Une analyse satellite montre que l’essai nucléaire nord-coréen de 2017 a littéralement déplacé une montagne

déplacé une montagne

En combinant le radar satellite et les données sismiques, une équipe internationale de chercheurs a réévalué les effets du plus récent essai nucléaire de la Corée du Nord au mont Mantap, offrant de nouvelles estimations inquiétantes sur la puissance de l’appareil utilisé et son influence sur la montagne elle-même.

En 2003, la République populaire démocratique de Corée du Nord est devenue le premier pays à se retirer du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires de 1968. À partir de 2006, la Corée du Nord a commencé une série d’essais nucléaires, tous plus forts les uns que les autres. Le 3 septembre 2017, le pays a testé son sixième dispositif nucléaire le plus puissant à ce jour, une éventuelle bombe à hydrogène qui a déclenché un tremblement de terre de magnitude 6,3 et l’effondrement de la chambre d’essai nucléaire elle-même. Des rapports non confirmés suggèrent également qu’un tunnel s’est effondré peu après le test, tuant des centaines de travailleurs.

déplacé une montagne

Kim Jong-Un inspecte le chargement d’une bombe à hydrogène dans un nouveau missile balistique intercontinental.
Photo : AP

Depuis le test de 2017, les scientifiques ont cherché à comprendre l’ampleur de l’explosion souterraine, à la fois en termes de son pouvoir destructeur potentiel et de ses effets sur la géologie locale. Pour ce faire, les scientifiques ont principalement étudié les formes d’ondes sismiques, qui offrent au mieux des estimations approximatives de la force et de l’impact de la bombe sur le mont Mantap, l’emplacement du site d’essai nucléaire de la Corée du Nord à Punggye-ri. Une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans Science est maintenant la première à combiner de façon exhaustive la télédétection sous forme d’images satellites avec des données sismiques pour produire une image actualisée des événements géologiques qui se sont produits immédiatement après l’explosion du 3 septembre, tout en produisant par la suite de nouvelles estimations de la puissance de la bombe.

Pour l’analyse, une équipe de chercheurs de l’Université technologique de Nanyang, de l’Université de Californie, de Berkeley et de plusieurs autres institutions a utilisé le radar à synthèse d’ouverture (RSO) sur TerraSAR-X, un satellite allemand capable de mesurer le déplacement horizontal et vertical à une résolution de quelques mètres. Contrairement aux capteurs optiques, le RSO transmet des ondes électromagnétiques et enregistre le signal réfléchi par la Terre.

Après avoir combiné ces données satellitaires avec des données sismiques, les chercheurs ont utilisé des modèles informatiques 3D pour évaluer l’impact complet de l’essai nucléaire. Selon les nouveaux modèles, la chambre de détonation était située à environ 450 mètres sous le sommet. Le mont Mantap a une altitude culminant à 2 205 mètres, ce qui signifie que la chambre d’essai était relativement peu profonde. Les chercheurs ont également détecté des traces d’une réplique, dont le centre était situé à 700 mètres au sud du séisme principal généré par l’explosion, ce qui peut être considéré comme une preuve possible de l’effondrement du tunnel.

Incroyablement, les mouvements horizontaux suggèrent que la montagne a été poussée d’environ 3,5 mètres dans une direction ouest-sud-ouest à la suite de l’explosion et d’un important compactage. Teng Wang, un scientifique de l’Université technologique de Nanyang et co-auteur de la nouvelle étude, a déclaré que ce grand mouvement horizontal était une surprise totale.

“Nous n’avons jamais vu un déplacement aussi important causé par l’activité humaine avec l’imagerie RSO”, a déclaré Douglas Dreger, un scientifique du Département des sciences de la Terre et des sciences planétaires de l’Université de Californie-Berkeley et coauteur de l’étude. “Mais le déplacement vertical est beaucoup plus petit par rapport au déplacement horizontal. On a compris plus tard que c’est dû au compactage par gravité après l’explosion.”

Les chercheurs ont également établi de nouvelles estimations de la puissance de la bombe, ce qu’ils ont fait en combinant la profondeur nouvellement déterminée de l’explosion avec des données sismologiques, entre autres facteurs géologiques. La force la plus probable du dispositif est de 209 kilotonnes, avec une marge d’erreur substantielle allant de 120 à 304 kilotonnes d’équivalent TNT. La limite supérieure de cette estimation est parmi les plus élevées proposées pour le test du 3 septembre. Si elle était exacte, elle rendrait la bombe 20 fois plus puissante que celle utilisée à Hiroshima en 1945.

Pour aller de l’avant, les chercheurs aimeraient améliorer leurs techniques afin de produire des résultats encore meilleurs et de limiter encore plus leurs estimations.

“Alors que nous avons pris en compte la topographie pour cette étude, une structure élastique uniforme de la montagne a été supposée”, a déclaré Dreger à Gizmodo. “Les futurs travaux tiendront compte d’une structure élastique non uniforme plus complexe.” En d’autres termes, les chercheurs ont supposé que l’intégrité de la montagne et sa capacité à “plier” étaient constantes sur l’ensemble de la structure, ce qui n’est pas nécessairement le cas.

Il a dit qu’il est prévu d’examiner les images radar satellitaires subséquentes pour voir s’il y a eu une période de déformation lente après l’explosion, ainsi que des modèles géologiques (structure élastique) plus réalistes pour étudier les données.

Sans doute, des améliorations s’imposent, mais comme le concluent les auteurs dans leur étude, “Nos résultats démontrent la capacité de la télédétection spatiale à aider à caractériser les grands essais nucléaires souterrains”.

À la fin du mois dernier, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a déclaré qu’il fermait le site d’essais nucléaires, affirmant qu’il n’y avait “aucune raison de posséder des armes nucléaires”. La décision était probablement stratégique compte tenu des pourparlers en cours avec les États-Unis, mais la fermeture du site pourrait aussi avoir quelque chose à voir avec l’effondrement de la chambre de détonation.

Sources : GizmodoScience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *