Le jour où une fusée Falcon 9 a fait un énorme trou dans l’ionosphère

trou dans l’ionosphère

Durant l’été 2017, une fusée Falcon 9 de SpaceX a fait un trou de 900 kilomètres de diamètre dans la couche supérieure de l’atmosphère. Heureusement éphémère, ce trou avait été causé par une trajectoire plutôt inhabituelle de l’engin.

Les particules chargées de l’ionosphère terrestre, abondamment exposées aux rayonnements UV, se situent généralement entre 60 et 800 km d’altitude. Cependant, cette plénitude a été troublée le 24 août 2017 avec le lancement d’une fusée Falcon 9 de SpaceX, comme l’a récemment expliqué une étude parue dans la revue Space Weather le 29 janvier 2018.

Ces recherches menées par les géophysiciens Charles Lin, Min‐Yang Chou et Ming‐Hsueh Shen de l’Université nationale Cheng Kung (Taïwan) indiquent que plusieurs ondes de choc circulaires et massives ont impacté l’ionosphère, cette couche de l’atmosphère connue pour son état de conductibilité électrique caractérisé par une ionisation partielle des gaz. Un trou de 900 kilomètres de large a été créé par le lancement de la fusée, qui s’est tout de même refermé après une durée de trois heures.

La fusée Falcon 9 en question avait décollé de la Vanderberg Air Force Base située en Californie et sa mission était de mettre sur orbite le satellite commercial de communication SES-10. Le fait est que si la plupart des fusées lancées dans l’espace prennent une trajectoire incurvée, la fusée que nous évoquons ici s’est élancée presque à la verticale ! Les chercheurs taïwanais ont indiqué que c’est justement cette trajectoire qui a été à l’origine de l’accumulation des ondes de choc ayant causé ce qu’ils ont nommé un « trou ionosphérique » (voir ci-dessous).

trou dans l’ionosphère

Crédits : Charles Lin/ Space Weather / AGU/NASA.

Charles Lin a expliqué à l’American Geophysical Union qu’il n’avait jamais été témoin d’une perturbation aussi parfaitement circulaire et aussi large. Par ailleurs, le trou n’a eu aucun effet sur notre planète, mais les ondes de choc ont pu causer des perturbations au niveau des GPS de précision comme ceux utilisés dans l’aviation et l’armée.

Sources : SciencePostMashable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *