Est-ce que la planète Neuf existe vraiment ? Les astronomes disent qu’une planète fantôme se cache dans les profondeurs de notre système solaire

Un article de Quanta Magazine a apporté d’autres preuves que notre système solaire pourrait héberger une neuvième planète quelque part au-delà de Pluton. Dans la nouvelle étude astronomique, les chercheurs ont trouvé une planète naine potentielle appelée 2015 BP519 sur une orbite très artificielle.

La mécanique orbitale correspond à une prédiction faite par les chercheurs californiens qui ont défendu l’existence de la “Planète Neuf”, une planète dont la masse est environ 10 fois supérieure à celle de la Terre. Ceci a conduit à la conclusion que la planète fantôme affecte l’orbite du nouveau planétoïde.

Des chercheurs de l’Université du Michigan (UMich) ont mené la nouvelle étude. Une équipe dirigée par David Gerdes parcourait les données de l’étude sur l’énergie noire lorsqu’ils sont tombés sur la planète naine possible dans un endroit peu probable. L’orbite de 2015 BP519 est inclinée de 54 degrés par rapport au plan du système solaire.

Il se trouve que la planète naine a été trouvée dans la même zone visitée par les astéroïdes de la ceinture de Kuiper. Les orbites peu communes de cette dernière ont conduit les chercheurs du California Institute of Technology Konstantin Batygin et Michael Brown, à affirmer que les astéroïdes étaient poussés hors du plan du système solaire par la planète Neuf.

Une neuvième planète fantôme est censée pousser les astéroïdes hors du plan du système solaire.

Dans leur étude de 2016, Batygin et Brown ont prédit que la neuvième planète finira par pousser les astéroïdes de la ceinture de Kuiper vers des inclinaisons orbitales supérieures. Éventuellement, ils peuvent se joindre à un autre groupe d’astéroïdes qui orbitent le Soleil perpendiculairement au plan du système solaire.

“Il n’y a pas vraiment moyen de mettre quelque chose sur une telle orbite, si ce n’est que c’est exactement ce que nous avions prédit avec la planète Neuf”, a fait remarquer M. Brown au sujet des résultats de l’étude UMich. Son partenaire Batygin a souligné comment la position de la planète naine correspond presque à l’un des emplacements dans leur modèle informatique.

Découverte pour la première fois en 2014, la planète naine 2015 BP519 est devenue l’objet d’une obsession pour Gerdes et son équipe de recherche. Ils ont étudié son orbite inclinée à l’infini, effectuant de nombreuses simulations de ses mouvements pendant de nombreuses années pour tenter de comprendre comment elle s’est retrouvée si loin du plan du système solaire.

Finalement, ils ont ajouté une neuvième planète à la simulation, une qui avait les mêmes caractéristiques que la planète Neuf. Ils ont rapporté que la force constante exercée par la planète expliquait l’inclinaison de l’objet.

Il y a vraiment la Planète Neuf là-bas ?

D’autres chercheurs se sont abstenus d’adopter immédiatement l’idée de la neuvième planète. Ils soulignent à quel point nous savons peu de choses sur le système solaire dans sa jeunesse, quand il était encore en train de naître.

La théorie générale est que notre Soleil a pris forme au milieu d’un tas d’autres étoiles. En ces temps tumultueux, les premières planètes auraient pu suivre des orbites sauvages qui ne ressemblaient en rien à celles qu’elles occupent aujourd’hui.

Le départ de ces étoiles laisserait le système solaire primitif abritant encore de nombreuses planètes naines. N’importe quel groupe de ces planétoïdes aurait pu fournir la poussée ou la traction gravitationnelle qui a finalement mis leur compagnon BP519 de 2015 sur son orbite impaire.

Pourtant, l’idée d’une neuvième planète est séduisante. Les chercheurs ont découvert que des exoplanètes dont la masse varie de deux à dix fois celle de la Terre se retrouvent dans toute la galaxie.

Notre système solaire est apparemment le seul à ne pas avoir un de ces corps célestes très communs. Les voisins connus de la Terre sont soit plus petits que notre planète, soit beaucoup plus grands.

Lire aussi : La Planète Neuf existe peut-être bien : Un objet extrêmement éloigné découvert bien au-delà de Pluton

Sources : Cosmic News via QuantaMagazine.org, ARXIV.org – Traduit par Anguille sous roche

Ce site Web utilise des cookies. En savoir plus