Quel est le secret de la longue vie des centenaires ? La réponse pourrait se trouver dans leurs entrailles


Vivre plus de 100 ans est un exploit rare pour un être humain. Selon de nouvelles recherches, les centenaires pourraient être redevables à leur microbiome intestinal, du moins en partie.

Une étude portant sur des Japonais ayant vécu plus d’un siècle a révélé qu’ils hébergeaient des groupes distincts de bactéries dans leur intestin, qui génèrent des composés uniques et pourraient même parer aux infections et autres facteurs de stress environnementaux.

Les centenaires, en général, sont moins sensibles aux maladies chroniques liées à l’âge et sont en quelque sorte capables de déjouer les maladies infectieuses. Il semble maintenant que le microbiome intestinal – les milliards de micro-organismes qui vivent dans notre tube digestif – pourrait contribuer à expliquer pourquoi.

Nous pourrions penser que les secrets d’une longue vie sont inscrits dans nos gènes. Mais la génétique ne compte que pour moins de 30 % de la longévité, ce qui laisse la porte grande ouverte à de nombreux autres facteurs qui évoluent avec le temps, notamment le régime alimentaire, les relations et, maintenant, peut-être, les bactéries intestinales.

Les chercheurs ont recruté 160 centenaires dans tout le Japon, âgés en moyenne de 107 ans, et ont comparé les communautés bactériennes trouvées dans leurs échantillons fécaux à celles de 112 autres personnes âgées de plus de 80 ans, ainsi qu’à celles de 47 personnes plus jeunes.

Les chercheurs, dirigés par la microbiologiste Yuko Sato de la faculté de médecine de l’université Keio à Tokyo, ont recherché des différences dans leurs microbiomes intestinaux, c’est-à-dire les types d’espèces bactériennes présentes et les types de composés qu’elles produisent.

Des études antérieures menées sur des centenaires de Sardaigne, en Italie, ont révélé que les personnes âgées de plus de 100 ans présentaient une plus grande diversité d’espèces du microbiote central vivant dans leurs intestins que les jeunes et les personnes âgées.

L’intérêt d’étudier le microbiome intestinal est qu’en déterminant à quoi ressemble un microbiome sain, les scientifiques pourraient trouver des moyens de modifier les communautés bactériennes ou de corriger leurs déséquilibres afin de prévenir les maladies et d’améliorer la santé d’autres personnes.

Aussi séduisante que cette idée puisse paraître, le microbiome intestinal est une grosse bête, extrêmement complexe mais aussi très sensible. Des études ont montré qu’un changement de régime alimentaire peut rapidement modifier la composition des microbes intestinaux en l’espace de quelques jours, en favorisant certaines espèces au détriment d’autres.

Cela dit, les centenaires sont un exemple extrême de vieillissement sain, et ces personnes doivent donc faire quelque chose de bien pour vivre aussi longtemps.

Alors que certains des centenaires de cette nouvelle étude japonaise présentaient des signes typiques de vieillissement, tels qu’une faible inflammation, “la majorité des centenaires étaient exempts de maladies chroniques telles que l’obésité, le diabète, l’hypertension et le cancer”, écrivent les chercheurs dans leur article.

La charge totale en acides biliaires n’était pas différente entre les groupes, mais les centenaires avaient un mélange unique d’acides biliaires, grâce à une poignée de souches bactériennes capables de les synthétiser.

En y regardant de plus près, un groupe de microbes s’est distingué : Les souches Odoribacteraceae, qui produisaient de manière fiable un type d’acide biliaire appelé acide isoallo-lithocholique (isoalloLCA).

“Les chercheurs écrivent que le profil des acides fécaux et le type de communauté [microbienne] de centenaires étaient généralement stables entre les échantillons longitudinaux”, écrivent les chercheurs.

Mais l’étude n’a pas pris en compte d’autres facteurs liés au mode de vie, comme le régime alimentaire, de sorte que nous ne pouvons pas dire ce qui a contribué exactement au profil unique de leur microbiome.

Lors d’autres expériences, Sato et ses collègues ont montré que l’isoalloLCA pouvait inhiber la croissance de clostridium difficile cultivé en laboratoire, un microbe intestinal courant qui provoque des diarrhées sévères et des inflammations graves du côlon.

Et lorsque des souris infectées par C. difficile ont reçu des doses d’Odoribacteraceae, les souches productrices de bile identifiées chez les centenaires, le traitement a réduit la quantité de C. difficile excrétée dans les excréments des souris en dessous de niveaux détectables, ce qui suggère qu’il les a aidées à éviter l’infection.

“À notre connaissance, l’isoalloLCA est l’un des agents antimicrobiens les plus puissants et sélectifs contre les microbes à Gram positif, y compris les pathogènes multirésistants”, concluent les chercheurs dans leur article, allant jusqu’à suggérer que les espèces productrices d’isoalloLCA, comme les Odoribacteraceae, pourraient être utilisées pour aider à maintenir une bonne santé intestinale jusqu’à un âge avancé.

Si ces expériences en laboratoire permettent d’expliquer comment les espèces bactériennes trouvées chez les centenaires pourraient offrir une certaine protection contre les infections par le biais des acides biliaires, d’autres experts sont plus prudents quant à ces résultats.

“Comme beaucoup d’études qui cherchent à associer des signatures spécifiques du microbiome à des conditions particulières chez l’homme, ces travaux révèlent surtout des corrélations plutôt que des liens de causalité”, explique Kim Barrett, physiologiste de recherche à l’UC San Diego, qui n’a pas participé à l’étude.

D’autre part, les acides biliaires apparaissent comme une nouvelle catégorie d’hormones intestinales qui semblent faire plus que faciliter la digestion et l’absorption des graisses, explique Barrett.

“Il est certainement concevable que la manipulation des concentrations d’acides biliaires spécifiques, qu’ils soient microbiens ou administrés directement, puisse avoir des effets bénéfiques sur la santé”, ajoute-t-elle.

Toutefois, les traitements probiotiques contenant des bactéries vivantes censées être bénéfiques pour la santé ont donné des résultats variables jusqu’à présent, de sorte que des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que vous puissiez espérer une pilule contenant des bactéries pour la longévité.

De plus, il existe de nombreuses autres choses liées à la longévité que nous pouvons tous essayer de faire, comme rester sociable, réduire le stress et – vous l’avez deviné – bien manger.

Les recherches ont été publiées dans Nature.

Lire aussi : Betty White fête ses 99 ans et ses conseils pour vivre une vie longue et heureuse sont plus précieux que jamais

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *