Monowi : La ville d’Amérique la plus petite et la plus isolée a une population de 1

Monowi

Bienvenue à Monowi, Nebraska, population 1. Selon les données du recensement américain de 2010, Monowi est la seule ville du pays à avoir un seul résident.

En tant que seule personne vivant à Monowi, Elsie Eiler, âgée de 84 ans, est la mairesse, greffière, trésorière, bibliothécaire, barmaid, entre autres. Chaque année, elle accroche un panneau dans la taverne pour les élections municipales et vote pour elle-même. La loi fédérale l’oblige également à produire chaque année un plan de voirie municipale afin d’assurer le financement de l’État et à payer 500 $ en taxes pour maintenir le bon fonctionnement de l’eau et l’électricité. Elle s’occupe également des formalités administratives nécessaires pour conserver le statut de Monowi et l’empêcher de devenir une ville fantôme.

Monowi

“Chaque année, lorsque je demande à l’État ma licence d’alcool et ma licence de tabac, ils les envoient au secrétaire du village, c’est-à-dire moi”, a-t-elle déclaré à la BBC. “Alors, je les obtiens en tant que secrétaire, je les signe comme greffière et je me les donne en tant que propriétaire du bar.”

“Je suis heureuse ici. J’ai grandi ici, j’ai l’habitude et je sais ce que je veux.” À ajouté Eiler.

Dans les années 1930, Monowi était une escale sur le chemin de fer Elkhorn Railroad avec une population de 150 personnes, trois épiceries, plusieurs restaurants et même une prison. Eiler a été élevée dans une ferme à la périphérie de la ville et a rencontré son mari Rudy à l’école primaire. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Rudy s’est enrôlé dans l’US Air Force. Pendant qu’il a servi pendant la guerre de Corée, Eiler s’est installé à Kansas City pour travailler avec une compagnie aérienne.

“Je suis allée travailler pour une compagnie aérienne avec le rêve de devenir hôtesse de l’air”, a-t-elle déclaré à la BBC. “Je n’aimais pas beaucoup la ville, Monowi avait toujours été là.”

Eiler a épousé Rudy à 19 ans et ils ont élevé deux enfants à Monowi. En 1971, le couple décide de rouvrir la taverne du père d’Eiler. Au moment de l’ouverture de la taverne Monowi, cependant, la petite ville avait commencé son déclin. Après la Seconde Guerre mondiale, les économies rurales se sont effondrées dans tout le Midwest et des communautés entières ont commencé à disparaître du cœur des États-Unis.

En 1960, l’église a tenu ses dernières funérailles pour le père d’Eiler, puis, entre 1967 et 1970, le bureau de poste et la seule épicerie restante ont fermé leurs portes. L’école a fermé ses portes en 1974. Au milieu des années 70, les deux enfants d’Eiler ont déménagé pour trouver du travail et en 1980, la population de la ville avait chuté à 18. Vingt ans plus tard, Rudy et Eiler formaient la population entière de Monowi jusqu’au décès de Rudy en 2004.

“Nous avons probablement le record en diminuant la population de 50%”, a dit Eiler à Reuters.

Même si elle vit seule, Eiler dit qu’elle ne se sent pas seule. Six jours par semaine, elle ouvre la taverne à 9 h et passe 12 heures à servir ses habitués, qu’elle a pour la plupart connus toute sa vie.

“C’est comme une grande famille”, dit Eiler. “Il y a des clients de quatrième et cinquième génération qui arrivent. C’est plutôt chouette quand les gens dont vous vous souvenez sont en train d’amener leurs bébés pour me les montrer.”

Outre la taverne, il y a un autre bâtiment public à Monowi : la Bibliothèque de Rudy. Passionné de lecture, le dernier souhait de Rudy était de transformer sa collection privée en bibliothèque publique. Monowi a maintenant une petite bibliothèque publique avec une sélection de plus de 5000 livres et magazines. Eiler est naturellement bibliothécaire. Une clé est accrochée dans la taverne pour quiconque veut vérifier quelque chose, en utilisant le système d’honneur pour le faire.

Quand Rudy est décédé, Monowi a surpassé Gross, au Nebraska (population : 2) pour devenir la seule ville incorporée aux États-Unis avec un seul résident. Depuis 14 ans, des visiteurs du monde entier sont venus voir la ville et ont rempli quatre livres d’or de signatures.

Eiler a cinq petits-enfants et deux arrière-petits-enfants, de ses deux enfants. Les plus proches d’entre eux vivent à Ponca, au Nebraska, à environ 140 kilomètres de distance, mais d’autres vivent aussi loin que les Pays-Bas.

“Je sais que je pourrais toujours m’approcher de mes enfants ou rester avec eux quand je veux, mais je devrais me faire de nouveaux amis”, a dit Eiler. “Tant que je peux être ici, c’est là où je veux vraiment être.”

Source : Oddity Central – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *