Des chercheurs disent avoir recréé numériquement une partie du cerveau d’un rat

chercheurs-cerveau

Après plusieurs années de recherche, des chercheurs de 82 institutions à travers le monde ont rapporté jeudi qu’ils avaient réalisé la reconstruction d’une partie d’un cerveau de rat dans un ordinateur.

La recherche a été en partie soutenue par le Human Brain Project, plus d’un milliard de dollars pour le programme de recherche européen. Le rapport vient directement du Blue Brain Project, qui vise à reconstruire le cerveau d’un rat et finalement le cerveau humain dans un ordinateur.

Les deux programmes de recherche ont été controversés. Des centaines de neuroscientifiques ont signé une lettre ouverte en 2014 critiquant à la fois l’ensemble du projet et la faisabilité de l’objectif de reconstruction.

Henry Markram, de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, qui dirige les deux projets, a déclaré que ce que lui et ses nombreux collègues avaient atteint était la première version d’une carte fonctionnant avec 30 000 cellules du cerveau.

Il a dit que ce n’était pas encore suffisant pour que les scientifiques puissent en effet reconstruire le cerveau humain, qui contient 85 milliards de neurones ou plus, mais que c’était une première étape.

Cori Bargmann, co-directeur du Kavli Neural Systems Institute à l’université Rockefeller, qui a été intimement associé à Brain Initiative, un autre programme de recherche à long terme, a déclaré que le rapport était un “tour de force incroyable” dans son accumulation de données.

Mais, dit-elle, les “simulations sont à leurs débuts”, et donc cela signifie que les grands objectifs de reconstruire un cerveau entier sont encore flous. “Ils ont construit un 747, et il se déplace lentement sur la piste”, dit-elle. “Je ne l’ai pas encore vu voler, mais c’est prometteur”.

La reconstruction que le docteur Markram envisage est un outil de recherche qui encode numériquement certaines caractéristiques de neurones et leurs connexions qui sont communes à tous les cerveaux. Ce n’est pas un rêve futuriste de télécharger une personnalité humaine dans un ordinateur.

Pour construire une version numérique d’une partie d’un cerveau de rat, les chercheurs n’ont pas enregistré les détails de chaque cellule. Ils ont utilisé les données de quelques cellules pour informer à quoi le tout ressemblerait. Ils ont alors simulé certains types d’activité cérébrale et ont constaté que la reconstruction a agi comme le tissu vivant. Toutes les données pour la reconstruction seront disponibles pour d’autres scientifiques.

Le rapport, publié dans Cell, une revue scientifique, est l’un des plus longs rapports de neurosciences jamais publié, et plusieurs neuroscientifiques ont refusé de commenter avant la publication en raison du temps nécessaire pour l’évaluer entièrement.

Source : The New York Times

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *