Le travail manuel favorise-t-il le bonheur ?

La neurochimie du travail avec les mains.

  • Travailler avec ses mains a un effet positif sur la chimie du cerveau.
  • Les technologies de l’automatisation peuvent nous priver d’un sens de l’action et d’un sens dans notre vie.
  • L’utilisation de vos mains vous relie à votre environnement d’une manière que la plupart des technologies ne peuvent pas faire.

La violence est devenue une partie intégrante du tissu social américain et beaucoup d’histoires passent sans trop de commentaires. Les fusillades de masse doivent être plus importantes et plus grandioses que jamais pour faire la une des journaux ; les homicides solitaires reçoivent rarement un coup d’œil. Nous passons sous silence l’augmentation du taux de suicide comme si c’était prévisible. Et puis il y a Chandler, en Arizona.

Une série d’attaques récentes est passée pratiquement inaperçue. Un homme a attaqué avec un couteau, un autre a agité un revolver de calibre 22. D’autres jettent des pierres. Certains font dévier des voitures vers leurs victimes. Une femme frustrée a eu recours à une tactique ancienne : crier.

Peut-être n’avons-nous pas discuté de ces attaques parce que leurs victimes ne sont pas des humains, ni même des animaux, mais des membres de la flotte Waymo. Les résidents de Chandler sont frustrés par l’émergence des voitures autonomes.

Dans son histoire des luddites, Rebels Against the Future, Kirkpatrick Sale réfute l’idée que ces bandes de travailleurs anglais étaient contre la technologie. Leur gagne-pain dépendait des compétences que les nouvelles filatures de coton et de laine remplaçaient. Comme le dit Sale :

Méfiez-vous du choc technologique, comptez les coûts terribles, comprenez les mondes qui se perdent dans le monde qui se gagne, réfléchissez sur le prix de la machine et de ses systèmes sur votre vie, prêtez attention au monde naturel et à sa destruction croissante, résistez à la catastrophe séduisante de l’industrialisme.

Pendant que les luddites faisaient rage contre les machines, le neuroscientifique Kelly Lambert dit que les médecins prescrivaient du tricot aux femmes anxieuses. Les professionnels de la santé ont senti que le fait de travailler avec leurs mains calmait les femmes au foyer. Il semble qu’en utilisant notre héritage biologique, une merveilleuse adaptation de la bipédie – des mains agile et souples aux pouces opposables – est nécessaire pour une santé mentale optimale.

Bien sûr, les luddites étaient soucieux de nourrir leur famille, non pas de tisser du coton en soi, mais perdre une telle partie intégrante de votre identité vous force à affronter votre valeur en tant qu’être sensible. La combinaison de mouvements répétitifs (par exemple, le tricot) et la production d’un produit tangible (un chapeau ou une écharpe) peut être thérapeutique. Lambert a inventé le terme “behaviorceuticals” pour honorer ce précieux médicament.

Dans son dernier livre, Well Grounded, Lambert note les effets dévastateurs des technologies d’automatisation sur notre cerveau :

Notre vision de la prospérité dans les sociétés occidentales contemporaines, avec le confort des créatures comme un environnement luxuriant et divers services personnels pour éviter l’effort physique, peut suffoquer nos fonctions neurales.

Matthew Crawford est d’accord. Il était “toujours endormi” alors qu’il travaillait dans un groupe de réflexion à Washington. Bien qu’il gagne plus d’argent que jamais auparavant, il sentait qu’une part importante de lui-même était perdue. Il a quitté le poste lucratif pour devenir mécanicien automobile, ce qui lui a valu son livre Shop Class as Soulcraft, publié en 2009.

Il y pose l’idée qu’en tant que société, nous avons fait reculer le rôle du travail. Au lieu de nous faire le champion du travail manuel, qui, selon lui, est plus stimulant intellectuellement que son travail de bureau, nous choisissons de récompenser financièrement et socialement les carrières qui dépendent de l’ordinateur pour travailler pour nous. L’industrialisation s’est accompagnée de l’automatisation, les propriétaires d’entrepôts cherchant à maximiser leur capital tout en minimisant les coûts de main-d’œuvre. Dans ce processus qui s’étend sur deux siècles, une partie essentielle de notre humanité a disparu. Comme l’écrit Crawford :

La dégradation du travail est en fin de compte une question cognitive, enracinée dans la séparation de la pensée et de l’action.

Et cela, comme le dit l’émission du dimanche matin de CBS ci-dessus, nous vole aussi notre bonheur. Pourtant, le “bonheur” est un terme éphémère : notre sens du sens a disparu. Selon Pew, entre 1980 et 2015, les emplois de bureau ont augmenté de 94 %, tandis que le travail physique n’a augmenté que de 12 %. Bien qu’il y ait de la valeur dans toute forme de travail engageant, la perte du travail avec nos mains signifie que nous ne nous engageons plus avec notre environnement. Ce n’est pas étonnant que l’anxiété et le stress montent en flèche.

Dans Tools of Titans, Tim Ferriss raconte l’histoire de Hans Kneeling, un avocat prospère de Century City qui a quitté son emploi bien payé après avoir pratiqué le parapente au Brésil. Bien que ses pairs le trouvaient fou, Kneeling dirige maintenant une entreprise de surf aventure sur les plages de Florianopolis, où il offre des forfaits aux cadres stressés. L’argent qu’il a échangé n’était pas une perte ; s’occuper de son environnement, en l’occurrence l’océan, a donné à sa vie le sens qu’il avait perdu en mélangeant des documents pour des clients très puissants.

Crawford dit que c’est ce qu’il y a de mieux :

Au cours des trente dernières années, les entreprises américaines sont passées de la production de biens (aujourd’hui réalisés ailleurs) à la production de marques, c’est-à-dire d’états d’esprit chez le consommateur, et ce changement trouve son corrélat dans la production de mentalités chez les travailleurs.

Trois immeubles plus bas, un vieil immeuble d’appartements de l’école est en ruines depuis que nous y avons emménagé il y a quatre ans. L’appartement à l’avant est doté de grandes baies vitrées qui entourent tout l’étage, non pas dans le style moderniste chic, mais dans un parfait retour en arrière des années 60. Ces fenêtres ont longtemps été recouvertes de feuilles de papier.

Au cours du dernier semestre, cependant, les travailleurs se sont remodelés. Quand ma femme et moi passions l’autre jour, nous avons remarqué l’équipe de construction dehors. Elle est allée nous demander si nous pouvions faire une visite. Le chef d’équipe a souri et a dit que personne ne l’avait vu depuis qu’ils avaient commencé à travailler.

Alors qu’il nous guidait à travers les quatre appartements et la maison arrière, il était fier de chaque détail que son équipe avait géré. Il s’avère qu’un ermite vivait sur toute cette propriété ; la maison arrière de trois chambres à coucher était réservée à ses deux chiens et à un chat. Les ouvriers ont donné un sérieux coup de fouet à l’endroit sans compromettre les touches classiques d’Angeleno du milieu du siècle.

Son sentiment de fierté s’est manifesté dans chaque unité, en disant : “Nous l’avons fait.” Dans Tools of Titans, Kevin Kelly, cofondateur de Wired, dit que chacun devrait construire sa propre maison, que ce n’est pas aussi difficile que vous le pensez. Carl Jung, en fait, a fait ça. Le célèbre psychologue, un homme qui a changé notre façon de penser à nous-mêmes et à notre cerveau, l’a le mieux exprimé en décrivant sa création, un message que nous devrions tous prendre en considération lorsque nous contemplons le sens du sens que nous obtenons en travaillant avec nos mains :

J’ai parfois l’impression d’être étendu dans le paysage et à l’intérieur des choses, et je vis moi-même dans chaque arbre, dans le clapotis des vagues, dans les nuages et les animaux qui vont et viennent, dans le cortège des saisons.

Lire aussi : Se détacher de la malbouffe produit des symptômes de sevrage similaires à ceux de la toxicomanie

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *