Le plus vieux pain jamais trouvé au monde remonte à 4000 ans avant l’agriculture

Le pain le plus ancien jamais découvert a été trouvé par des archéologues jordaniens sur l’ancien site connu sous le nom de Shubayqa 1, et le pain a peut-être non seulement contribué à stimuler la culture des céréales, mais il est également antérieur de 4 000 ans à l’agriculture.

Croyez-le ou non, le pain tranché n’est pas si vieux. Une équipe de chercheurs jordaniens dirigée par l’archéologue Tobias Richter, de l’Université de Copenhague, a fouillé les cheminées du site de chasseurs-cueilleurs Shubayqa 1 et a trouvé “des centaines de restes de nourriture calcinés”, dont du pain calciné qui s’est révélé avoir 14 400 ans.

L’équipe affirme que cette découverte montre que nos ancêtres faisaient du pain bien avant l’avènement de l’agriculture et qu’il se peut même que ce soit une étincelle qui ait contribué à la culture des céréales, qui sont des grains comme le blé, le riz, le seigle, l’avoine, l’orge, le maïs, le sorgho.

Dans un rapport publié par l’Académie nationale des sciences, l’archéobotaniste Amaia Arranz Otaegui, de l’Université de Copenhague, écrit :

“La présence de centaines de restes de nourriture carbonisée dans les cheminées de Shubayqa 1 est une découverte exceptionnelle, qui nous a permis de caractériser des pratiques alimentaires vieilles de 14 000 ans.”

On a découvert que le pain était semblable au pain plat trouvé sur des sites néolithiques qui remontent à 10 000 ans avant J.-C. et sur des sites romains plus tard.

“Les 24 restes analysés dans cette étude montrent que des ancêtres sauvages de céréales domestiquées comme l’orge, l’épeautre et l’avoine avaient été broyés, tamisés et malaxés avant la cuisson. Les restes sont très similaires aux pains plats sans levain identifiés sur plusieurs sites néolithiques et romains en Europe et en Turquie.”

“Ainsi, nous savons maintenant que les produits semblables au pain ont été produits bien avant le développement de l’agriculture. L’étape suivante consiste à évaluer si la production et la consommation de pain ont influencé l’émergence de la culture et de la domestication des plantes.”

Tobias Richter dit que les humains à ce moment-là dans ce domaine sont devenus un peu plus paresseux et ont cherché des moyens plus faciles de mettre la nourriture sur la table. Cueillir des céréales sauvages pour faire du pain était très pratique, ce qui leur donnait plus de temps pour se concentrer sur d’autres choses que la production alimentaire.

“Les chasseurs-cueilleurs natoufiens nous intéressent particulièrement parce qu’ils ont vécu une période de transition où les gens sont devenus plus sédentaires et où leur alimentation a commencé à changer”, a-t-il dit à l’Université.

“Les lames de faucille à silex ainsi que les outils en pierre de taille trouvés sur les sites natoufiens dans le Levant ont longtemps conduit les archéologues à soupçonner que les gens avaient commencé à exploiter les plantes d’une manière différente et peut-être plus efficace. Mais le pain plat trouvé à Shubayqa 1 est la première preuve que la fabrication du pain s’est rétablie jusqu’à présent, et cela montre que la cuisson a été inventée avant la culture des plantes.”

“Cette preuve confirme certaines de nos idées. En effet, il se peut que la production précoce et extrêmement longue de pain à base de céréales sauvages ait été l’un des principaux moteurs de la révolution agricole ultérieure où les céréales sauvages ont été cultivées pour fournir des sources de nourriture plus pratiques.”

Afin d’identifier le pain à partir des restes carbonisés, il a fallu les placer sous un microscope, comme l’a fait Lara Gonzalez Carratero, spécialiste du pain préhistorique au University College London.

“L’identification du ‘pain’ ou d’autres produits à base de céréales dans l’archéologie n’est pas simple”, a-t-elle expliqué. “On a eu tendance à simplifier la classification sans vraiment la mettre à l’épreuve par rapport à un critère d’identification. Nous avons établi un nouvel ensemble de critères permettant d’identifier le pain plat, la pâte et les produits similaires au porridge dans les archives archéologiques. Grâce à la microscopie électronique à balayage, nous avons identifié les microstructures et les particules de chaque aliment carbonisé.”

Et la fabrication du pain n’était pas la tâche la plus facile à l’époque. C’est pourquoi les personnes qui le fabriquaient ont dû penser que c’était vraiment spécial, contrairement aux humains modernes qui considèrent le pain comme allant de soi au quotidien.

“Le pain implique une transformation à forte intensité de main-d’œuvre qui comprend le décorticage, la mouture des céréales, le pétrissage et la cuisson”, a expliqué le professeur Dorian Fuller, de l’Université de Copenhague.

“Le fait qu’il ait été produit avant les méthodes agricoles suggère qu’il était considéré comme spécial, et le désir d’en produire davantage a probablement contribué à la décision de commencer à cultiver des céréales. Tout cela repose sur de nouveaux développements méthodologiques qui nous permettent d’identifier les restes de pain à partir de très petits fragments carbonisés à fort grossissement.”

En effet, la décision de cultiver des céréales a directement conduit à la production d’anciennes “Cheerios” en forme d’anneau qui datent d’environ 1000 ans avant Jésus-Christ, 13 000 ans après la fabrication du plus vieux pain et 9 000 ans après le début de l’agriculture.

Les anneaux sont “faits de pâte à partir de farine de blé et d’orge assez finement broyée qui a probablement été séchée à l’air ou cuite au four à basse température avant la carbonisation”, a déclaré l’équipe autrichienne qui a fait la découverte.

L’équipe de l’Université de Copenhague qui a découvert le pain a également trouvé des traces de blé et d’orge dans les restes carbonisés.

Il s’agit d’une autre étude révolutionnaire qui modifie nos connaissances sur nos ancêtres, et l’équipe a obtenu un financement supplémentaire pour poursuivre ses recherches.

“Le Conseil danois pour la recherche indépendante a récemment approuvé un financement supplémentaire pour nos travaux, ce qui nous permettra d’étudier plus en détail comment les gens consomment différentes plantes et différents animaux”, a révélé M. Richter.

“En nous basant sur nos recherches sur le pain de campagne, cela nous donnera à l’avenir une meilleure idée des raisons pour lesquelles certains ingrédients ont été préférés à d’autres et ont finalement été sélectionnés pour la culture.”

Qui sait, peut-être que l’équipe finira par trouver du pain encore plus vieux que ce qu’elle a déjà trouvé. Ils ont déjà réécrit l’histoire une fois, pourquoi pas deux fois ?

Pour en savoir plus sur la découverte :

Lire aussi : Des archéologues sous-marins trouvent un trésor sous les pyramides des pharaons noirs

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *