10 sens humains que les cultures anciennes connaissaient, mais nous avons presque tout oublié

sens humains

Nos ancêtres étaient pleinement conscients des différents sens du corps humain et les utilisaient en conséquence. La société moderne semble avoir oublié tout ces sens, car nous croyons qu’il n’y a que cinq sens : la vue, l’odorat, le goût, le toucher et l’ouïe.

Loin de ce qu’on croit dans la culture populaire, les sens humains sont supérieurs à cinq. En plus de la vue, de l’odorat, du goût, du toucher et de l’ouïe, notre corps a de nombreux autres sens qui ont été jetés dans l’ombre au fur et à mesure que la société a évolué.

Dans cet article, nous vous apportons dix sens supplémentaires que vous ne connaissiez probablement pas.

Ces dix sens ont été largement utilisés et reconnus par les cultures anciennes dans le monde entier, mais se sont perdus tout au long des années alors que la société moderne devenait «plus froide» et insensée à cause d’un tas de nombreuses raisons différentes. Nous avons oublié les capacités immenses de notre corps et nous sommes devenus moins connectés à notre environnement, surtout parce que beaucoup d’entre nous sont éloignés de notre environnement, éloignés de nos sens.

Peut-être est-il temps de commencer à suivre le mode de vie ancien et de devenir plus en contact avec les différents sens que notre corps possède, mais nous décidons d’ignorer.

Les chimiorécepteurs : Ils sont liés à la détection des hormones et des médicaments. Ils peuvent également réguler le réflexe de vomissement. Ce sont des extensions sensorielles du système nerveux périphérique dans les vaisseaux sanguins.

Récepteurs extensibles : Situés dans les principaux organes, ils permettent la détection de la dilatation des vaisseaux sanguins. Ils sont liés aux maux de tête. Les récepteurs étirables sont liés neurologiquement à la moelle dans le tronc cérébral par des fibres nerveuses afférentes. Curieusement, ils surveillent la tension artérielle et ont la capacité de stimuler la libération de l’hormone antidiurétique (ADH) de la glande pituitaire postérieure.

Équilibrioception ou le sens de l’équilibre. Ce sens, situé à l’intérieur des oreilles, permet aux humains de maintenir l’équilibre et de faire les changements nécessaires afin que le corps soit maintenu en équilibre pendant le mouvement. L’équilibre est le résultat d’un certain nombre de systèmes corporels travaillant ensemble : les yeux (système visuel), les oreilles (système vestibulaire) et le sens du corps où il se trouve dans l’espace (proprioception) doivent idéalement être intacts.

Nociception : Elle est responsable de la perception de la douleur. Elle se compose de trois types de récepteurs : somatique (os et articulations), cutanés (peau) et viscérale (organes internes). Comme l’ont noté les experts, les nocicepteurs ont un certain seuil ; c’est-à-dire qu’ils ont besoin d’une intensité minimale de stimulation avant de déclencher un signal.

Faim : Grâce à ce sens, le corps identifie le besoin de se nourrir. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, même si nous ressentons de la faim, nous sommes dans un environnement tellement rapide que beaucoup d’entre nous ignorent ce sens. En outre, il y a ceux qui mangent même lorsqu’ils sont pleins, ignorant qu’ils ont acquis ce sens autrefois. Ici, nous pouvons également inclure la soif, qui permet plus ou moins à votre corps de surveiller son niveau d’hydratation afin que vous sachiez quand vous devez vous hydrater.

Capteurs de tension : Ils sont situés dans les muscles et permettent au cerveau de réguler l’intensité de la tension musculaire.

Propioception : Cette carte des récepteurs sensibles permet au corps de connaître l’emplacement spatial de chacune de ses parties. La propioception se distingue de l’extéroception, par laquelle on perçoit le monde extérieur, et l’interception, par laquelle on perçoit la douleur, la faim, etc.

Son / Audition : Ce sens détecte les vibrations sonores logées dans différents milieux, comme dans l’air ou l’eau. Dernièrement, notre société n’entend pas ou n’écoute pas, et nous avons rarement le temps d’écouter le silence, ce qui est largement répandu par différentes cultures à travers le monde.

Thermoception. Ce sens est responsable de la détection de la température de l’environnement extérieur et de la régulation de la température du corps lui-même. Les détails de la façon dont les récepteurs de température fonctionnent sont encore en cours d’investigation.

Démangeaisons : Indépendamment du toucher, il est logique de capturer et d’envoyer la sensation de prurit au cerveau. Selon Brainfacts, les démangeaisons pourraient être une des nombreuses sensations communiquées par d’autres neurones sensoriels.

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *