La première étude détaillée approfondit le mystère des vastes monuments de pierre en Arabie Saoudite


Dans le nord de la péninsule arabique, en bordure du désert du Néfoud, les archéologues ont récemment catalogué de vastes monuments en pierre datant de 7 000 ans.

En forme de longs rectangles, les structures « mustatils » sont un mystère, mais de nouvelles preuves suggèrent qu’elles étaient peut-être utilisées à des fins rituelles ou sociales.

Les mustatils sont parmi les plus anciennes formes de structures de pierre à grande échelle, antérieures de plusieurs milliers d’années aux pyramides de Gizeh. Des centaines de ces structures ont été identifiées, et les archéologues pensent qu’elles sont liées d’une manière ou d’une autre à l’augmentation de la territorialité lorsque la région autrefois luxuriante a fait place à un désert aride.

La découverte des mustatils a été documentée pour la première fois en 2017, grâce à la photographie par satellite, qui a révélé l’ampleur et le nombre de ces structures énigmatiques dans le champ de lave du désert de Harrat Khaybar en Arabie Saoudite.

Appelées « portes » en raison de leur aspect aérien, elles étaient décrites comme « deux courtes et épaisses lignes de pierres entassées, à peu près parallèles, reliées par deux ou plusieurs murs beaucoup plus longs et plus fins ».

(Groucutt et al., The Holocene, 2020)

Une équipe d’archéologues dirigée par Huw Groucutt, de l’Institut Max Planck pour l’écologie chimique en Allemagne, a mené des recherches similaires. En étudiant les images satellites de la bordure sud du désert du Néfoud, ils ont identifié 104 nouveaux mustatils. Ils sont ensuite allés sur le terrain et les ont étudiés de près.

Comme les mustatils de Harrat Khaybar, les mustatils du désert du Néfoud sont constituées de deux plates-formes courtes et épaisses, reliées par des murets de longueur beaucoup plus importante pouvant atteindre plus de 600 mètres, mais jamais plus d’un demi-mètre de haut.

Des méthodes de construction similaires peuvent être observées dans plusieurs mustatils : des pierres verticales ont été placées à la verticale dans le sol pour former la forme de base du mur, et des roches ont été empilées pour remplir l’espace entre elles, comme le montre l’image ci-dessous. L’une des structures a donné du charbon de bois, ce qui a permis de dater le mustatil d’il y a 7 000 ans.

(Groucutt et al., The Holocene, 2020)

Ce fut une période intéressante dans l’histoire de la région. Elle s’inscrit dans la période humide africaine, qui a commencé il y a environ 14 600 à 14 500 ans et s’est terminée il y a environ 6 000 à 5 000 ans.

À cette époque, le Sahara et la péninsule arabique avaient des précipitations beaucoup plus abondantes qu’aujourd’hui, et étaient beaucoup plus verts et luxuriants.

Mais cette période n’a pas duré aussi longtemps dans la péninsule arabique. Une étude récente suggère que les prairies ont atteint leur expansion maximale il y a environ 8 000 ans, après quoi la région s’est très rapidement asséchée, laissant place à un paysage plus semblable à celui que nous voyons aujourd’hui.

Il est difficile de savoir à quoi servaient les mustatils et pourquoi ils sont si nombreux. Mais les chercheurs pensent que la compétition accrue pour les ressources et le territoire suite à l’aridification pourrait avoir joué un rôle.

Une étude minutieuse a révélé que les longs murs des structures n’avaient pas d’ouvertures, et qu’il y avait une curieuse pénurie d’artefacts archéologiques, comme des outils en pierre, à l’intérieur et autour de ces structures. Cela suggère, selon les chercheurs, que les mustatils n’étaient probablement pas utilitaires, utilisés pour le stockage de l’eau ou le corrillage du bétail, par exemple.

(Groucutt et al., The Holocene, 2020)

Leurs recherches ont permis de découvrir des assemblages d’os d’animaux, y compris des animaux sauvages et des os de bovins ou d’aurochs – bien qu’il ne soit pas clair si ces derniers étaient sauvages ou domestiqués. Et une pierre a été trouvée avec un motif géométrique, illustré ci-dessus. Elle se trouvait sur la surface d’une plateforme d’extrémité à l’intérieur d’une des mustatils, où toute personne se tenant à l’intérieur pouvait la voir.

« Notre interprétation des mustatils est qu’il s’agit de sites rituels, où des groupes de personnes se réunissent pour effectuer une sorte d’activités sociales actuellement inconnues », a déclaré M. Groucutt. « Peut-être étaient-ils des sites de sacrifices d’animaux, ou de fêtes. »

Une autre possibilité est suggérée par la proximité de certaines des structures. Peut-être, selon les chercheurs, le but des mustatils était-il de les construire – une activité de lien social pour accroître les compétences de coopération de la communauté.

« L’absence de fonctions utilitaires évidentes pour les mustatils suggère une interprétation rituelle. En fait, les mustatils semblent représenter l’un des premiers exemples connus de comportements rituels à grande échelle codés dans la pratique de la construction et de l’utilisation de monuments », écrivent-ils dans leur article.

« Nos conclusions indiquent que les mustatils, et en particulier leurs plates-formes, sont des archives importantes de la préhistoire arabe, et que leurs recherches et fouilles futures seront probablement très enrichissantes, conduisant à une meilleure compréhension des développements sociaux et culturels. »

Ces recherches ont été publiées dans The Holocene.

Lire aussi : Découverte de poissons au Sahara – Qu’y a-t-il de plus enterré sous le sable ?

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *