Un législateur propose d’implanter des micropuces pour suivre les délinquants non violents comme les animaux de compagnie

micropuces

Toledo, Ohio – Ce mardi, Rob Ludeman, conseiller municipal de Toledo, a suggéré d’implanter des micropuces aux criminels afin qu’ils puissent être suivis par la police et les tribunaux. Ludeman a également fait des commentaires décrivant essentiellement les personnes accusées de crimes en tant qu’animaux.

Le conseiller municipal a dit : “Cela ne peut pas être inhumain parce que nous le faisons à nos animaux de compagnie.”

Ludeman a suggéré d’utiliser des micropuces implantables au lieu de bracelets à la cheville pour les personnes en détention à domicile, parce que les bracelets à la cheville ne fonctionnent pas selon plusieurs policiers.

“J’ai vu assez d’émissions à la télévision où l’individu peut facilement retirer son bracelet pour commettre un crime et le remettre. Je n’arrive pas à croire que c’est une chose inhumaine et je dois croire que la technologie est là. Nous mettons des micropuces pour nos chiens, nos chats, il doit y avoir un moyen de mettre une micropuce et elle ne peut être retirée tant que leur peine n’est pas purgée ou que la période de probation n’est pas terminée”, a dit M. Ludeman, selon Toledo Blade.

Heureusement, les autres membres du conseil municipal ne se sont pas immédiatement ralliés au plan, mais ils n’ont pas été extrêmement repoussés ou offensés par celui-ci non plus.

“C’est quelque chose qu’il faudrait que j’examine. On ne veut pas être Big Brother. Ce que nous voulons faire, c’est nous assurer que les gens sont là où ils disent qu’ils vont être”, a dit le conseiller Gary Johnson.

Le conseiller Nick Komives a défendu Ludeman en disant qu’il n’avait pas l’intention que ses commentaires soient nuisibles. M. Komives a ajouté qu’il existe “probablement” des problèmes éthiques liés à l’implantation de micropuces dans les prisonniers et les libérés conditionnels.

“En tant que concept, je ne suis pas particulièrement en faveur de la micropuce pour les êtres humains. Nous pourrions trouver cela humain pour les chiens parce qu’ils s’enfuient, mais je pense qu’il y a probablement beaucoup de questions morales et éthiques qui viendraient à l’esprit en pensant aux micropuces humaines”, a dit M. Komives.

Selon l’administrateur adjoint de la Cour, Burma Stewart, la surveillance électronique est utilisée sur un nombre croissant de personnes, mais la grande majorité d’entre eux sont des délinquants non violents. Stewart a également dit qu’il n’y a eu que deux tentatives d’évasion au cours de la dernière année et que les deux ont été rapidement appréhendées.

Le conseiller Tom Waniewski semble être en faveur de ce type de mesures visant à empêcher les trafiquants de drogues de faire des ventes pendant qu’ils sont en résidence surveillée.

“Ils en arrivent au point où ils nous font un pied de nez. La police fait un travail trop difficile pour les ramener dans la collectivité. Ce n’est pas juste pour les résidents. Si ces bracelets de cheville pouvaient faire plus qu’un simple moniteur, je vous demanderais d’en commander une douzaine d’autres”, dit-il.

Le fait que l’on sait que les puces RFID causent le cancer lorsqu’elles sont implantées chez l’homme n’a pas été évoqué lors de la réunion.

Selon une recherche financée par l’Institut national de la justice, les détenus qui sont libérés sous surveillance électronique ont un taux de récidive beaucoup plus faible que ceux qui restent en prison pendant toute la durée de leur peine.

Il semble y avoir beaucoup de refoulement qui, espérons-le, empêchera bientôt que cela devienne une réalité dans l’Ohio, mais le fait qu’il s’agit même d’une conversation aux réunions du conseil municipal est extrêmement alarmant.

En 2004, la FDA a approuvé l’implantation de puces RFID chez l’homme, et bien qu’elles ne soient pas largement utilisées, on a parlé de leur utilisation sur les soldats, et une entreprise du Wisconsin force ses employés à se munir d’une puce pour accéder aux ordinateurs de l’entreprise et accomplir les activités quotidiennes.

Source : The Free Thought Project

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *