Oui, Amazon a bien imaginé une cage à destination de ses employés !

Un brevet déposé par le géant américain Amazon il y a deux ans a récemment créé une polémique sans précédent. En effet, il s’agissait d’une cage pour les employés travaillant dans les entrepôts. Mais Amazon a déclaré ne pas avoir l’intention de fabriquer cet équipement.

Dans plusieurs pays, la firme Amazon spécialisée dans le e-commerce est accusée de faire vivre un enfer à ses employés. Citons par exemple l’enquête du New York Times de 2015 évoquant des méthodes managériales agressives, ou encore certains salariés écossais réduits à dormir dans des tentes proches de leur lieu de travail en raison du prix exorbitant de la navette mise à disposition pour rejoindre leur domicile. Plus récemment, nous évoquions un brevet concernant un bracelet connecté destiné à la surveillance des employés.

Une nouvelle polémique a entaché le géant américain puisqu’un ancien brevet alerte la presse. Tout est parti d’une récente publication de deux chercheurs experts en intelligence artificielle, à savoir Kate Crawford et Vlandan Joler, membres du Share Lab, un laboratoire en lien avec l’Université de Novi Sad (Serbie). Leur but était de détailler le fonctionnement et l’anatomie de l’IA des enceintes Amazon Echo.

En revanche, le point numéro 15 de leur démonstration évoquait le brevet en question, baptisé System and Method for transporting Personnel within an active Workspace (Système et méthode de transport pour le personnel dans un environnement de travail actif) et déposé le 8 mars 2016 auprès de l’United States Patent and Trademark Office (USPTO).

Il s’agirait selon les chercheurs du brevet américain n° 9980157, qui aurait été « dissimulé parmi les milliers de brevets détenus par Amazon », illustrant « de façon extraordinaire l’aliénation des travailleurs ». Les auteurs de la publication évoquent « un tournant décisif dans la relation entre les humains et les machines ».

Il s’agit concrètement d’une cage en métal, dans laquelle se trouve un poste de travail équipé d’accessoires mobiles et destiné à des activités de manutention, qui serait un dispositif de sécurité selon Amazon. Alors qu’un vent de contestation est naturellement né à la parution de ce brevet, Dave Clark – responsable des opérations d’Amazon – a apporté des justifications en réponse à un tweet publié par le Seattle Times qui relayait l’information le 7 septembre 2018.

L’intéressé à déclaré que « parfois, même les mauvaises idées font l’objet d’un brevet » et qu’Amazon n’avait pas l’intention de l’utiliser. Dave Clark a évoqué « une bien meilleure solution », à savoir « un petit gilet que les associés peuvent porter et qui empêche les unités robotisées à proximité d’eux de bouger ».

Chacun se fera son idée sur la question, mais force est de constater que le brevet a bien été déposé et qu’un représentant d’Amazon a bel et bien réfléchi à un tel concept de cage.

Sources : SciencePostBusiness InsiderNumerama

Ce site Web utilise des cookies. En savoir plus