Le premier “robot avocat” annule 160.000 contraventions de stationnement

contraventions-robot-avocat

Un robot avocat qui discute en ligne gratuitement a réussi à annuler le nombre stupéfiant de 160.000 contraventions de stationnement à Londres et à New York City, ce qui a fait économisé beaucoup de personnes, la somme totale s’élevait à 3,5 millions d’euros.

L’intelligence artificielle a été lancée il y a seulement 21 mois et est présentée comme le “premier robot avocat du monde”.

DoNotPay utilise une interface de chat simple pour guider les utilisateurs à travers une série de questions de base afin d’établir si le remboursement d’une contravention est possible ou non.

Celles-ci comprennent des requêtes pour savoir s’il y avait des signalisations de stationnement visibles à l’endroit où la contravention a été délivrée.

L’avocat robot guide ensuite l’utilisateur à travers le long processus de demande d’appel.

Le chatbot est le fruit d’un étudiant britannique de 19 ans qui est codeur autodidacte, son nom est Joshua Browder.

Il a créé le site web DoNotPay en numérisant des milliers de documents publiés en vertu du Freedom of Information Act, sous la direction d’un avocat de la circulation.

Le site de l’étudiant de l’université de Stanford a remporté le nombre impressionnant de 160.000 cas sur 250.000 au total qu’il a reçu.

“Je pense que les personnes qui reçoivent des contraventions de stationnement sont les plus vulnérables dans la société. Ces gens ne cherchent pas à enfreindre la loi. Je pense qu’ils sont exploités en tant que source de revenus par le gouvernement local”, a dit Browder à VentureBeat.

Après avoir été lancé avec succès à Londres et à New York, le service devrait prochainement arriver à Seattle.

Bien que le système n’a jusqu’à présent été utilisé que pour contester des amendes de stationnement, Browder espère adapter son robot pour un certain nombre d’utilisations altruistes.

À l’avenir, il a l’intention d’utiliser l’intelligence artificielle pour aider les personnes avec des compensations en retard, aider les personnes séropositives à comprendre leurs droits, et fournir un soutien aux réfugiés qui luttent pour naviguer dans des systèmes juridiques étrangers.

Source : Mirror.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *