Même une mite ne pourrait passer sa tête dans la porte de cette maison

porte de cette maison

C’est peut-être la crise du logement, mais là c’est vraiment pousser les choses à l’extrême… Afin de démontrer des capacités d’un nouveau système nanorobotique, des scientifiques français ont construit une « micro-maison » posée sur l’extrémité d’une fibre optique.

Elle a été construite par une équipe de l’Institut Femto-ST de Besançon en France, en utilisant un nouveau système appelé “nanofactory μRobotex”. Cette installation utilise un pistolet à ions robotisé et un système d’injection de gaz, fonctionnant dans une grande chambre à vide, pour assembler avec une extrême précision des microstructures sur les extrémités de fibres optiques.

Guidés par un microscope électronique à balayage à double faisceau, deux ingénieurs travaillant sur plusieurs ordinateurs ont utilisé μRobotex pour construire la maison à membrane de silice sur une surface mesurant seulement 300 par 300 micromètres (un micromètre, ou micron, est un millionième de mètre).

Un faisceau d’ions focalisés a été utilisé pour découper ou marquer une feuille plate de la membrane qui a ensuite été pliée pour former la structure de base, le système d’injection de gaz étant ensuite utilisé pour souder ses bords joints. Un faisceau d’ions de puissance inférieure, travaillant avec le système d’injection de gaz, a ensuite été utilisé pour pulvériser les « tuiles » (les deux bandes de la photo) sur le toit.

porte de cette maison

A partir de l’étude (clic pour agrandir), des images présentant la procédure de pliage et de fusion des bords de la micro-maison. (Jean-Yves Rauch et col./ Femto-ST/ Journal of Vacuum Science & Technology A)

Et, bien qu’il n’y ait pas beaucoup de demandes pour des micromaisons, μRobotex pourrait aussi être utilisé pour des applications plus pratiques. Il pourrait, par exemple, assembler des éléments de détection sur les pointes de fibres optiques aussi minces qu’un cheveu humain, qui pourraient ensuite être insérés dans les vaisseaux sanguins pour détecter les molécules virales.

Jusqu’à présent, l’utilisation de systèmes non robotisés n’a pas été possible. En fait, à mesure que μRobotex s’automatise, les scientifiques espèrent finalement construire des structures encore plus petites sur les extrémités de nanotubes de carbone mesurant seulement 20 à 100 nanomètres de diamètre (un nanomètre est un milliardième de mètre).

Selon Jean-Yves Rauch, responsable de la recherche :

“Pour la première fois, nous avons pu réaliser des modèles et des assemblages avec moins de 2 nanomètres de précision, ce qui est un résultat très important pour la communauté robotique et optique.”

L’étude publiée dans The Journal of Vacuum Science & Technology A : Smallest microhouse in the world, assembled on the facet of an optical fiber by origami and welded in the μRobotex nanofactory et présentée sur le site de l’AIP : Robotic Assembly of the World’s Smallest House — Even A Mite Doesn’t Fit Through the Door!

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *