L’état de surveillance dans un style Orwellien prend vie en Chine, qui sera le suivant ?

L'état de surveillance

Nous approchons rapidement de la réalisation technologique et politique de la promesse dystopique de George Orwell pour l’humanité. Dans l’ouvrage classique de 1984, Orwell décrit un avenir étroitement contrôlé où les élites technocratiques ont éradiqué l’individualisme avec une conscience totale de l’information et une surveillance totale de la maison, du bureau, dans la rue.

“Naturellement, il n’y avait pas moyen de savoir si, à un moment donné, on était surveillé. Combien de fois, et suivant quel plan, la Police de la Pensée se branchait-elle sur une ligne individuelle quelconque, personne ne pouvait le savoir. On pouvait même imaginer qu’elle surveillait tout le monde, constamment. Mais de toute façon, elle pouvait mettre une prise sur votre ligne chaque fois qu’elle le désirait. On devait vivre, on vivait, car l’habitude devient instinct, en admettant que tout son émis était entendu et que, sauf dans l’obscurité, tout mouvement était perçu.” ~ George Orwell, 1984

Étant donné que les consommateurs laissent les appareils intelligents entrer dans leur maison, l’audio et la vidéo en temps réel de l’espace personnel sont téléchargés sur le Web à l’intention des entreprises et du gouvernement. L’empiétement dans la maison avec cette surveillance bidirectionnelle est inquiétant, mais depuis des années, nous assistons à l’explosion de caméras de vidéosurveillance dans les rues des grandes villes du monde entier.

Maintenant, couplez les caméras de vidéosurveillance avec la technologie de reconnaissance faciale améliorée par l’intelligence artificielle et vous avez exactement ce dont Orwell nous a avertis.

Une récente exposition de la BBC dans le réseau de caméras de reconnaissance faciale CCTV dans la plus grande ville de Chine, Beijing, nous montre à quel point ce réseau est efficace pour identifier, suivre et intercepter toute personne ciblée ou recherchée en quelques minutes. C’est dans une ville de 21,5 millions d’habitants.

Cela est d’autant plus troublant lorsque vous prenez en compte les progrès de la Chine dans le développement d’un système de classement des individus basé sur un score citoyen reliant les médias sociaux et les big data pour créer un système de castes numériques pour les êtres humains. Quelque chose comme un score de crédit montrant votre loyauté envers l’État.

Cette vision est concrétisée ici par Wired Magazine :

“Imaginez un monde où bon nombre de vos activités quotidiennes étaient constamment surveillées et évaluées : ce que vous achetez dans les magasins et en ligne ; où vous êtes à un moment donné ; qui sont vos amis et comment vous interagissez avec eux ; combien d’heures vous passez à regarder du contenu ou à jouer à des jeux vidéo ; et quelles factures et taxes vous payez (ou non). Ce n’est pas difficile à imaginer, parce que la plupart de cela se produit déjà, grâce à tous ces monstres collecteurs de données comme Google, Facebook et Instagram ou des applications de suivi de la santé comme Fitbit. Mais imaginez maintenant un système où tous ces comportements sont considérés comme positifs ou négatifs et regroupés en un seul chiffre, selon les règles établies par le gouvernement. Cela créerait votre score de citoyen et il dirait à tout le monde si vous êtes digne de confiance ou non. De plus, votre cote serait publiquement classée par rapport à celle de l’ensemble de la population et utilisée pour déterminer votre admissibilité à un prêt hypothécaire ou à un emploi, où vos enfants peuvent aller à l’école ; ou même seulement vos chances d’obtenir une date.”[Source]

Est-ce le modèle pour le reste du monde ?

Jetez un coup d’œil à la façon dont ce système fonctionne, puis demandez-vous si vous êtes prêt à vous soumettre à la vie dans un monde où vos moindres gestes sont suivis et répertoriés par un appareil de sécurité gouvernemental qui voit tout.

Source : Waking Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *