Des plongeurs rencontrent une créature marine bizarre qui ressemble à un tube géant

créature marine bizarre

Pour le vidéaste Steve Hathaway, âgé de 48 ans, l’observation du 25 octobre près d’une petite île volcanique à environ 48 kilomètres du point le plus au nord de la Nouvelle-Zélande a mis fin à une recherche qui a duré plus d’une décennie.

“J’ai toujours voulu en voir un”, a déclaré M. Hathaway lors d’une interview accordée mercredi au sujet du pyrosome de 8 mètres de long, une colonie de petits animaux marins qui se rassemblent pour former une masse flottante libre.

Leurs traits mystérieux et leur éclat bioluminescent ont amené certains scientifiques à les surnommer les “étranges licornes de la mer.

“J’étais plus qu’excité. C’est comme si vous trouviez quelque chose dont vous rêviez depuis tant d’années”, a dit M. Hathaway.

Bien qu’ils soient souvent décrits comme des créatures semblables à des vers, les pyrosomes sont en fait plus étroitement liés aux humains. Certains des premiers signalements de pyrosomes ont été faits par des marins dans les années 1800 qui ont remarqué leur lueur brillante en naviguant.

Hathaway a dit que son ami Andrew Buttle et lui tournaient des images sous-marines pour une vidéo promotionnelle sur l’île White en Nouvelle-Zélande lorsqu’ils ont rencontré la créature marine.

La famille Buttle est propriétaire de l’île depuis les années 1930 ; elle contient un volcan actif et une faune et une flore diversifiées.

Même si la majeure partie de sa carrière de 11 ans de tournage s’est déroulée sous l’eau – et il nage avec des animaux comme les baleines – Hathaway a dit qu’il n’avait jamais rencontré un pyrosome de quelque taille que ce soit jusqu’à ce moment.

Lorsqu’il s’est rendu compte qu’il y en avait un au fond de l’océan, il a su qu’il devait se déplacer rapidement pour le filmer.

“J’ai passé beaucoup de temps sous l’eau et j’ai vu beaucoup d’animaux”, dit-il. “Je sais que la nature n’attend personne, et je ne pouvais pas laisser passer cette opportunité.”

Hathaway a dit que le printemps sur l’île apporte une abondance de phytoplancton, dont se nourrissent les pyrosomes, ce qui explique peut-être la raison pour laquelle il en a rencontré un maintenant.

“Le poisson en général devient plus gros à White Island qu’ailleurs en Nouvelle-Zélande”, explique Hathaway, un résident néo-zélandais de longue date. “L’endroit est riche en nourriture pour les animaux de l’île.”

Linsey Sala, une scientifique de la Scripps Institution of Oceanography en Californie, a déclaré que même si tous les pyrosomes ne deviennent pas aussi gros, certains trouvés près de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie peuvent “devenir assez gros”, atteignant dans certains cas 13 à 18 mètres.

Les pyrosomes sont composés de milliers d’êtres plus petits, appelés zooïdes, qui aident les pyrosomes à se nourrir et à naviguer dans l’océan par propulsion à réaction, dit Sala.

Bien que les observations de pyrosomes ne soient pas nécessairement rares, elles sont généralement vues par des plongeurs et d’autres personnes qui passent beaucoup de temps dans l’eau.

“Je dirais qu’il est remarquable et excitant de rencontrer une colonie de pyrosomes de cette taille”, dit Sala.

Fasciné par les océans du monde lorsqu’il était enfant, Hathaway a dit qu’il lisait des histoires de gens qui s’embarquaient dans des aventures océaniques avec un sentiment d’envie et qu’il était particulièrement fasciné par les marlins, dont il avait “l’habitude de rêver”.

Il a ensuite fondé Young Ocean Explorers, une plateforme de divertissement et de contes pour les enfants qui les encourage à aimer les océans et la vie marine.

M. Hathaway a dit qu’il espère que le fait d’attraper le pyrosome sur vidéo suscitera l’intérêt des autres, tout comme les images de marlins l’ont intrigué quand il était enfant.

“Il a toujours été question d’aller voir ces choses par moi-même et de les partager ensuite avec d’autres”, a dit Hathaway. “Même la personne la plus éloquente au monde ne pouvait pas décrire cette créature qu’on a filmée.”

Cet article a été publié à l’origine par The Washington Post.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *