Les ruines sous-marines de la civilisation perdue dans le golfe Persique sont antérieures aux pharaons et à Sumer


Il est difficile de dire où nous pouvons trouver des traces de la plus ancienne civilisation du monde, car de nombreuses ruines sous-marines anciennes attendent encore notre découverte. Il y a un grand nombre de mystères sous les eaux, et nous n’en avons élucidé qu’un petit pourcentage.

civilisation-perdue-golf-persique

Dans le mythe de la création sumérienne Enki et Ninhursag, le dieu Enki a fait une promesse en disant qu’il créerait une terre merveilleuse appelée Dilmun où la vie peut prospérer.

“Pour Dilmun, la terre du cœur de ma dame, je créerai de longs cours d’eau, des rivières et des canaux, où l’eau coulera pour étancher la soif de tous les êtres et apportera l’abondance à tout ce qui vit.”

La plupart des spécialistes s’accordent à dire que les Sumériens de l’Antiquité étaient la première civilisation développée de notre histoire. La Mésopotamie est donc souvent considérée comme le berceau de la civilisation. 1

Cela ne signifie pas nécessairement que les Sumériens étaient la plus ancienne civilisation. Il existe des preuves archéologiques que des civilisations anciennes avancées existaient bien avant les Sumériens. La civilisation de la vallée de l’Indus, également appelée la civilisation harappéenne, était l’une des plus grandes et des plus anciennes civilisations du monde, et il est très possible qu’elles soient antérieures aux pharaons et aux Sumériens.

Le scientifique Jeffrey Rose de l’université de Birmingham a suggéré que les preuves paléoenvironnementales, archéologiques et génétiques de la péninsule arabique et du sud de l’Iran nous fournissent des indices vitaux sur certaines des plus anciennes civilisations qui ont parcouru la Terre.

Les ruines de la civilisation arabe et persane, longtemps disparue, sont peut-être les plus anciennes du monde

Selon Rose, les mystérieuses ruines sous-marines découvertes au fond du golfe Persique pourraient être des traces de la plus ancienne civilisation du monde. Les découvertes faites dans l’oasis du golfe Persique ont le potentiel de réécrire l’histoire.

Les archéologues sous-marins ont découvert plus de 60 anciennes colonies submergées sous les eaux du golfe Arabo-Persique. Ces colonies datent d’environ 5 500 ans avant J.-C. et leurs habitants étaient une “population néolithique prospère pratiquant une combinaison de pêche, de culture de palmier dattier et d’élevage d’animaux”.

Carte-péninsule

Une carte qui montre la péninsule arabique avec des régions qui ont été exposées à la baisse du niveau de la mer, et sont donc devenues des réfugiés environnementaux, peut-être pour certains des premiers humains sortis d’Afrique. Crédit : Current Anthropology

Cela peut sembler être une culture primitive, mais les scientifiques ont fait des découvertes surprenantes qui nous donnent des raisons de reconsidérer nos connaissances sur le passé. Parmi les nombreuses ruines anciennes submergées qui reposent au fond du golfe Persique, on trouve des maisons de pierre sophistiquées qui n’auraient pu être construites que par une culture avancée.

Les artefacts sous-marins découverts sur le site sont richement décorés et témoignent du commerce avec l’étranger. Les scientifiques ont trouvé des réseaux commerciaux submergés sur de longues distances, et des preuves de l’existence de l’un des plus vieux bateaux du monde.

Qui étaient ces gens et d’où venaient-ils ? Il y a quelques indices, mais pas beaucoup.

Cette ancienne civilisation inconnue a été effacée des pages de l’histoire à cause du changement climatique.

Certains suggèrent que les anciennes ruines sous-marines mises au jour dans le golfe Persique sont des vestiges de Dilmun qui pourraient avoir été le légendaire jardin d’Eden. Peinture Thomas Cole : Le jardin d’Eden – Crédit : Domaine public

“Ce n’est peut-être pas une coïncidence si la fondation de communautés aussi remarquablement développées le long du littoral correspond à l’inondation du bassin du golfe Persique il y a environ 8 000 ans”, a déclaré Mme Rose. “Ces nouveaux colons sont peut-être venus du cœur du Golfe, déplacés par la montée des eaux qui a plongé le paysage autrefois fertile sous les eaux de l’océan Indien.”

Bien qu’une partie de ce bond en avant dans la colonisation puisse être un passage de camps de chasse éphémères à des occupations plus sédentaires avec des structures architecturales permanentes, donc une plus grande visibilité archéologique, d’autres indications dans le dossier matériel suggèrent que les habitants de la région ont subi une transformation démographique fondamentale.

Les Ubadiens venaient-ils à l’origine d’Arabie orientale ?

Les sites de l’Holocène moyen autour du Golfe se distinguent par l’apparition de poteries plates et peintes de style mésopotamien, appelées “Ubaid ware”.

Entre 5 500 et 4 000 ans avant J.-C., une grande partie de la Mésopotamie partageait une culture commune, appelée Ubaid. Les Ubadiens, dont le nom vient du site où l’on a découvert pour la première fois des poteries de cette période, à Tell al-‘Ubaid, dans le sud de la Mésopotamie, étaient sophistiqués, mais Rose suggère que ces gens étaient présents dans d’autres parties du monde, et pas seulement en Mésopotamie.

Poterie de la période ubaïde, Suse I, 4e millénaire avant J.-C. Des artefacts similaires ont été trouvés sous l’eau dans le golfe Persique. Crédit image : Siren-Com, CC BY-SA 3.0

Dans son article scientifique, Rose explique que stylistiquement, les céramiques de ces sites appartiennent aux phases archéologiques “Ubaid 3” à “Ubaid 5”. Une récente évaluation des céramiques “Ubaid” autour du Golfe situe presque tous ces assemblages dans la période “Ubaid 3”.

Seuls quelques sites possèdent un élément ultérieur d’“Ubaid 4”, et seuls deux sites de découverte au Qatar et à Bahreïn ont un élément final d’“Ubaid 5”. Ceci est très significatif car cela suggère que l’introduction de sites liés à “Ubaid” en Arabie de l’Est s’inscrit dans un seul millénaire. En outre, il n’existe qu’un seul site stratifié lié à Ubaid dans l’est de l’Arabie, Ain Qannas, qui présente une sous-estimation archéologique impliquant que tous les autres sites liés à Ubaid ont été établis sur des terres auparavant non colonisées.

Dilmun se repose-t-il au fond du golfe Persique ?

Dilmun était un lieu important pour les Sumériens. Mentionné dans les textes économiques sumériens comme un ancien royaume indépendant, c’était un centre commercial qui a prospéré vers 2000 avant J.-C. sur l’île de Bahreïn dans le golfe Persique. L’emplacement de Dilmun n’a jamais été confirmé et Bahreïn n’est qu’un candidat. Certains suggèrent que Dilmun pourrait avoir été le légendaire Jardin d’Eden.

Les anciennes ruines sous-marines éparpillées au fond du golfe Persique pourraient-elles être des vestiges de cet ancien royaume autrefois important ? Rose pense qu’il est possible que nous ayons découvert les ruines sous-marines de Dilmun, mais il insiste sur l’aspect le plus important de cette découverte archéologique.

Sceau de timbre de Dilmun avec chasseurs et chèvres, stylo rectangulaire, vers le début du 2e millénaire avant J.-C. Crédit : Metropolitan Museum of Art

Les ruines sous-marines du golfe Persique prouvent que cette partie du monde a été habitée bien plus longtemps qu’on ne le pensait auparavant. Cet endroit était le siège d’une société développée. Il y a environ 8 000 ans, le golfe a été inondé et l’océan Indien a englouti la culture. Rose suggère que les terres sous-marines auraient été une “oasis du golfe Persique” – une région riche et fertile qui a peut-être abrité des humains pendant 100 000 ans avant d’être submergée.

Si Rose a raison, alors les ruines sous-marines du Golfe Persique montrent clairement qu’une civilisation avancée et perdue depuis longtemps était présente dans la région avant l’émergence des Pharaons et des Sumériens. C’est une preuve incroyable qui change notre compréhension de l’histoire ancienne.

Lire aussi : Une ancienne “épée Talayot” trouvée dans les mégalithes de pierre révèle une civilisation perdue

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *