Une entreprise de biotechnologie a reçu la permission pour essayer de ressusciter les décès cliniques


Un essai sans précédent mené par une société de biotechnologie américaine tente de ressusciter les décès cliniques.

Bioquark Inc. a obtenu la permission de recruter 20 patients qui ont été déclarés cliniquement morts en raison d’une lésion cérébrale traumatique. Les chercheurs tenteront de ramener certaines parties du système nerveux central à la vie grâce à une combinaison de thérapies novatrices, y compris l’injection quotidienne de peptides dans la moelle épinière, l’injection de cellules souches dans le cerveau deux fois par semaine, la thérapie laser transcrânienne et des techniques de stimulation nerveuse.

Les participants à l’essai seront certifiés morts et gardés en vie avec des systèmes de survie. La mort cérébrale est définie comme la perte totale et irréversible de la fonction cérébrale. Les patients atteints de maladies cérébrales sont incapables de respirer car leur tronc cérébral n’est pas fonctionnel, ce qui est responsable des rythmes de la vie, comme le rythme cardiaque et la respiration.

Réanimer les cellules mortes

Un patient en état de mort cérébrale peut être relié à un respirateur artificiel. La perte de fonction du tronc cérébral est considérée comme permanente. Cependant, des études récentes ont suggéré qu’un peu d’activité électrique et de flux sanguin persistent même après la mort cellulaire cérébrale, mais pas assez longtemps pour permettre au corps entier de fonctionner. En déployant ces techniques et méthodes, les chercheurs espèrent améliorer le pouls des patients, la saturation d’oxygène de sang, la tension et la respiration.

Au cours de plusieurs mois, les participants à l’étude seront surveillés en utilisant des équipements d’imagerie cérébrale pour détecter les signes de régénération, en particulier dans la moelle épinière supérieure. Les chercheurs émettent des hypothèses pour que les cellules souches du cerveau puissent se transformer d’un état mature à un état immature.

Bien que la réanimation des cellules mortes puisse ressembler à de la science-fiction, c’est un processus qui peut être trouvé dans la nature. Les salamandres, par exemple, peuvent faire repousser des membres entiers, tout comme les méduses immortelles qui sont les seules espèces capables d’alterner les cycles de rajeunissement et de vieillissement.

Selon le Dr Ira Pastor, PDG de Bioquark Inc. : «Cela représente le premier essai de son genre et une autre étape vers le renversement éventuel de la mort dans notre vie.”

“Nous venons de recevoir l’approbation de nos 20 premiers sujets et nous espérons commencer à recruter des patients immédiatement dans ce premier site ; nous travaillons maintenant avec les hôpitaux pour identifier les familles où il peut y avoir un obstacle religieux ou médical au don d’organes.

Pour entreprendre une initiative si complexe, nous combinons les outils biologiques de médecine régénératrice avec d’autres dispositifs médicaux existants qui sont généralement utilisés pour la stimulation du système nerveux central, chez les patients souffrant d’autres troubles graves de la conscience. Nous espérons voir les résultats dans les deux ou trois premiers mois.”

La quête de l’immortalité

Il est trop tôt pour déclarer si la résurrection des morts est cliniquement possible. Si les chercheurs sont en mesure de reprendre le fonctionnement du cerveau des participants, ce sera un tremplin majeur dans la quête de l’immortalité.

“C’est une vision à long terme que l’on peut considérer comme un rétablissement complet de ces patients, bien que ce ne soit pas l’objet de cette première étude, mais c’est un pont pour cette éventualité”, a déclaré Pastor au Telegraph.

En ajoutant à ces remarques, Sergei Paylian, fondateur et président de Bioquark Inc., a noté :

“Grâce à notre étude, nous obtiendrons des idées uniques sur l’état de la mort cérébrale humaine, qui aura des liens importants avec le développement thérapeutique futur pour d’autres troubles graves de la conscience, tels que le coma et les états consciences minimales et végétatifs, ainsi qu’un éventail de maladies dégénératives graves, y compris la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.”

Sources : NewstargetScienceAlertTelegraphTechTimesBioQuarkMNNScience.NaturalNews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *