Des bactéries génétiquement modifiées pourraient sauver les abeilles


Le fait que les abeilles soient carrément géniales n’est pas sujet à débat. Après tout, elles pollinisent environ un tiers de toutes les cultures que nous consommons et contribuent à soutenir les écosystèmes du monde entier.

abeille

Pourtant, les abeilles sont en difficulté, un phénomène connu sous le nom de syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles (CCD) provoquant une chute alarmante de leur nombre. Heureusement, une solution pourrait se profiler à l’horizon sous la forme de bactéries génétiquement modifiées.

La cause du CCD est un sujet de grand débat. Certaines études pointent du doigt une classe particulière de pesticides appelée néonicotinoïdes, bien que de nombreux membres de la communauté scientifique s’accordent à dire que de multiples facteurs sont probablement en jeu.

Ce que nous savons, c’est que le CCD est devenu un problème pour la première fois lorsque l’acarien Varroa s’est répandu, en grande partie grâce au commerce mondial des abeilles européennes qui les a mises en contact avec des parasites asiatiques. Au début, on pensait que les acariens tuaient simplement les abeilles en suçant leur sang, mais il s’est avéré plus tard qu’ils étaient également porteurs du virus des ailes déformées (DWV), le transmettant dans le sang des abeilles dont ils se régalaient.

En publiant leurs travaux dans la revue Science, une équipe de chercheurs a génétiquement modifié les bactéries intestinales des abeilles domestiques afin de les protéger à la fois contre l’acarien Varroa et le DWV, avec des résultats extrêmement positifs.

Tout d’abord, ils ont inoculé à des abeilles âgées d’une semaine une souche de la bactérie qui avait été génétiquement modifiée pour renforcer la réponse immunitaire des insectes à certains types de virus par un processus appelé interférence par ARN. Cela se produit lorsque des cellules saines reconnaissent des molécules appelées ARN qui sont produites par des virus envahissants, déclenchant une défense contre ces agents pathogènes.

On a constaté que les abeilles traitées avec les bactéries modifiées avaient 36,5 % plus de chances de survivre pendant 10 jours que celles qui n’avaient pas été inoculées.

Les auteurs de l’étude ont ensuite produit une seconde souche de bactéries qui a été modifiée pour déclencher une réponse immunitaire mortelle chez les acariens Varroa. Les résultats ont montré que les acariens se nourrissant du sang d’abeilles traitées avec cette bactérie avaient 70 % plus de chances de mourir dans les 10 jours que les acariens se nourrissant d’abeilles n’ayant pas reçu la bactérie modifiée.

“C’est la première fois que quelqu’un améliore la santé des abeilles en modifiant génétiquement leur microbiome”, a déclaré l’auteur de l’étude, Sean Leonard, dans un communiqué.

Et parce que ces bactéries sont relativement faciles à produire et ne peuvent pas être transmises à d’autres organismes, les chercheurs pensent que leurs travaux pourraient ouvrir la voie à une solution sûre et efficace au problème de la diminution des colonies d’abeilles dans le monde.

Lire aussi : Un champignon sauve des millions d’abeilles d’un virus mortel

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *