Chine : Les enfants les plus brillants sont recrutés pour armer l’intelligence artificielle

enfants les plus brillants

Les nouvelles de l’industrie chinoise des technologies de défense deviennent de plus en plus inquiétantes. Si l’expérimental “Laser AK-47”, produit par les Chinois et récemment dévoilé, qui peut faire fondre la peau d’une personne à près d’un kilomètre de distance n’était pas assez bizarre, il semble maintenant que Beijing est sur le point de transformer le classique de science-fiction d’Orson Scott Card, Ender’s Game, en réalité.

Un institut chinois de recherche sur les armes recrute actuellement des enfants pour les former dès leur plus jeune âge et devenir ainsi les futurs concepteurs et experts de l’armement pour l’intelligence artificielle en Chine. Le nouveau programme implique 27 garçons et quatre filles – tous âgés de 18 ans et moins – qui ont été sélectionnés parmi plus de 5 000 candidats pour participer à un “programme expérimental complet pour des systèmes d’armes intelligentes” au Beijing Institute of Technology (BIT), selon le site Web de l’institut.

enfants les plus brillants

Image via BIT/SCMP

L’idée est que de la même manière qu’un futur gymnaste olympique commence à s’entraîner dans les gymnases chinois dès son plus jeune âge, une avant-garde de futurs experts en technologie d’armement devrait commencer dès son plus jeune âge. Le programme finit par placer les jeunes dans un laboratoire de défense afin qu’ils acquièrent une expérience pratique et des connaissances avancées qui, la Chine l’espère, permettront aux générations futures de surpasser les États-Unis en matière de technologie de défense et d’IA.

Si l’idée que des enfants étudient, manipulent, utilisent et développent les systèmes d’armes les plus avancés et la recherche en matière de défense sur terre semble trop exagérée pour être vraie, voici la description générale du nouveau programme mis en œuvre dans le rapport initial du South China Morning Post :

Chaque étudiant sera encadré par deux scientifiques chevronnés dans le domaine de l’armement, l’un issu du milieu universitaire et l’autre de l’industrie de la défense, selon la brochure du programme.

Après avoir terminé un programme court de travaux au cours du premier semestre, les étudiants seront invités à choisir un domaine de spécialité, comme le génie mécanique, l’électronique ou la conception générale d’armes. Ils seront ensuite affectés à un laboratoire de défense pertinent où ils pourront développer leurs compétences grâce à une expérience pratique.

La phase initiale de mentorat est un programme de quatre ans, selon le BIT, qui est l’un des meilleurs instituts de recherche en armement de la Chine, travaillant avec les meilleurs entrepreneurs du pays.

Un professeur du BIT, qui a décrit la nature du projet comme “sensible” et a demandé à ne pas être nommé, a déclaré au South China Morning Post (SCMP) : “Ces enfants sont tous exceptionnellement brillants, mais être brillants ne suffit pas.” Le professeur, qui a participé au processus de sélection, a ajouté : “Nous recherchons d’autres qualités comme la pensée créative, la volonté de se battre, la persévérance face aux défis.”

Et parlant aux étudiants, qui devaient avoir moins de 18 ans pour s’inscrire au programme, le professeur a décrit qu’ils doivent posséder ce qui suit :

“Une passion pour le développement de nouvelles armes est un must… et ils doivent aussi être des patriotes.”

Le programme a été officiellement lancé le 28 octobre au siège social de Norinco, l’un des plus importants entrepreneurs chinois du secteur de la défense.

C’est ce qui semble une initiative de relations publiques inhabituellement audacieuse compte tenu de la nature “sensible” et controversée d’un tel programme, BIT a affiché sur son site Web une photo de groupe des 31 jeunes qui ont participé à la formation ainsi que ce qui semble être certains des commanditaires adultes du programme.

Un étudiant a dit dans une déclaration officielle : “Nous marchons sur un nouveau chemin, en faisant des choses que personne n’a encore faites.” Le cours doit éventuellement mener à un placement dans un programme de doctorat qui produira “les prochains leaders du programme d’armement contre l’IA de la Chine”, selon une déclaration de l’institut.

Entre-temps, le rapport du SCMP, qui a été le premier à annoncer la nouvelle du programme, citait longuement un expert en cybertechnologies émergentes du Center for Policy Research de l’Université des Nations Unies à New York, Eleonore Pauwels, qui a exprimé sa profonde inquiétude au sujet du cours BIT, déclarant : “C’est le premier programme universitaire dans le monde conçu pour encourager la prochaine génération à penser, concevoir et déployer l’IA pour la recherche et l’utilisation militaires.”

“Pensez à des essaims de robots capables de livrer des toxines nocives dans les chaînes d’approvisionnement alimentaires ou biotechnologiques”, a-t-elle dit. Le programme BIT impliquera probablement “des étudiants qui commencent à réfléchir à la façon d’exploiter la convergence des systèmes d’IA et de génétique pour concevoir et déployer de puissantes combinaisons d’armes qui peuvent cibler, avec une précision chirurgicale, des populations spécifiques”, décrit Pauwels, selon le rapport SCMP.

De manière alarmante, Pauwels a ensuite décrit le scénario suivant lié au programme BIT :

“Cela peut aussi mener à de nouvelles formes de guerre, allant des cyberattaques automatisées très sophistiquées à ce que l’on pourrait appeler un ‘Internet des objets de combat’, où un ensemble de robots et de capteurs jouent un rôle dans la défense, l’offensive et la collecte de renseignements.”

Selon le SCMP, le ministère des Affaires étrangères de la Chine a confirmé, lorsqu’on lui a posé des questions sur le programme BIT, que “le pays était activement engagé dans le développement et l’application de la technologie de l’IA pour servir son développement économique, social, scientifique et technologique”.

Un autre expert cité dans le rapport du SCMP, Stuart Russell, directeur du Center for Intelligent Systems de l’Université de Californie à Berkeley, a spéculé sur les conséquences du développement de l’IA pour les applications militaires : “Les machines ne devraient jamais être autorisées à décider de tuer des humains. Ces armes deviennent rapidement des armes de destruction massive. De plus, elles augmentent les risques de guerre”, a-t-il dit.

Comme les étudiants du programme BIT seront immergés dans l’intelligence artificielle et dans la façon de mettre au point des machines à tuer perfectionnées à un si jeune âge, il est peu probable qu’ils s’arrêtent un jour pour examiner les conséquences imprévues ou les dilemmes éthiques inhérents à des technologies aussi dangereuses, comme le soulignent les professeurs occidentaux cités dans le rapport du SCMP. Mais c’est peut-être là tout l’intérêt pour Beijing de les immerger dans le programme à un si jeune âge.

Source : The Mind Unleashed via ZeroHedge par Tyler Durden – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *