Les États-Unis et la Russie traquent les câbles sous-marins du monde entier


Les sous-marins américains et russes jouent au chat et à la souris au-dessus des câbles sous-marins qui transportent les données des télécommunications et de l’Internet du monde entier.

En juillet 2019, 14 marins russes à bord d’un sous-marin ont été tués dans un accident. Le sous-marin top secret, que l’on croit être le Losharik, tentait d’accoster avec un sous-marin plus gros lorsqu’une explosion s’est produite dans son compartiment de batterie. Plutôt que d’évacuer, les 14 marins ont fermé l’écoutille et ont combattu le feu qui en a résulté.

Le Loshiarik peut opérer à des profondeurs que d’autres sous-marins ne peuvent atteindre, et les services de renseignement occidentaux ont émis l’hypothèse que sa mission était d’exploiter les informations circulant dans les câbles sous-marins. Ces câbles constituent l’épine dorsale des communications mondiales.

Les câbles transportent 95 % des communications quotidiennes dans le monde entier, en plus d’effectuer des transactions financières d’une valeur de plus de 10 billions de dollars par jour. Toute perturbation entraînerait une réduction catastrophique des flux de capitaux.

Là où ces câbles sous-marins arrivent à terre, on les appelle “zones d’atterrissage”, et le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis classe ces zones d’atterrissage en tête de sa liste des “infrastructures critiques”.

Câbles télégraphiques sous-marins

Le premier câble télégraphique transcontinental sous-marin a été achevé à l’été 1858. Il passait sous l’océan Atlantique, de Terre-Neuve à l’Irlande, et il a transmis le premier message télégraphique officiel envoyé par la reine Victoria au président américain James Buchanan. Ce message de 509 lettres a mis 17 heures et 40 minutes pour arriver.

Entre 1858 et 1911, le vaste empire colonial britannique avait besoin de communications, et les entrepreneurs britanniques finançaient la construction, la pose et l’entretien des premiers câbles télégraphiques sous-marins.

Les communications télégraphiques signifiaient que les navires pouvaient être dirigés vers les cargaisons, que les gouverneurs des diverses colonies pouvaient être en contact avec Londres et que la Grande-Bretagne pouvait coordonner ses unités militaires.

Dans les années 1860 et 1870, la Grande-Bretagne a étendu son réseau télégraphique par câble sous-marin vers l’est jusqu’à la mer Méditerranée et l’océan Indien. En 1870, un câble reliant Bombay, en Inde, à Londres a été complété par un consortium de quatre câblodistributeurs, et en 1872, ces quatre compagnies se sont regroupées pour former la Eastern Telegraph Company.

Eastern Telegraph en 1901. Source : A.B.C. Telegraphic Code/Wikimedia Commons

Une société dérivée, la Eastern Extension China and Australasia Telegraph Company, a été créée et, en 1876, elle reliait l’Australie, Bombay, Singapour et la Chine.

Dans l’océan Pacifique, les États-Unis se sont reliés à Hawaï en 1902, et la même année, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Fidji étaient reliés. Le Japon est arrivé à bord en 1906.

Câbles téléphoniques sous-marins

Ce n’est qu’en 1955 que le premier câble téléphonique transatlantique, TAT-1, a été posé entre Oban, en Écosse, et Clarenville, à Terre-Neuve. Il a été inauguré le 25 septembre 1956 et comptait 36 canaux téléphoniques.

Câbles sous-marins en fibre optique

Les premiers câbles à fibre optique ont été mis au point dans les années 1980, et le premier câble téléphonique transatlantique à fibre optique a été le TAT-8, qui est entré en service en 1988. De nos jours, les câbles à fibres optiques ont leurs fibres disposées dans un anneau auto-réparateur pour augmenter la redondance, et leurs sections sous-marines suivent des trajectoires différentes le long du fond marin. Certains systèmes ont des points d’atterrissage doubles où ils arrivent à terre.

Coupe transversale d’un câble à fibre optique. Source : Oona Räisänen/Wikimedia Commons

Aujourd’hui, 99 % des données traversant les océans sont transportées par des câbles sous-marins. En 2012, les données circulaient sans erreur à 100 Gbps sur des routes de l’océan Atlantique allant jusqu’à 6 000 km. Cela signifie qu’un câble typique était capable de déplacer des dizaines de téraoctets de données par seconde, les connexions transatlantiques les plus rapides prenant moins de 60 millisecondes (1/1 000 d’une seconde).

Carte 2007 des câbles sous-marins. Source : Rarelibra/Wikimedia Commons

Câbles sous-marins et sécurité nationale

La toute première action de la Grande-Bretagne après avoir déclaré la guerre pendant la Première Guerre mondiale fut de faire couper par le câblier Alert les cinq câbles sous-marins qui reliaient l’Allemagne à la France, l’Espagne, les Açores et l’Amérique du Nord.

Cela obligea les Allemands à communiquer par radio, ce qui signifiait que la section de cryptoanalyse de l’Amirauté britannique pendant la Première Guerre mondiale, connue sous le nom de Salle 40, pouvait écouter.

Aujourd’hui, le Pentagone s’inquiète du fait que des navires comme le Losharik semblent accéder à des câbles sous-marins à des profondeurs beaucoup plus grandes, où les câbles sont plus difficiles à surveiller et à réparer.

Ils s’inquiètent particulièrement du fait que les Russes puissent puiser dans ces câbles, ce que les agences américaines sont en mesure de faire depuis longtemps. Les États-Unis ont conclu avec les câblodistributeurs des “accords de sécurité des réseaux” qui leur permettent d’assurer la surveillance de la majorité du trafic vocal et Internet dans le monde.

Les États-Unis assurent la conformité des câblodistributeurs en permettant à la Federal Communications Commission (FCC) de retarder l’approbation de nouvelles licences de câblodistribution. L’étendue de l’accès de la National Security Agency (NSA) aux câbles à fibre optique est classifiée.

Comme les navires doivent être informés de l’emplacement des câbles, les cartes des câbles sous-marins sont largement disponibles. Cela pose des problèmes de sécurité pour les différentes nations. Des sites Web tels que TeleGeography affichent des cartes et des listes de près de 350 câbles couvrant plus de 880 000 km d’océan.

Ces dernières années, l’activité navale russe s’est accrue le long des couloirs de câbles connus. Un article paru dans le New York Times en 2015 décrivait comment les satellites, les navires et les avions espions américains surveillaient le navire espion russe Yantar alors qu’il suivait un câble au large de la côte Est des États-Unis.

Les États-Unis ont également posé des câbles secrets qui sont utilisés pour des opérations militaires et qui ne sont pas indiqués sur les cartes disponibles. Il est possible que des navires russes, comme le Losharik, recherchent ces câbles.

Aujourd’hui, l’Australie considère son système de câbles sous-marins comme vital pour l’économie nationale, et l’Australian Communications and Media Authority (ACMA) a créé des zones pour protéger les câbles afin de restreindre les activités qui pourraient endommager les câbles.

Réparation de câbles

Les câbles peuvent être brisés par les ancres des navires, les chalutiers de pêche, les tremblements de terre, les courants et même les morsures de requins. Après 1980, les câbles ont été enfouis, mais cela n’a pas empêché des ruptures importantes de se produire.

En 1929, le tremblement de terre de Terre-Neuve a causé un glissement de boue sous-marin massif qui a brisé plusieurs câbles transatlantiques. En juillet 2005, un câble fournissant les principales communications du Pakistan a été coupé, perturbant environ 10 millions d’utilisateurs d’Internet.

En 2006, le tremblement de terre de Hengchun a rendu inutilisables les câbles entre Taiwan et les Philippines, et en 2008, trois incidents distincts ont endommagé des câbles en Méditerranée et au Moyen-Orient.

En 2011, le tremblement de terre de Tohoku a endommagé les câbles menant au Japon et, en août 2017, un câble sous-marin près de Djeddah, en Arabie saoudite, a de nouveau interrompu le service Internet vers le Pakistan.

Pour réparer le câble, les navires réparent soit en amenant le câble en entier à la surface, soit en coupant le câble et en ne ramenant que la partie endommagée. Ensuite, une nouvelle section est ajoutée.

Navire de pose de câbles sous-marins. Source : David Monniaux/Wikimedia Commons

Antarctique

Aujourd’hui, l’Antarctique reste le seul continent non relié par un câble sous-marin de télécommunications. Les câbles à fibres optiques devraient résister à des températures de -80 ° C et à l’écoulement de la glace de mer.

Lire aussi : Internet repose sur de grands câbles sous-marins – et ils sont vulnérables

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *