L’Organisation mondiale de la santé vient de déclarer la guerre aux acides gras trans

acides gras trans

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé un projet global visant à éliminer les acides gras trans produits industriellement de l’approvisionnement alimentaire mondial d’ici 2023. C’est une bonne idée, mais le plan quinquennal est peut-être trop ambitieux.

Le projet, appelé REPLACE, exhorte les gouvernements du monde entier à éliminer l’utilisation des gras trans produits industriellement, aussi connus sous le nom d’huiles partiellement hydrogénées, au cours des cinq prochaines années. C’est une prochaine étape logique étant donné que de nombreuses juridictions, en particulier celles des pays riches, ont déjà pris des mesures similaires ; mais le défi sera maintenant d’amener les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire à emboîter le pas, une tâche plus difficile en raison de contrôles alimentaires et de sécurité plus faibles.

Les acides gras trans, qui sont produits lorsque l’huile végétale durcit au cours d’un processus appelé hydrogénation, se retrouvent dans la margarine, le ghee et des produits comme Crisco. La margarine était très populaire dans les années 1970, car on la vantait comme une alternative plus saine au beurre à l’époque où les graisses saturées étaient, peut-être injustement, liées aux maladies cardiaques. Les acides gras trans sont également utilisés dans certaines fritures et peuvent souvent être trouvés dans les aliments cuits et transformés.

Selon l’OMS, la consommation d’acides gras trans augmente de 21 % le risque de maladie cardiaque et de 28 % le risque de décès prématuré. Les huiles partiellement hydrogénées entraînent également une inflammation accrue et un dysfonctionnement endothélial, une condition qui précède l’athérosclérose et l’obstruction des artères. À l’échelle mondiale, environ 500 000 personnes meurent chaque année des suites de maladies cardiovasculaires induites par les acides gras trans. Selon les CDC, une réduction de la consommation des acides gras trans permettrait d’éviter entre 10 000 et 20 000 crises cardiaques chaque année, et 3 000 à 7 000 décès annuels dus à des maladies coronariennes aux États-Unis.

Les fabricants affirment que les huiles partiellement hydrogénées prolongent la durée de conservation des aliments et qu’elles sont moins chers que les produits de remplacement, mais l’OMS conteste ces deux allégations.

“L’OMS appelle les gouvernements à utiliser le programme d’action REPLACE pour éliminer les acides gras trans produits industriellement de l’approvisionnement alimentaire”, a dit Tedros Adhanomom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, dans une déclaration. “La mise en œuvre des six actions stratégiques du projet REPLACE contribuera à l’élimination des graisses trans et représentera une victoire majeure dans la lutte mondiale contre les maladies cardiovasculaires.”

Ces six mesures stratégiques visent à assurer “l’élimination rapide, complète et soutenue” des acides gras trans produits industriellement de l’approvisionnement alimentaire mondial :

-Examiner les sources alimentaires d’acides gras trans produits par l’industrie et le paysage en vue de modifier les politiques nécessaires.

-Promouvoir le remplacement des acides gras trans produits industriellement par des gras et des huiles plus sains.

-Légiférer ou adopter des mesures réglementaires pour éliminer les gras trans produits industriellement.

-Évaluer et surveiller la teneur en gras trans dans l’approvisionnement alimentaire et les changements dans la consommation de gras trans dans la population.

-Sensibiliser les décideurs, les producteurs, les fournisseurs et le public à l’impact négatif des gras trans sur la santé.

-Faire respecter les politiques et les règlements.

En s’adressant aux journalistes, M. Ghebreyesus a déclaré que l’annonce d’aujourd’hui marque la première fois que l’OMS appel à l’élimination d’un important facteur de mode de vie responsable d’une maladie non transmissible.

Certains pays ont pratiquement éliminé les acides gras trans produits industriellement en imposant des limites sur la quantité qui peut être ajoutée aux aliments emballés. Certains pays et certaines juridictions ont même pris l’initiative d’interdire les huiles partiellement hydrogénées, principale source d’acides gras trans produits industriellement. Le Danemark a été le premier pays à imposer des restrictions sur les gras trans il y a plus d’une décennie et, en 2015, la Food and Drug Administration des États-Unis a pris des mesures pour éliminer les acides gras trans de l’approvisionnement alimentaire américain d’ici cette année. La ville de New York a adopté des restrictions il y a 10 ans, et des études suggèrent que cette mesure porte déjà ses fruits sous la forme d’une réduction des taux de maladies cardiovasculaires ; une revendication qui demeure controversée.

“L’interdiction des gras trans à New York a contribué à réduire le nombre de crises cardiaques sans changer le goût ou le coût des aliments, et l’élimination de leur utilisation dans le monde entier peut sauver des millions de vies”, a déclaré aujourd’hui Michael R. Bloomberg, maire à trois mandats et ambassadeur mondial de l’OMS pour les maladies non transmissibles. “Une approche globale de la lutte antitabac nous a permis de faire plus de progrès à l’échelle mondiale au cours de la dernière décennie que ce que presque tout le monde pensait possible ; maintenant, une approche similaire aux gras trans peut nous aider à faire ce genre de progrès contre les maladies cardiovasculaires, une autre des principales causes de décès évitables dans le monde.”

Les gras trans semblent être malsains parce qu’ils augmentent les taux de lipoprotéines de basse densité (LDL, ou “mauvais” cholestérol), ce qui a été lié aux maladies cardiovasculaires, aux accidents vasculaires cérébraux et au diabète de type 2. En même temps, les gras trans diminuent les lipoprotéines de haute densité (HDL, ou “bon” cholestérol), ce qui a l’effet bénéfique de transporter le cholestérol des artères au foie pour la transformation. Pendant ce temps, la consommation d’acides gras insaturés réduit le risque de maladie cardiaque en compensant les effets négatifs des acides gras trans sur les lipides sanguins ; les substances grasses présentes dans le sang, y compris le cholestérol et les triglycérides.

Dans ses lignes directrices, l’OMS recommande que les gens réduisent leur consommation totale de gras trans à moins de 1 % de leur apport énergétique quotidien total. Donc, pour un régime de 2 000 calories par jour, cela ne représente pas plus de 2,2 grammes de gras trans par jour.

Les recommandations de l’OMS sont exactement cela : des recommandations. Comme Walter Willett, professeur d’épidémiologie et de nutrition à la Harvard T.H. Chan School of Public Health, a déclaré à CNN, l’OMS n’a aucune capacité d’application de la loi, de sorte que les gouvernements nationaux et locaux devront faire le gros du travail à cet égard.

“L’industrie alimentaire n’est pas monolithique. Certaines parties de l’industrie ont éliminé les gras trans de façon proactive une fois qu’il est devenu évident que c’était nocif, mais d’autres parties de l’industrie sont susceptibles de résister à moins qu’elles ne soient légalement obligées d’éliminer les gras trans de leurs produits”, a déclaré M. Willett à CNN. “À long terme, je suis confiant que les gras trans industriels seront éliminés.”

L’élimination de tous les gras trans fabriqués par l’industrie de l’approvisionnement alimentaire mondial d’ici 2023 est un objectif ambitieux, peut-être irréaliste. Il est également important de souligner que les gras trans d’origine naturelle provenant de mammifères à mâcher comme les vaches et les moutons continueront d’apparaître dans les produits alimentaires, comme le lait, le beurre et le yogourt. Mais une date limite est une bonne chose, car elle communique l’urgence. Comme l’OMS le souligne à juste titre, il n’y a pas d’excuse pour continuer à utiliser les gras trans dans les produits. Il s’agit maintenant d’une question de volonté.

[Organisation mondiale de la santé]

Source : Gizmodo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *