Le gouvernement de Merkel accusé « d’abus de pouvoir » pour arrêter le voyage d’Edward Snowden en Allemagne

gouvernement de Merkel

Le gouvernement de Merkel a été accusé d’avoir «abusé de son pouvoir» dans sa tentative de bloquer une visite en Allemagne par le lanceur d’alerte américain Edward Snowden.

La Cour fédérale de justice a statué en novembre que le gouvernement devait autoriser un comité parlementaire à Berlin pour interroger M. Snowden qui, en 2013, avait divulgué des détails sur les pratiques de surveillance mondiale de l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA).

La décision a déclaré que le gouvernement doit permettre à M. Snowden de comparaître devant le comité parlementaire créé pour enquêter sur les activités d’espionnage germano-américaines sans qu’il soit extradé vers les États-Unis.

Cependant, les députés de la coalition au pouvoir (composée de partis sociaux-démocrates (SPD) et Union (CDU et CSU)) ont fait appel de la décision.

Le lanceur d'alerte Edward Snowden en décembre 2013

Le lanceur d’alerte Edward Snowden en décembre 2013

Certains ont vu le mouvement comme une tactique sournoise car le Bundesgerichtshof, la Cour suprême de l’Allemagne, doit régner sur l’appel en mars.

Le comité devrait terminer l’audience d’ici à la fin du mois de février afin de rendre son verdict avant la fin de la législature.

On considère que les partis au pouvoir tentent de bloquer l’invitation à M. Snowden jusqu’à ce que la Cour suprême ait rendu son verdict.

La chancelière allemande Angela Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel

Le parti Vert et Die Linke ont accusé le gouvernement de coalition d’utiliser de mauvaises techniques pour obtenir sa propre voie.

Konstantin von Notz, le président du Parti Vert au sein du comité, a déclaré que le gouvernement «brise les droits des partis minoritaires pour éviter le malheur».

Une partisane d'Edward Snowden participe à une manifestation

Une partisane d’Edward Snowden participe à une manifestation

Martina Renner du parti de gauche a accusé le gouvernement de désobéir à la décision de la cour parce qu’elle « craint le témoignage de Snowden ».

Mais Patrick Sensburg (CDU) a déclaré être prêt à porter l’affaire devant la Cour constitutionnelle, accusant la Cour suprême d’obliger la majorité des députés du comité à agir contre leur gré.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *