La réplication de l’ADN filmée pour la première fois

réplication de l’ADN

Des chercheurs en génétique ont récemment enregistré des séquences rapprochées d’une seule molécule d’ADN se répliquant. Cette première soulève de nombreuses questions et pourrait bien mener à revoir les manuels scolaires.

Quasiment toute la vie sur Terre est basée sur l’ADN copié ou répliqué et la compréhension de la façon dont ce processus fonctionne pourrait conduire à un large éventail de découvertes, que ce soit en biologie ou en médecine. Il y a quelques jours, des chercheurs ont pour la première fois pu observer en direct les différentes étapes dans la réplication d’une seule molécule d’ADN (voir vidéo ci-dessous). Et les résultats sont très surprenants. Il semblerait en effet que le hasard joue un rôle plus important que prévu.

« C’est une façon différente de penser la réplication qui soulève de nouvelles questions », a déclaré Stephen Kowalczykowski, professeur en microbiologie et génétique moléculaire à l’Université de Californie, principal auteur de cette étude qui fait l’objet d’une publication dans la revue Cell. À l’aide d’une technologie d’imagerie sophistiquée (et d’une grande patience), Kowalczykowski et son équipe ont pu observer l’ADN de la bactérie E. coli se répliquant sur une lame de verre.

Bien que l’ADN des bactéries et de l’humain soit différent, ils utilisent le même processus de réplication, de sorte que les images nous fournissent ici des informations intéressantes sur ce qui se passe dans le corps de chaque être vivant. Voici tout d’abord une vidéo expliquant assez clairement le processus de réplication d’ADN :

Ce que les chercheurs ont ici observé contre toute attente, c’est un manque de synchronisme dans le processus entre les brins comme si les deux parties étaient des entités distinctes dans leur propre calendrier. « Dans certaines situations, une chaîne interrompt la synthèse, tandis que l’autre continue à croître. D’autres fois, une chaîne est reproduite à une vitesse dix fois plus élevée que d’habitude, tout cela sans raison apparente », notent les chercheurs

« Nous montrons ici qu’il n’y a pas de coordination entre les chaînes. Ils sont complètement autonomes. C’est très différent de ce que nous voyons dans les manuels scolaires », s’étonnent les chercheurs. Ils ont également constaté qu’en raison de ce manque de synchronisme entre les brins, l’hélice d’ADN disposait d’une sorte de freinage d’urgence qui empêche l’hélicase (l’enzyme responsable de la rupture des liaisons hydrogène entre les deux chaînes) de fonctionner correctement, causant la plus grande confusion parmi les chaînes et se terminant par une mutation génétique.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *