La France demande à Facebook d’arrêter de suivre à la trace les non-inscrits et l’envoi de données aux USA

Les autorités françaises ne sont pas impressionnées par Facebook : les responsables de la protection des données du pays ont dit au réseau social qu’il a seulement trois mois pour arrêter de suivre à la trace la navigation des personnes qui ne sont pas inscrites à Facebook.

Les autorités françaises ont également exigé que le transfert de certaines données personnelles entre les serveurs européens et américains soient stoppé, rapporte Reuters. Voilà la première demande de haut niveau de ce type depuis une décision de justice de l’Union européenne l’an dernier qui a mis le libre transfert des données entre l’UE et les États-Unis dans le doute.

L’accord appelé Safe Harbor a permis aux organisations basées aux États-Unis d’extraire des données privées à partir de serveurs en Europe à travers l’Atlantique. Mais cela a été jugé illégal l’an dernier, et la date limite pour trouver d’autres accord a expiré.

En attendant, les autorités françaises affirment également que la mise en place d’un cookie sur les ordinateurs des utilisateurs non-inscrits, qui leur permet de suivre à la trace leur navigation, viole le droit à la vie privée française.

Pour sa part, Facebook estime qu’il est conforme à la législation de l’Union européenne. Se confiant à Reuters, un membre du personnel du réseau social a expliqué que “la protection de la vie privée des personnes qui utilisent Facebook est au cœur de tout ce que nous faisons. Nous sommes impatients de répondre à leurs préoccupations”.

Les autorités françaises disent que si Facebook n’agit pas dans les trois mois, il pourra être condamné à une amende.

Source : Gizmodo – Image : AP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *