Quatre navires fantômes contenant 8 squelettes viennent de s’échouer au Japon

Un mystère est à l’œuvre au Japon, où quatre bateaux (dont certains contenaient des cadavres) ont échoué à terre. Bien que les autorités n’aient pas confirmé leur origine, des signes suggèrent qu’ils viennent de Corée du Nord.

L’un des bateaux a été trouvé sur la plage de Miyazawa, située au nord-ouest de l’île principale du Japon, Honshu. Selon les gardes-côtes d’Akita, huit squelettes ont été retrouvés dans sa coque. Vendredi dernier, l’embarcation non identifiée a été aperçue dérivant vers la rive. La triste découverte a été faite peu de temps après.

Les officiels pensent que les bateaux viennent de Corée du Nord, car ils correspondent à une collection de navires et de débris qui ont fait leur chemin vers la côte ouest du Japon. D’après Satoru Miyamoto, professeur à l’université de Seigakuin, les navires liés à la Corée du Nord ont été emportés jusqu’au Japon dès 2013.

“C’est suite à la décision de Kim Jong Un, il a fait étendre l’industrie de la pêche pour augmenter les revenus des militaires. Ils utilisent de vieux bateaux habités par les militaires, par des gens qui n’ont aucune connaissance en matière de pêche”, dit-il. “Ça continuera.”

Les quatre bateaux ont échoué à terre les 15, 17, 23 et 27 novembre. Trois cadavres ont été retrouvés dans le premier et ont été rapportés en Corée du Nord avec les survivants. Mais deux jours plus tard, la Garde côtière a trouvé quatre autres cadavres sur un bateau différent ; il avait échoué à terre dans la même zone. Quelques jours plus tard, huit Nord-Coréens ont été secourus après que leur bateau se soit retrouvé dans la préfecture d’Akita. Et quatre jours plus tard, huit squelettes ont été découverts.

Que se passe-t-il ?

Ce n’est pas la première fois qu’un groupe de navires sans vie débarque au Japon. En 2015, plus de 12 “navires fantômes” ont été découverts avec des cadavres à bord. À cette époque, les experts ont émis l’hypothèse que les corps étaient probablement des réfugiés ou des pêcheurs. Ils pensaient que l’équipage s’aventurait dans des eaux dangereuses par désespoir ; peut-être pour échapper à la Corée du Nord et à ses rations limitées.

Cependant, il y a plus à digérer. Au cours des derniers mois, un soldat a fait une percée spectaculaire dans la zone démilitarisée lors de son évasion de la Corée du Nord. Lorsqu’il a été hospitalisé, les médecins ont découvert un grand nombre et de multiples formes de vers parasites. Certains mesuraient même jusqu’à 27 centimètres ! Le soldat a également été infecté par le virus de l’hépatite B. Certains experts pensent maintenant que son état est révélateur de la raison pour laquelle tant de gens tentent de fuir la Corée du Nord.

Selon Choi Min-ho, professeur au Collège universitaire national de médecine de Séoul, l’utilisation de déchets humains comme engrais sur les cultures et les mauvaises conditions sanitaires ont probablement entraîné la transmission de kystes parasites.

Selon l’expert en parasite : “Les vers intestinaux se transmettent généralement par contact avec des matières fécales ou des mains non lavées. Les infections sont facilement traitées avec des médicaments. C’est un cercle vicieux difficile à arrêter en Corée du Nord. Ils sont tellement désespérés de joindre les deux bouts qu’ils ne peuvent pas prendre de mesures préventives.”

Bien qu’il soit presque impossible de confirmer ce qui se passe ou non en Corée du Nord, il semble évident qu’une grande partie de la population est malheureuse. Le transfuge nord-coréen et ancien officier de l’armée Kong Ri Hyuk l’a confirmé en disant à CNN que les conditions dans sa maison étaient “très rudes” avant qu’il ne s’échappe il y a quatre ans.

“Tout le monde avait faim, même les soldats. L’ONU envoie du riz et de l’engrais et tout cela va aux hauts fonctionnaires sous la direction de Kim Jong Un (leader nord-coréen). Il y a beaucoup de soldats qui meurent aussi de maladie parce qu’ils ne reçoivent pas de traitement médical.”

Comme le rapporte CNN, la Corée du Nord a souffert d’une famine intense dans les années 1990, qui a tué jusqu’à 1 million de personnes. L’ONU estime maintenant que 70% des 25 millions d’habitants du pays ne mangent toujours pas de façon équilibrée et saine.

Source : Truth Theory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *