Découverte d’un processus inconnu responsable de la fonte des glaces en Antarctique


Selon une nouvelle étude, un processus auparavant non documenté où la fonte des calottes glaciaires modifie l’océan d’une manière qui accélère davantage la fonte des glaces et l’élévation du niveau de la mer a été découvert.

L’étude a découvert que l’eau de fonte des glaciers rend la couche superficielle de l’océan moins salée et plus flottante, ce qui empêche le mélange en profondeur en hiver et permet à l’eau chaude en profondeur de retenir sa chaleur et de faire fondre davantage les glaciers par le bas.

“Ce processus est similaire à ce qui se passe quand on met de l’huile et de l’eau dans un conteneur, l’huile flottant sur le dessus parce qu’elle est plus légère et moins dense”, a déclaré Alessandro Silvano de l’Institut des études marines et de l’Antarctique (IMAS).

“Il en va de même près de l’Antarctique avec l’eau de fonte des glaciers, qui reste au-dessus de l’eau océanique plus chaude et plus salée, isolant l’eau chaude de l’atmosphère froide de l’Antarctique et lui permettant de provoquer la fonte des glaciers.

Nous avons constaté que, de cette façon, l’augmentation de l’eau de fonte des glaciers peut causer une rétroaction positive, entraînant une plus grande fonte des plateformes de glace et par conséquent, une augmentation du niveau de la mer.”

L’eau de fonte douce réduit également la formation et l’affaissement de l’eau dense dans certaines régions autour de l’Antarctique, ralentissant la circulation océanique qui absorbe et stocke la chaleur et le dioxyde de carbone.

Les eaux froides de fonte glaciaire provenant de l’Antarctique provoquent un ralentissement des courants qui permettent à l’océan d’attirer le dioxyde de carbone et la chaleur de l’atmosphère.

“En combinaison, les deux processus que nous avons identifiés se nourrissent l’un l’autre pour accélérer le changement climatique.”

M. Silvano a déclaré qu’un mécanisme similaire a été proposé pour expliquer l’élévation rapide du niveau de la mer jusqu’à cinq mètres par siècle à la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 15 000 ans.

“Notre étude montre que ce processus de rétroaction n’est pas seulement possible, mais qu’il est en fait déjà en cours et qu’il pourrait entraîner une nouvelle accélération du taux d’élévation du niveau de la mer à l’avenir.

Actuellement, les plateaux de glace résistent à l’écoulement de la glace vers l’océan, agissant comme un contrefort pour retenir la calotte glaciaire sur le continent Antarctique.

Là où les eaux chaudes de l’océan s’écoulent sous les plateaux de glace, elles peuvent provoquer une fonte rapide par le bas, ce qui amincit ou fragmente les plates-formes de glace et réduit l’effet de contrefort.

Ce processus entraîne une élévation du niveau de la mer à mesure que la glace s’écoule vers l’océan.

Nos résultats suggèrent qu’une nouvelle augmentation de l’approvisionnement en eau de fonte des glaciers dans les eaux autour du plateau Antarctique pourrait déclencher une transition d’un régime froid à un régime chaud, caractérisé par des taux élevés de fonte à partir de la base des plateaux de glace et une réduction de la formation d’eaux de fond froides qui favorisent l’absorption par l’océan de la chaleur atmosphérique et du dioxyde de carbone”, a déclaré M. Silvano.

RechercheHistoire originale

Source : MessageToEagle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *