Un pilote de l’US Navy partage sa rencontre spectaculaire avec un OVNI en forme de “Tic Tac”


Un ancien pilote de la marine américaine a partagé sa rencontre intrigante avec un “OVNI en forme de Tic-Tac”. Il croit que le vaisseau n’était pas de ce monde.

pilote-ovnis-Joe Rogan

Gauche : Un objet volant non identifié montré sur une photo obtenue pour la première fois par le New York Times. Droite : Commandant David Fravor. Crédit : ABC News

David Fravor est un pilote de chasse à la retraite qui a rencontré en 2004 un énorme objet sous-marin au large de San Diego.

Ces derniers temps, il a accordé plusieurs entrevues à divers médias grand public et partagé son expérience extraordinaire. Le commandant Fravor explique que son escadron a vu un objet de la taille d’un 737 juste sous la surface de l’eau.

“En regardant tous les deux du côté droit de notre avion, nous avons vu une perturbation dans l’eau et un objet blanc, oblong pointant vers le nord”, a déclaré le commandant Fravor.

L’OVNI était un objet de 12 mètres de long qui avait l’air d’un “Tic Tac” se déplaçant de façon erratique “en avant, en arrière, à gauche, à droite”. Le commandant Fravor a tenté d’intercepter l’objet, mais l’engin a décollé à une vitesse incroyable.

Les images maintenant célèbres ont été acquises par l’ancien fonctionnaire du Pentagone Luis Elizondo et publiées avec deux autres vidéos par To The Stars Academy, un organisme de recherche sur les ovnis fondé par le rockeur de Blink-182. Comme indiqué précédemment, la société To the Stars Academy of Arts & Sciences a lancé le projet de recherche ADAM axé sur l’étude des artefacts extraterrestres. Le groupe a clairement indiqué qu’il est possible que ses membres soient en possession d’échantillons de matériel extraterrestre provenant d’OVNI. Ces artefacts extraterrestres seront maintenant examinés par des spécialistes.

Les images des observations, déclassifiées par l’armée, n’ont été rendues publiques qu’en décembre 2017 par le New York Times et un groupe qui fait des recherches sur les OVNI.

“C’était extrêmement abrupt, comme une balle de ping-pong qui rebondit sur un mur”, a déclaré le commandant Fravor en décrivant la rencontre. “La capacité de planer au-dessus de l’eau, de passer de zéro à plus de 3500 mètres d’altitude et d’accélérer en moins de deux secondes est quelque chose que je n’ai jamais vu de ma vie.”

Apparaissant sur le podcast Joe Rogan Experience plus tôt ce mois-ci, le commandant Fravor a parlé de son observation. Il a également révélé comment d’autres pilotes étaient “sortis du bois” pour lui raconter leurs propres expériences.

“Ils ne se sentent pas seuls”, dit-il. “L’un d’eux était pilote d’hélicoptère de la Marine. Il pilotait un CH-53, un gros engin lourd que le Le Corps des Marines des États-Unis utilise pour certaines choses. Au large de la côte Est, ils tirent beaucoup, à l’époque c’était au large de Porto Rico.”

Comme le rapporte News Au: “Le commandant Fravor a déclaré que le travail du pilote de l’hélicoptère au moment de l’incident, au milieu ou à la fin des années 90, consistait à récupérer les drones cibles aériens du BQM, qui déploient un parachute et tombent dans l’océan, ainsi que les torpilles de télémesure sous-marine qui recueillent les données avant de lâcher le lest et d’envoyer le ballon en surface.”

“L’hélico laisse tomber un nageur dans l’eau, il accroche le tout et ils reviennent en avion. La première fois qu’ils sont sortis et qu’ils allaient prendre un BQM, il est assis à l’avant – dans le CH-53, on peut voir par les pieds – et quand il regarde en bas, ils sont à 15 mètres au-dessus de l’eau, il voit ce genre de masse noire qui vient des profondeurs”, dit-il.

“Pendant qu’ils hissent le BQM, il regarde ce truc en disant : ‘Qu’est-ce que c’est que ça ?’ Et puis il redescend sous l’eau. Une fois le BQM hors de l’eau, cet objet redescend dans les profondeurs.”

Le pilote a trouvé l’incident “assez bizarre”, selon le commandant Fravor. Et quelques mois plus tard, ça s’est reproduit. “Il est en train de ramasser une torpille, ils accrochent le plongeur au treuil, et en l’abaissant, il voit cette grosse masse”, dit-il.

“Il dit : ‘Ce n’est pas un sous-marin.’ Il a déjà vu des sous-marins. Une fois qu’on a vu un sous-marin, on ne peut pas le confondre avec autre chose. Ce gros objet, de forme circulaire, sort des profondeurs et il se met à crier dans l’interphone pour leur dire de tirer le plongeur vers le haut, et le plongeur n’est qu’à quelques mètres de l’eau.”

Il a poursuivi : “Ils inversent le treuil et le plongeur se dit : ‘Qu’est-ce qui se passe, bon sang ?’ Et tout à coup, il a dit que la torpille venait d’être aspirée sous l’eau et que l’objet venait de redescendre dans les profondeurs. Ils ne l’ont jamais retrouvé.”

Le commandant Fravor a dit que le pilote de l’hélicoptère était catégorique : la torpille “n’a pas coulé” mais “avait littéralement l’air d’avoir été aspirée”. Il a dit que le pilote a parlé au New York Times de l’incident avant l’histoire de 2017, mais “ils voulaient quelque chose de plus nouveau”.

Le commandant Fravor s’est émerveillé devant la technologie exposée par les objets, dont jusqu’à une douzaine avaient été suivis par les systèmes radar de l’USS Princeton dans les semaines précédant l’observation de son escadron.

“Ils descendaient de plus de 24 380 mètres et descendaient à environ 6 100 mètres. Ils traînaient ensemble, puis remontaient tout de suite après trois ou quatre heures”, a-t-il déclaré.

“Il suffit de penser à la physique – 24 380 mètres est l’endroit où l’on peut commencer à voir la courbure de la Terre. C’est considéré comme l’espace, ils viennent d’en haut. Elon Musk de SpaceX est vraiment excité parce qu’il peut lancer une fusée, faire revenir un propulseur sur Terre et atterrir sur un pad. C’est un exploit technique très impressionnant. À côté de cette technologie, c’est comme une Ford T à côté d’une Porsche.”

Le commandant Fravor a dit qu’il spéculait, mais soupçonne que les objets “manipulaient le champ de gravité et se déplaçaient dans un vide”. “En théorie, on pourrait voler, aller dans l’océan, faire une croisière, revenir en arrière, aller dans l’espace. Vous supprimez les barrières de la propulsion normale que nous avons aujourd’hui” a-t-il dit.

En mai de cette année, l’US Navy a annoncé que les observations d’OVNI feront l’objet d’une enquête, mais les données restent confidentielles.

Les pilotes et les autres membres du personnel sont tenus de respecter les nouvelles directives de la US Navy et de signaler les rencontres avec des objets volants non identifiés.

“Les organismes de sécurité de l’aviation militaire conservent toujours le signalement des dangers pour l’aviation en tant qu’information privilégiée afin de préserver l’établissement libre et honnête des priorités et la discussion sur la sécurité parmi les équipages d’aéronefs”, a déclaré Joe Gradisher, porte-parole du bureau du chef adjoint des opérations navales de la guerre de l’information dans un communiqué.

“De plus, tout rapport produit à la suite de ces enquêtes comprendra, par nécessité, des informations classifiées sur les opérations militaires.”

Il a ajouté : “Par conséquent, on ne s’attend pas à ce que l’information soit divulguée au grand public.”

Lire aussi : L’Armée américaine confirme : Les avions de chasse seront équipés de “traqueurs d’ovnis”

Source : MessageToEagle – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *