Des grenades et canons trouvés dans l’épave d’un bateau pirate du 17e siècle


Des grenades à main et des canons du XVIIe siècle provenant de l’épave d’un bateau pirate ont été retrouvés le long de la côte de Cornouailles, au Royaume-Uni.

Des plongeurs ont repéré des artefacts de l’épave du Schiedam, qui a coulé au large de la côte en 1684, après que des tempêtes aient perturbé le sable qui recouvrait les objets sur le fond marin.

bateau pirate

Les deux grenades à main. Photo Robert Felce

Selon Live Science, le Schiedam, qui était à l’origine un navire marchand néerlandais, a été pris comme butin par les pirates barbaresques en 1683, puis saisi par la Royal Navy et utilisé pour le transport.

IFL Science rapporte : “Le dernier de ses jours a été passé comme navire de transport dans la Royal Navy anglaise avant de couler au fond de la mer au milieu d’une tempête le 4 avril 1684, alors qu’il était chargé de munitions d’une colonie britannique en faillite en Afrique du Nord. On pense que les locaux ont pillé la plupart des débris, mais certains de ses trésors sont encore là.”

bateau pirate

Un combat naval avec des corsaires de Barbarie par Laureys a Castro, vers 1681.

L’épave a été redécouverte il y a environ deux ans. L’historien et auteur local Robert Felce a déclaré à Fox News qu’il avait trouvé une grenade à main en novembre 2018 à Dollar Cove sur la péninsule de Lizard à Cornouailles. Felce a trouvé une grenade similaire sur le site en mai 2017.

“Je n’utilise pas de détecteur de métaux, mais la vue”, explique-t-il. “Je me suis habitué à ce à quoi ressemblent beaucoup de ces choses.”

bateau pirate

Les deux grenades à main du XVIIe siècle se composaient chacune d’un obus creux en fer rempli de poudre à canon.

Felce a dit à Live Science qu’il était un visiteur fréquent à la plage, qui est exposée aux fortes vagues de l’Atlantique.

Les deux objets ont été lourdement incrustés après le temps passé sur le fond marin pendant plus de 300 ans, et “Felce a d’abord pensé que la dernière grenade était une pierre ordinaire jusqu’à ce qu’il glisse et la laisse tomber, et elle s’est ouverte, révélant les deux parties de l’arme métallique et la poudre explosive qu’elle contenait”.

bateau pirate

Côte atlantique de Cornouailles.

Bien que la poudre de la grenade soit humide et vieille de plusieurs siècles, il a signalé la découverte à la police locale, qui a fait appel à des experts en déminage de l’armée pour s’assurer qu’elle était sécuritaire.

Le Schiedam a été découvert pour la première fois en 1971 par des plongeurs près de la côte de Cornouailles à une profondeur de 4 à 7 mètres.

Les plongées précédentes ont révélé un arsenal d’armes dans l’épave, y compris de nombreux canons en fer et des roues de chariot. Un levé magnétométrique effectué en 1985 suggère que jusqu’à 15 canons de fer pourraient être enfouis sous le sable.

bateau pirate

David Gibbons/Cornwall Maritime Archaeology

David Gibbons de Cornwall Maritime Archaeology a récemment pris une série d’images photogrammétriques 3D de l’épave redécouverte.

“Le Schiedam est une épave fascinante parce qu’il transportait en 1684 des marchandises de la colonie anglaise de Tanger [Maroc], qui avait été abandonnée aux Maures”, a dit Gibbons à Cornwall Live. “C’est un moment charnière de l’histoire, car l’échec de Tanger a conduit les Anglais à se tourner vers Bombay.”

bateau pirate

Photogrammétrie 3D du bois et de la pierre de l’épave du navire. David Gibbins/Cornwall Maritime Archaeology.

Gibson a continué : “Si les Anglais avaient réussi à créer une enclave commerciale en Afrique du Nord et à concentrer leurs intérêts en Méditerranée plutôt qu’en Inde, le monde aurait été bien différent aujourd’hui.”

Lorsque le navire s’est échoué, il n’y a pas eu de morts, ce qui est inhabituel.

“Comme il s’agissait d’un navire appartenant à l’État à cette époque, ils voulaient retirer la plus grande partie de la cargaison, parce qu’il s’agissait de munitions”, a dit M. Felce lors d’une entrevue. “Ils ont dû faire appel à des compagnies [de soldats] du [comté voisin de] Devon. Ces gens ont sauvé autant de choses qu’ils ont pu.”

Lire aussi : Une épave de 400 ans retrouvée au large de la côte portugaise qualifiée de “découverte de la décennie”

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *