Percée dans la recherche d’extraterrestres, les scientifiques découvrent qu’Alpha Centauri abrite de nombreuses mini-Terre

Alpha Centauri

Selon une nouvelle étude scientifique, l’un des voisins cosmiques les plus proches de notre système solaire, Alpha Centauri, abrite un grand nombre de mini-Terre, alors qu’il lui manque l’existence de planètes géantes.

“L’univers nous a montré que les types de planètes les plus communs sont les plus petites, et notre étude révèle qu’ils sont les plus susceptibles d’orbiter Alpha Centauri A et B”, a déclaré Debra Fischer, professeur à l’université Yale et expert en exoplanètes.

Le professeur Fisher cherche des planètes semblables à la Terre depuis des décennies.

Le système Alpha Centauri a trois étoiles : Centauri A, Centauri B et Proxima Centauri. La découverte l’année dernière d’une planète semblable à la Terre qui tourne autour de l’étoile Proxima Centauri a déclenché une nouvelle vague d’intérêt scientifique et général pour ce système.

“Comme Alpha Centauri est relativement proche de la Terre, à environ 4,37 années-lumière (41,3 milliards de kilomètres), c’est notre premier arrêt à l’extérieur du système solaire”, a déclaré M. Fischer. “Il est pratiquement certain qu’il y a de petites planètes rocheuses autour d’Alpha Centauri A et B.”

Les résultats sont basés sur les données d’une nouvelle vague d’instruments spectrographiques plus avancés installés au Chili : Chiron, un spectrographe construit par l’équipe de Fischer ; Harps, construit par une équipe genevoise ; et Uves, dans le cadre du projet Very Large Telescope Array (VLT).

Le premier auteur de la recherche et diplômé de Yale, Lily Zhao, a déterminé qu’Alpha Centauri A a très probablement des planètes en orbite autour d’elle qui sont plus petites que 50 masses de la Terre. Elle a déterminé qu’Alpha Centauri B a très probablement des planètes plus petites que 8 masses terrestres, tandis que Proxima Centauri a des planètes plus petites que la moitié de la masse terrestre.

En outre, l’étude a éliminé l’existence d’un certain nombre de planètes plus grandes, ce qui, a dit Zhao, a éliminé la possibilité que des planètes proches de la taille de Jupiter produisent des astéroïdes qui frappent ou changent les orbites de petites planètes similaires à la Terre.

“Il s’agit d’une étude très écologique dans la mesure où elle recycle les données existantes pour en tirer de nouvelles conclusions”, a déclaré Lily Zhao. “En utilisant les données d’une manière différente, nous sommes en mesure d’exclure les grandes planètes qui pourraient mettre en danger les petits mondes habitables et réduire la zone de recherche pour de futures investigations.”

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *