Le verdict historique de Monsanto n’aurait pas été possible sans l’activisme et les médias alternatifs


Si les militants et les médias alternatifs n’avaient pas lutté sans relâche pour obtenir les informations accablantes prouvant les effets néfastes de Monsanto, le verdict de vendredi n’aurait peut-être pas été possible.

Vendredi, un procès historique contre le désherbant Roundup de Monsanto s’est conclu à San Francisco dans lequel un jury a accordé 289 millions de dollars en dommages-intérêts à un ancien gardien d’école, Dewayne Johnson, concluant que Roundup lui avait donné un cancer en phase terminale.

Naturellement, Monsanto a annoncé qu’ils allaient faire appel de cette affaire. Cependant, ce que ce cas illustre est un changement massif dans la marée contre le monstre chimique. Si Johnson avait tenté ce procès il y a seulement trois ans, il aurait probablement été la risée de la salle d’audience.

Mais grâce aux enquêtes indépendantes et aux médias indépendants, tout cela est en train de changer.

Si vous obtenez toutes vos nouvelles des médias grand public et de l’infodivertissement de la télévision par câble, vous ne savez probablement pas que le glyphosate (l’ingrédient actif de l’herbicide RoundUp) a été lié au cancer. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré en mars 2015 que le glyphosate est un cancérogène probable, et la Californie l’étiquette comme tel.

Mais les médias grand public ont choisi de ne pas faire beaucoup de reportage sur cette information. Cependant, grâce à ceux d’entre nous qui travaillent dans les médias alternatifs et indépendants, cette information a été diffusée. Des groupes comme March Against Monsanto ont joué un rôle clé en présentant cette information aux masses, en organisant des événements et en poussant à rompre avec le discours dominant.

Beaucoup ignorent également que l’exposition à long terme au glyphosate, même minuscule, jugée «sûre» par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) peut entraîner des dommages au foie et aux reins.

Ces informations ont été largement diffusées en Europe, dont les dirigeants gouvernementaux sont moins redevables à des entreprises comme Roundup.

Le niveau de glyphosate “sans danger” pour l’eau potable américaine a été fixé à 0,7 ug/L en 1994, et n’a pas été révisé, malgré les études au fil des ans montrant la toxicité du glyphosate. À titre de comparaison, le niveau de glyphosate sûr de l’Union européenne pour l’eau potable est de 0,1 ug/L.

Plusieurs pays ont interdit ou restreint l’utilisation de l’herbicide, et d’autres grands pays envisagent des interdictions législatives.

Nulle part ailleurs, le glyphosate n’est plus répandu qu’aux États-Unis, qui utilisent 20 % du RoundUp mondial, soit plus de 280 millions de livres par an. Ces chiffres incroyables s’expliquent par le fait que les marques “RoundUp Ready” de Monsanto comprennent maintenant la plupart des cultures de maïs et de soja cultivées aux États-Unis.

Au fur et à mesure que les recherches se multiplient, nous constatons que le glyphosate est beaucoup plus toxique que son fabricant, Monsanto, ainsi que les agences fédérales corrompues, nous ont fait croire.

Qui plus est, cette grande déception a été confirmée.

Il y a quarante ans, le géant de la biotechnologie a commencé ses propres recherches sur le glyphosate, et ces études ont été déterrées en 2015. Les documents révèlent que Monsanto a toujours été au courant des dangers du glyphosate pour la santé humaine.

“Il y a maintenant une énorme cachette de preuves scientifiques et juridiques que Monsanto a en fait mené de nombreuses études dans les années 1970 et 1980 sur la toxicité et les risques pour la santé du glyphosate et a délibérément soustrait cette recherche à l’examen et à l’examen indépendant et public.

Tout aussi étonnant est le fait que ce corpus de recherche a été remis à l’EPA, qui l’a caché au public à la demande de Monsanto sur la base de secrets commerciaux exclusifs.

Des documents internes de l’entreprise ont révélé en 2015 que Monsanto avait testé RoundUp pour la toxicité potentielle pendant des années, mais qu’il a utilisé l’apparence d’informations exclusives pour forcer l’Agence de protection de l’environnement à sceller ces dossiers. Ils savaient que c’était dangereux, mais ils ont délibérément dissimulé leurs conclusions et ont quand même mis le produit sur le marché.

Anthony Samsel, chercheur scientifique indépendant, a obtenu les documents par l’entremise de son bureau du sénateur après avoir réussi à faire contrecarrer pendant des années ses demandes en vertu de la Freedom of Information Act. Comme il l’a décrit d’après les informations trouvées dans ces documents, “Monsanto a déformé les données et a délibérément dissimulé les données pour mettre le [glyphosate] sur le marché”.

En effet, ce sont les propres recherches biaisées et erronées de Monsanto sur le glyphosate qui ont permis à la FDA et à l’EPA d’approuver son utilisation sur les cultures vivrières.

Le corps de recherche falsifié de Monsanto et son empoisonnement délibéré de la population humaine sur l’autel du profit équivalent à des crimes contre l’humanité. Maintenant, grâce aux efforts inlassables de ceux qui ne sont pas redevables à l’industrie, ces crimes peuvent enfin être exposés.

Source : The Free Thought Project

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *