Bill Gates avertit qu’une nouvelle maladie pourrait tuer 30 millions de personnes en 6 mois

S’il y a une chose que l’histoire nous a appris, c’est qu’une nouvelle maladie mortelle va survenir et se propager dans le monde entier.

Cela pourrait se produire facilement au cours de la prochaine décennie. Et comme Bill Gates l’a dit aux auditeurs lors d’une discussion sur les épidémies organisée par la Massachusetts Medical Society et le New England Journal of Medicine en avril dernier, nous ne sommes pas prêts.

Gates a reconnu qu’il est habituellement l’optimiste dans la salle, rappelant aux gens que nous sortons les enfants de la pauvreté dans le monde entier et que nous nous améliorons pour éliminer des maladies comme la polio et le paludisme.

Mais “il y a un domaine où le monde ne progresse pas beaucoup”, a dit M. Gates, “c’est la préparation à une pandémie”.

La probabilité qu’une telle maladie apparaisse continue d’augmenter.

De nouveaux agents pathogènes apparaissent tout le temps à mesure que la population mondiale augmente et que l’humanité empiète sur les milieux sauvages. Il est de plus en plus facile pour les individus ou les petits groupes de créer des maladies militarisées qui pourraient se propager comme des feux de forêt dans le monde entier.

Selon Bill Gates, un petit acteur non étatique pourrait fabriquer une forme encore plus mortelle de variole dans un laboratoire.

Et dans notre monde interconnecté, les gens sautent toujours dans les avions, traversant les villes d’un continent à l’autre en quelques heures.

Gates a présenté une simulation de l’Institute for Disease Modelling ayant révélé qu’une nouvelle grippe comme celle qui a tué 50 millions de personnes lors de la pandémie de 1918 allait probablement tuer 30 millions de personnes en six mois.

Et la maladie qui nous prendra par surprise sera probablement celle que nous verrons pour la première fois au début d’une épidémie, comme ce qui s’est produit récemment avec le SRAS et les virus MERS.

Si vous disiez aux gouvernements du monde entier que des armes qui pourraient tuer 30 millions de personnes sont actuellement en construction, il y aurait un sentiment d’urgence à se préparer à cette menace, a dit Bill Gates.

“Dans le cas des menaces biologiques, ce sentiment d’urgence fait défaut”, a-t-il dit. “Le monde doit se préparer aux pandémies de la même manière qu’il se prépare à la guerre.”

Stopper la prochaine pandémie

La seule fois où les militaires ont essayé une sorte de jeu de guerre simulé contre une pandémie de variole, le score final était “variole un, humanité zéro”, a dit M. Gates.

Mais il a réitéré être optimiste et il pense que nous pourrions mieux nous préparer à la prochaine menace virale ou bactérienne.

D’une certaine façon, nous sommes mieux préparés que nous ne l’étions aux pandémies précédentes. Nous avons des médicaments antiviraux qui, dans bien des cas, peuvent au moins contribuer à améliorer les taux de survie. Nous avons des antibiotiques qui peuvent traiter les infections secondaires comme la pneumonie associée à la grippe.

Nous nous rapprochons également d’un vaccin universel contre la grippe ; M. Gates a annoncé vendredi que la Fondation Bill et Melinda Gates offrirait 12 millions de dollars US en subventions pour encourager son développement.

Et nous nous améliorons aussi en matière de diagnostic rapide, ce qui est essentiel, car la première étape vers la lutte contre une nouvelle maladie est la mise en quarantaine.

Toujours en avril, un article de recherche paru dans la revue Science vantait le développement d’une façon d’utiliser la technologie d’édition de gènes Crispr pour détecter rapidement les maladies et les identifier en utilisant le même type de bande de papier utilisé dans un test de grossesse à domicile.

Mais nous ne sommes pas encore assez bons pour identifier rapidement la menace d’une maladie et coordonner une réponse, comme l’a montré la réaction mondiale à la dernière épidémie d’Ebola.

Il doit y avoir une meilleure communication entre les militaires et les gouvernements pour aider à coordonner les réponses, a dit M. Gates. Et il pense que les gouvernements ont besoin de moyens pour obtenir rapidement l’aide du secteur privé lorsqu’il s’agit de mettre au point des technologies et des outils pour lutter contre une maladie mortelle émergente.

Melinda Gates a récemment déclaré que la menace d’une pandémie mondiale, qu’elle survienne naturellement ou qu’elle soit le fruit du génie, était peut-être le plus grand risque pour l’humanité.

“Pensez au nombre de personnes qui quittent New York tous les jours et vont partout dans le monde – nous sommes un monde interconnecté”, a-t-elle dit.

Ces liens nous rendent tous vulnérables.

Une version de cet article a été publiée pour la première fois en avril 2018.

Cet article a été publié à l’origine par Business Insider.

Lire aussi : La Fondation Gates débloque un budget pour un plan anti-moustiques radical

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *