Un scientifique découvre accidentellement comment faire pousser le corail 40 fois plus vite

le corail

Les nouvelles feraient croire aux lecteurs que nous sommes à la fin des temps – que le changement climatique a atteint le point de non-retour et que le monde est au bord de l’usure nucléaire. Malheureusement, les histoires pleines d’espoir et inspirantes ont tendance à passer beaucoup trop vite, mais si vous les cherchez, elles sont toujours là. Certains sont le résultat d’années de travail, de recherche et d’investissements, tandis que d’autres sont le fruit du hasard.

Prenons l’exemple de la Grande Barrière de Corail. Les récifs coralliens représentent à peine 1 % de l’ensemble de l’océan de la planète Terre. Malgré la minuscule surface qu’ils couvrent, les récifs coralliens fournissent nourriture et abri à un quart de toute la vie marine. Les récifs abritent également une vie marine qui se retrouve dans la chaîne alimentaire humaine, nourrissant un milliard d’entre nous.

À cause de ce qu’on appelle le “blanchissement”, environ deux tiers de la Grande Barrière de corail d’Australie ont été tués par une élévation de la température, que l’on pense due au réchauffement climatique. Les statistiques sont alarmantes.

Heureusement, et tout à fait par accident, le Dr David Vaughan, du Mote Marine Laboratory en Floride, a peut-être trouvé un moyen de renverser cette perte dévastatrice.

Le corail met habituellement 25 à 75 ans pour atteindre sa maturité sexuelle, ce qui signifie qu’il peut prendre jusqu’à six ans pour planter 600 coraux. Ce seul fait est l’une des raisons pour lesquelles le blanchissement de la Grande Barrière de corail est si alarmant. Mais grâce au Dr Vaughan, nous pourrons peut-être aider le corail à croître quarante fois plus vite !

Le Good News Network décrit la découverte accidentelle du Dr Vaughan :

“Il essayait d’enlever un corail du fond d’un réservoir quand il s’est brisé en une douzaine de morceaux. À sa grande surprise, toutes les pièces ont retrouvé la même taille en trois semaines à peine, alors qu’il avait fallu trois ans pour faire pousser le corail original.”

Le processus de fragmentation du corail pour favoriser la repousse n’est pas nouveau. En fait, le processus existe depuis les années 1960. Selon un ancien stagiaire du Dr Vaughan, cette nouvelle approche diffère grandement en ce sens que le Dr Vaughan “a essentiellement ajusté les fragments coralliens à une eau plus acide et plus chaude pour mieux les préparer au changement climatique”.

“C’est maintenant une nouvelle découverte qui peut donner un réel espoir à nos récifs coralliens qui n’a jamais existé auparavant”, a déclaré Vaughan à BBC One. “Nous avons essayé [ce processus] avec toutes les autres espèces de coraux des Florida Keys et ça fonctionne pour eux tous.”

Cette nouvelle méthode a connu un tel succès que les chercheurs produiraient du corail plus rapidement qu’ils ne peuvent en obtenir de nouveaux pour l’utiliser.

M. Vaughan et son équipe prévoient planter 100 000 coraux dans le récif de Floride d’ici 2019.

Il convient de noter que, bien que la découverte de M. Vaughan soit une excellente nouvelle pour la Grande Barrière de corail ainsi que pour d’autres récifs qui luttent pour survivre dans le monde entier, l’accélération de leur taux de repousse ne sert qu’à faire gagner du temps et à mettre un pansement sur la question plus vaste.

Lire aussi : Floride : Les chercheurs ne savent pas ce qui tue la barrière de corail

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

1 Commentaire

  1. Franck

    Il a fait plus chaud sur Terre plusieurs fois dans les 10000 dernières années. Et pourtant l’homme et le corail sont toujours là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *