entreprises en question :

«Certains investisseurs ne peuvent en effet détenir des titres n’appartenant pas à la catégorie investissement et devront céder les titres tombés en catégorie spéculative. D’autres, appliquant des stratégies de gestion passive, reproduisent fidèlement la composition des indices de crédit. Si des titres moins bien notés sortent des indices, ils sont tenus de les vendre», expliquent nos confrères des Échos.

Tout ceci pourrait entraîner un mouvement de panique sur les marchés avec un grand nombre d’entreprises cherchant à se débarrasser d’obligations «pourries». Un mécanisme que l’on a pu voir à l’œuvre lors de… la crise des Subprimes.

Lire aussi : Retirer la 5e semaine de congés : la bonne idée de Christophe Barbier pour redresser la France

Source : Sputnik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *