«On dirait qu’on les laisse faire !» : des CRS dénoncent le manque d’anticipation de l’acte 18

Marqué par des violences concentrées sur le VIIIe arrondissement parisien, l’acte 18 des Gilets jaunes aurait-il pu être mieux anticipé ? Des CRS se montrent confus quant à la stratégie adoptée en amont d’un événement qui s’annonçait à risques.

Forcé d’écourter son escapade à la montagne, le chef de l’Etat s’est exprimé dans la soirée du 16 mars sur les débordements parisiens à l’occasion du 18e acte des Gilets jaunes. Ainsi, réitérant des propos déjà tenus le 26 février, Emmanuel Macron a de nouveau estimé que «tous ceux qui étaient là [s’étaient] rendus complices», appelant de ses vœux à «des décisions fortes, complémentaires» pour que ces violences «n’adviennent plus». «Nous n’y sommes pas» a-t-il constaté.

«C’est flagrant, à partir du moment où on n’anticipe pas un dispositif qui était annoncé à risques avec aucun contrôle en amont.»

Un échec qui a été dénoncé au sein même des forces de l’ordre alors que selon certains professionnels, l’événement aurait pu être mieux anticipé. Ainsi, David Michaux, secrétaire national CRS à l’UNSA Police, a dénoncé auprès de France info une mauvaise gestion des priorités : «C’est flagrant, à partir du moment où on n’anticipe pas un dispositif qui était annoncé à risques avec aucun contrôle en amont» : «C’est quand même énorme d’avoir environ 1 000 fonctionnaires de police spécialisés dans le maintien de l’ordre, cantonnés, comme on a pu le connaître dans tous les événements qui ont précédé décembre.» a regretté le syndicaliste.

«C’est pas croyable, on dirait qu’on les laisse faire ! C’est quoi l’objectif ?!»

Un fiasco également ressenti par un autre CRS, dont les propos, rapportés du terrain parisien par le journaliste Wladimir Garcin-Berson du Figaro : «C’est pas croyable, on dirait qu’on les laisse faire ! C’est quoi l’objectif ?!» se serait ainsi indigné l’officier entendu par le journaliste, alors qu’il conversait «discrètement» avec ses coéquipiers, «lors d’une pause aux alentours des Champs».

CRS dénoncent

https://twitter.com/AlexDevecchio/status/1106995484055556097

Un porte-parole du syndicat Unité SGP Police-FO a pour sa part déploré la non-déclaration de manifestations : «On ne pouvait pas sécuriser ces manifestations. Il n’y avait rien de déclaré. Il a fallu un peu de temps à mes collègues pour sécuriser les Champs-Élysées.» a ainsi expliqué le syndicaliste à l’antenne d’Europe 1.

Selon le ministère de l’Intérieur, 32 300 personnes ont manifesté dans toute la France, dont 10 000 à Paris. De son côté, la préfecture de police a rapporté que 237 interpellations avaient été effectuées. En outre, le bilan révélé à 19h a fait état de 17 blessés du côté des forces de l’ordre et un pompier, 42 chez les manifestants.

Le Nombre jaune, collectif de Gilets jaunes qui s’attèle à évaluer la participation aux manifestations chaque samedi, a quant à lui compté 230 766 manifestants, selon une première estimation donnée en fin de journée, Gilets jaunes et manifestants pour le climat confondus.

Lire aussi : Castaner en discothèque avec une «jolie jeune femme» ? «Faute professionnelle» pour des policiers

Source : RT

1 réponse

  1. Decerf Louis dit :

    Vu d’outre Quiévrain…….et parmis les casseurs, des commandos flicards et leur matériel récupéré dans les camionnettes polices

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *