Pacifique occidental : la marine sud-coréenne montre les muscles aux côtés de trois porte-avions US


Des bâtiments de la marine de guerre sud-coréenne se sont joints le 11 novembre à trois porte-avions américains, dans une démonstration de force inédite à l’adresse de la Corée du nord, dans le Pacifique occidental.

L’exercice conjoint dans le Pacifique occidental, qui doit se poursuivre durant quatre jours, mobilise les porte-avions USS Ronald Reagan, USS Nimitz et USS Theodore Roosevelt, ainsi que sept navires sud-coréens, dont trois destroyers, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Les bâtiments de la marine de guerre sud-coréenne se sont joints le 11 novembre à ces manœuvres militaires, visant à intimider Pyongyang, dont les ambitions nucléaires sont au centre de la tournée en Asie du président américain Donald Trump.

C’est la première fois depuis dix ans que des manœuvres de ce type mobilisent trois porte-avions. «L’exercice est destiné à renforcer la dissuasion contre les menaces nucléaires et les missiles de la Corée du nord et à démontrer notre préparation à repousser toute action provocatrice du Nord», a déclaré un porte-parole du ministère.

La Corée du Nord dénonce régulièrement ces manœuvres, destinées selon elle à préparer une invasion de son territoire, et réplique parfois avec ses propres manœuvres militaires ou des tirs de missile.

La marine américaine a fait savoir de son côté que les bâtiments américains allaient conduire des exercices de défense, de surveillance maritime, de riposte aérienne, entre autres opérations.

Ces manœuvres interviennent dans la foulée de la visite du président Trump à Séoul et Pékin, dominées par la menace nucléaire nord-coréenne.

Dans un discours musclé devant l’Assemblée nationale sud-coréenne, Donald Trump a appelé le 8 novembre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un à ne jamais sous-estimer la détermination de l’Amérique et à renoncer à son programme nucléaire, avant de dénoncer les horreurs d’une «dictature cruelle». Mais au cours de sa tournée actuelle en Asie, Donald Trump s’est parfois montré plus conciliant en évoquant des «progrès» et de possibles négociations.

Source : RT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *