En Antarctique, les scientifiques entrent dans un état extrême d'”hibernation psychologique”

Certaines des sciences les plus importantes du monde se déroulent dans l’un de ses endroits les plus inhospitaliers et les plus hostiles. Mais cela a un coût, révèlent de nouvelles recherches.

Une nouvelle analyse à long terme des chercheurs stationnés en Antarctique jette un éclairage nouveau sur un phénomène psychologique que très peu d’entre nous ont à vivre : un mécanisme d’adaptation unique, déclenché lorsque les gens sont confinés en isolement dans un environnement physique sombre et extrême pendant plusieurs mois d’affilés.

Cette maladie, connue sous le nom de syndrome mental d’hivernage, n’est pas seulement un phénomène auquel les scientifiques des régions polaires extrêmes de la Terre sont confrontés.

Selon les chercheurs, les gens pourraient aussi être vulnérables à d’autres types exceptionnels de confinement prolongé, comme lors de missions de plusieurs mois sur Mars (ou en poste sur Mars), par exemple.

“Nos résultats pourraient refléter une forme d’hibernation psychologique”, explique l’un des chercheurs à l’origine de la nouvelle étude, le psychologue Nathan Smith de l’Université de Manchester au Royaume-Uni.

“Des recherches antérieures ont suggéré qu’il s’agit d’un mécanisme de protection contre le stress chronique, ce qui est logique – si les conditions sont incontrôlables, mais que vous savez qu’à un moment donné, les choses vont s’améliorer, vous pouvez choisir de réduire vos efforts d’adaptation afin de préserver votre énergie.”

Afin de mieux comprendre comment se présente le syndrome du passage de l’hiver, l’équipe de Smith a étudié le bien-être psychologique de deux équipes de chercheurs basés à la station Concordia de l’Antarctique, exploitée conjointement par la France et l’Italie, et située sur le plateau antarctique en Antarctique de l’Est.

Les 27 participants – qui étaient stationnés à l’établissement en deux groupes distincts pendant environ 10 mois à la fois, y compris les mois d’hiver sombres – ont fait mesurer leur qualité de sommeil au moyen d’un journal de sommeil qu’ils ont rempli tout au long de l’expérience.

Ils ont également été évalués sur leur santé émotionnelle et leurs stratégies d’adaptation au moyen de deux questionnaires psychométriques : le Positive and Negative Affect Schedule (PANAS) et la Utrecht Coping List (UCL), respectivement.

Ce que Smith et ses collègues chercheurs ont découvert, c’est que la qualité du sommeil et l’état émotionnel des participants ont tous deux souffert pendant les mois d’hiver, qui se sont largement déroulés à l’intérieur, et qui ont commencé à se rétablir lorsque l’été a été plus chaud et plus clair.

Ces effets n’ont pas surpris les chercheurs, mais ce qui l’a fait, c’est la façon dont les mécanismes d’adaptation se sont déroulés pendant l’expérience.

“Le résultat le plus frappant de cette étude est peut-être la réduction de toutes les stratégies d’adaptation observées au milieu de l’hiver”, expliquent les auteurs dans leur article.

“Ce schéma contredit l’idée que les stratégies émotionnelles et l’évitement prennent le pas sur les stratégies plus actives dans les situations impliquant des facteurs de stress chroniques.”

En d’autres termes, les chercheurs s’attendaient à ce que les comportements actifs durant l’hiver (comme la capacité de résoudre des problèmes) diminuent, mais que les formes passives (émotions comme le déni et la dépression) augmentent.

Mais c’est ce qui s’est passé. Dans l’étude, ces formes passives d’adaptation semblaient également décliner en réaction à l’enfermement extrême, entraînant une indifférence générale et une apathie émotionnelle.

Les chercheurs affirment que cela correspond à un “état de fugue psychologique léger connu sous le nom de regard antarctique… caractérisé par un état de conscience altéré ou une distraction prononcée, une ‘dérive’, une perte d’attention et une détérioration de la conscience situationnelle”.

Essentiellement, le phénomène semble être une sorte d’hibernation psychologique, ce qui a également été observé dans des simulations de missions sur Mars d’une durée de 520 jours.

Bien que la pseudo-hibernation s’accompagne de sa part de symptômes négatifs, les chercheurs pensent qu’elle peut avoir des aspects positifs, offrant une façon de composer avec la dureté et le stress de longues périodes d’isolement avec peu ou pas de stimulation, et la comparant à la capacité de “se détacher” mentalement du stress au travail.

Cela dit, l’équipe reconnaît que nous avons besoin d’études plus approfondies pour examiner ce phénomène étrange, même si cet effet secondaire du confinement et de l’isolement pourrait ne pas poser le même niveau de menace que par le passé.

“Historiquement, cela aura toujours été dangereux – bien que dans cet état, vous puissiez être lent à réagir à des conditions changeantes qui, dans des conditions climatiques extrêmement froides, peuvent entraîner des blessures graves ou la mort”, explique M. Smith.

“Cependant, les stations antarctiques sont beaucoup plus habitables de nos jours et offrent un haut niveau de protection contre les éléments – se détacher du stress chronique comme mécanisme d’adaptation pourrait donc être efficace.”

Les résultats sont présentés dans Frontiers in Psychology.

Lire aussi : En Antarctique, des scientifiques cultivent des légumes hors-sol et sans lumière du jour

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *