Un homme rentre chez lui deux mois après qu’un test ADN ait montré qu’il était mort


Aigali Supugaliev, un Kazakh de 63 ans, a failli provoquer une crise cardiaque chez ses proches lorsqu’il est rentré chez lui deux mois après avoir enterré son corps. Et alors que les histoires de personnes se présentant après avoir été présumées mortes par leur famille ont déjà fait la une des journaux, celle d’Aigali est particulièrement bizarre car sa mort a été confirmée par un test ADN.

Tout a commencé le 9 juillet, lorsque les proches d’Aigali Supugaliev ont signalé sa disparition dans son village de Tomarly, au Kazakhstan. Ils ne savaient pas que l’homme célibataire s’était vu offrir un emploi de quatre mois dans une ferme éloignée, car il ne s’était pas donné la peine de les en informer, donc quand un corps en décomposition a été découvert près de sa maison, tout le monde craignait le pire. Le cadavre aurait été dans un tel état que la famille d’Aigali n’a pas pu l’identifier par ses traits physiques, un test ADN a donc été commandé. Croyez-le ou non, le test a montré qu’il y avait une probabilité de 99,29% (la plus élevée que ce type de test peut donner) que le corps découvert était celui de Supugaliev, donc un certificat de décès officiel a été délivré, et le frère de l’homme a organisé un enterrement.

Le corps que tout le monde croyait être celui d’Aigali a été enterré dans le quartier Zhuldyz d’Atyrau, après une cérémonie musulmane, mais deux mois plus tard, “le mort” est revenu.

“Quand Aigali est rentrée chez lui vivant et en bonne santé, ma fille Saule, voyant son oncle ‘mort’, a failli s’effondrer avec une crise cardiaque”, a déclaré Esengali, le frère de l’homme, à des journalistes locaux. “L’analyse ADN avait confirmé que c’était mon frère. Nous avons cru aux résultats et nous avons organisé tous les rites funéraires et commémoratifs. J’ai dépensé tellement d’argent pour ça. Mais ce n’est même pas une question d’argent. Qui a-t-on enterré ? Peut-être que ses proches recherchent cette personne.”

Les proches de Supugaliev se sont déclarés ravis de le retrouver vivant et en bonne santé, mais ils n’ont pas oublié le test ADN et prévoient de poursuivre en justice les experts qui l’ont réalisé.

Cependant, Akmaral Zhubatyrova, qui a effectué le test, s’est défendue en disant qu’on ne peut pas se fier à la probabilité de 99,29% pour confirmer le décès d’une personne.

“Il est impossible d’affirmer sans équivoque qu’il s’agit du corps d’une personne, en se fondant uniquement sur les résultats de l’examen de l’ADN”, a déclaré Zhubatyrova aux médias. “Nous ne devrions pas oublier les 0,08 % restants.”

Il n’est pas clair à quel point il sera difficile pour Aigali Supugaliev de retourner légalement parmi les vivants – paperasse et tout – mais entre-temps, il était heureux de poser avec la plaque que ses proches s’apprêtaient à placer sur sa pierre tombale.

Source : Oddity Central – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *