8 aliments du futur que vous mangerez dans 30 ans


La recherche scientifique ne nous apporte pas seulement des options alimentaires plus commodes et moins coûteuses, mais aussi l’espoir de surmonter les problèmes de durabilité. L’industrie de la viande joue un rôle important dans le changement climatique ; environ 10% des émissions totales de gaz à effet de serre de l’Amérique proviennent du secteur agricole en 2014, avec près d’un tiers du carbone attribuable au méthane provenant du bétail, selon l’Environmental Protection Agency. Pendant ce temps, la population de la Terre est en croissance rapide, et beaucoup sont inquiets sur la façon de nourrir les 9 milliards de personnes qui habiteront la planète en 2050.

Voici quelques aliments que les scientifiques et les entreprises sont en train d’élaborer aujourd’hui, qui sont prêts à faire une démonstration dans les assiettes ou dans les boîtes à lunch dans un avenir proche.

Les insectes

insectes

Photo : Getty

Les insectes, la source de nourriture le plus susceptible de se trouver dans nos assiettes, comme les grillons, les sauterelles et les vers. Vous pouvez déjà acheter des pâtes et des barres alimentaires faites avec de la farine de cricket pour ajouter des protéines supplémentaires dans les repas, vous pouvez aussi manger les grillons en entiers. Les portions de 100 grammes de criquets et de sauterelles représentent environ 13 et 21 grammes de protéines. D’autres explorent les vers de farine et les mouches soldats comme source de graisse alimentaire.

Le débat se poursuit sur la quantité d’insectes plus respectueux de l’environnement que la viande ; une étude de l’année dernière a constaté que les grillons nourris avec des régimes de faible qualité n’a pas autant grandi que ceux nourris avec une plus haute qualité des régimes semblables à ce que les agriculteurs fournissent aux bétails. La mouche soldat n’a pas souffert de cette même question, et a produit des protéines de manière plus efficace.

Il parait que les insectes ont bon goût lorsqu’ils sont préparés correctement, rapporte le New York Times, et j’ai apprécié les pâtes de cricket quand j’ai goûté. Mais une acceptation plus large exigera probablement de surmonter nos tabous culturels. Environ deux milliards de personnes se penchent déjà sur les arthropodes, alors pourquoi ne pas les rejoindre ?

La viande cultivée en laboratoire

viande-labo

Un hamburger à base de boeuf cultivé. Photo : David Parry / PA Wire

Les scientifiques dans les entreprises comme Memphis Meat et Mosa Meat cherchent également à vaincre les problèmes du bétail en modelant les cellules souches dans les tissus animaux et en utilisant ce tissu comme chair synthétique. Une étude de 2011 publiée dans la revue Environmental Science and Technology a révélé que la viande cultivée impliquerait 7 à 45% d’énergie en moins, 78 à 96% de réduction des émissions de gaz à effet de serre et 99% moins d’utilisation des terres que la viande européenne conventionnellement produite.

Il faudra probablement 10 à 20 ans jusqu’à ce que nous voyons de la viande synthétique, a déclaré le scientifique Mark Post à Gizmodo, bien que sa société pourrait commencer à vendre le produit dans quelques années. Selon les sources, les premiers échantillons de la galette de viande sans viande de 300 000 $ ne sont pas très bons ; «comestibles, mais pas délectables». Il travaille maintenant à l’amélioration de la saveur.

Le poisson d’élevage

poisson-élevage

Photo : Getty

Bien sûr, il y a des raisons éthiques de ne pas manger de la viande ; les vaches, les chèvres et les porcs sont des choses vivantes. Mais si vous avez encore envie de chair, il y a au moins une option qui pourrait être meilleure : le poisson. Mis à part les problèmes d’émissions mentionnés ci-dessus, l’élevage du bétail prend aussi beaucoup de terre, et beaucoup d’aliments du bétail. Les poissons ne demandent qu’une fraction de la quantité d’aliments pour générer la même quantité de protéines.

La surpêche est une préoccupation majeure, mais une étude récente a révélé que des pratiques durables telles que des limitations sur la pêche pourraient être en mesure d’augmenter les stocks de poisson d’ici 2050. Si de meilleures pratiques de pêche commerciale sont mises en œuvre et sont combinées avec des progrès en aquaculture ou pisciculture, nos assiettes pourraient bientôt être remplie de la prise du jour. «Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la plupart de nos aliments aquatiques proviennent maintenant de l’agriculture plutôt que de la pêche», a déclaré Malcolm Beveridge à Quartz l’an dernier, ancien directeur de Aquaculture and Genetics at WorldFish. En 2011, l’agriculture a franchi une étape historique lorsque le monde a exploité plus de poissons que le bœuf pour la première fois.

Faux poisson

faux-poissons

Le prototype de crevette synthétique de New Wave Foods. Image via Dominique Barnes

Si nous cultivons de la viande dans un laboratoire, pourquoi ne pas faire pousser du poisson ? Les chercheurs de la NASA ont créé des filets de poisson complets en imbibant le muscle de poisson rouge dans le sérum bovin fœtal, un processus aussi utilisé par les fabricants de viande faux. Une autre société, New Wave Foods, cherche à créer des crevettes synthétiques à partir d’algues rouges.

Comme Gizmodo l’a déjà rapporté, le jury se demande toujours si ces faux-produits de viande peuvent résoudre nos problèmes de ressources naturelles. “Je pense qu’il est beaucoup plus logique de dire que cela pourrait être un bien de luxe”, a déclaré Oron Catts, le directeur de SymbioticA, un centre de recherche en biotechnologie à l’université de Western Australia.

Les algues

algues

Microalgues. Image : CSIRO/Wikimedia Commons

Les microalgues, comme les autres plantes, se nourrissent de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Une étude de 2013 de l’Awesomely intitulé Algal Research Journal a révélé que ces petites créatures vertes produisent une quantité de protéines, de graisses et de glucides qui font d’elles une bonne source de nutriments dans les produits alimentaires. Une étude plus récente a révélé que certaines espèces d’algues contiennent beaucoup d’acides gras oméga 3, ainsi que d’autres acides gras qui pourraient favoriser une bonne santé cardiaque.

Vous connaissez peut-être quelqu’un qui a déjà mangé des algues. Soylent a inclus la farine d’algues dans ses boissons de substitution de repas. Les algues ont ensuite été blâmées pour une foule de problèmes gastro-intestinaux chez les consommateurs, donc Soylent a éradiqué l’ingrédient douteux. Bloomberg rapporte que les produits de TerraVia, le fournisseur d’algues Soylent, ont également rendu les gens malades. Mais ce ne sera probablement pas la fin des algues, puisque TerraVia nie que leur farine est le coupable et les nouveaux produits de Soylent contiennent encore des huiles à base d’algues.

Tout OGM

tout-ogm

Graines de tomates cerises hybrides au laboratoire Hazera Genetics, Israël. Photo : Getty

La modification génétique fait déjà des apparitions dans le maïs, le soja, le colza, la betterave à sucre, les pommes de terre et autres légumes, principalement pour conférer une résistance aux pesticides ou aux herbicides, de sorte que les insectes et les mauvaises herbes ne ruinent pas les récoltes. Mais pourquoi s’arrêter là ? Le nouvel outil d’édition de gènes CRISPR permet aux scientifiques de modifier les génomes des plantes avec une précision incroyable ; Les scientifiques l’ont utilisé pour produire des pommes qui ne pourrissent pas et des porcs résistant aux virus. Les scientifiques suédois ont prétendu manger le premier repas CRISPR jamais servi cet automne dernier, selon la revue Science.

Le «tout OGM» effrayera probablement beaucoup d’Américains, dont beaucoup qui ne comprennent pas que ces produits sont considérés comme tout à fait sans danger.

Alimentation imprimée en 3D

alimentation-3d

Un biscuit imprimé en 3D fabriqué à partir de farine d’insectes à la Wellcome Collection à Londres. Photo : AP

Les aliments imprimés en 3D pourraient économiser du temps de cuisson et offrir une option savoureuse et facile à manger pour les personnes âgées souffrant de difficulté à avaler. Même la NASA investit dans la recherche d’aliments à impression 3D en gravité zéro pour que les astronautes puissent «cuisiner» pendant les missions spatiales lointaines.

Lire aussi : Des milliards de nanoparticules de plastique retrouvées dans les coquilles Saint-Jacques

Source : Gizmodo – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

  1. Franck dit :

    Erreur de l’article: les algues et le plancton se nourrissent du CO2 atmosphérique, ce qui fait que les océans sont le principal puits de carbone de la planète. Pour la nourriture, les protéines animales peuvent être remplacées par la spiruline, une grosse bactérie (une cyanobactérie appelée improprement algue microscopique) bourrée de protéines riches, d’oméga 6, de vitamines A + etc, de fer, d’antioxydants (la remarquable phycocyanine)…une merveille de la nature. En plus d’être un excellent aliment elle présente des avantages préventifs vis-à-vis du diabète, des défenses de l’organisme. Des ONG comme TechnAp luttent activement en Afrique par exemple contre la malnutrition et les maladies opportunistes du sida. Il faut acheter de la spiruline française, celle venant de Chine est de moins bonne qualité. Il existe de nombreuses recettes de cuisine. Les éleveurs français peuvent reconvertir leur exploitation en fermes de spiruline, une quinzaine l’a déjà fait (voir le site des spiruliniers de France). La spiruline est avec les insectes le seul aliment sérieux du futur.
    [admin : Merci pour ces précisions c’est rectifié]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *