Les conneries de la positive attitude (Et pourquoi le conflit peut être bon)


Le conflit n’est pas vraiment quelque chose que nous aimons…

À MOINS, bien sûr, si vous avez une dépendance psychologique à la création dramatique. Dans ce cas, vous pouvez demander une intervention thérapeutique.

Non, en général, la plupart d’entre nous recherchent une vie sans conflit dans laquelle nous sommes aimés et acceptés par ceux qui nous entourent. Très peu de gens aiment être détestés (sauf si vous êtes une sorte de masochiste anarchique). La plupart des gens veulent s’intégrer, être validés, acceptés et approuvés par les autres… ce qui est tout à fait normal.

Mais que se passe-t-il lorsque ce désir d’éviter les conflits devient pathologique ?

La réponse est que nous devenons des gens qui veulent plaire, sacrifiant notre authenticité pour entrer dans un moule qui reçoit l’approbation des autres.

Non seulement cela, mais lorsque le fait d’éviter les conflits devient pathologique, nous pouvons même commencer à adopter une approche de la vie qui se limite aux “bonnes ondes”.

Regardons les choses en face : à première vue, c’est mignon et ça sonne new-age-spirituel. Mais l’adoption de cette philosophie de la vie axée uniquement sur les attitudes positives est en fait l’une des attitudes les plus préjudiciables sur le plan émotionnel, psychologique et spirituel que l’on puisse adopter.

Pourquoi ?

Parce que lorsque nous sommes piégés dans le cycle de recherche d’ondes positives et d’évitement des conflits, nous ne grandissons pas vraiment en tant que personnes. Non seulement cela, mais nous pouvons devenir ce que j’appelle “négativité phobique”, ce qui signifie que nous développons une phobie du conflit qui peut entraîner un comportement assez extrême et ironiquement négatif.

Les conneries des “seulement des bonnes ondes”


J’ai rencontré et vu ma juste part de gens de bonne volonté dans mon domaine de travail. Je suis également le créateur et l’administrateur de quatre groupes Facebook qui, au moment d’écrire ces lignes, comptent un total de plus de 300 000 membres.

Une chose que j’ai remarquée et qui est constamment apparue, peu importe l’environnement ou le contexte, c’est que les gens n’aiment pas la pensée critique. La pensée critique est généralement perçue comme quelque chose de “négatif” et de peu recommandable. Le questionnement et la mise en évidence des failles et des erreurs logiques sont généralement mal vus et presque immédiatement rejetés, de même que la personne, qui est perçue comme un “troll”, un “fauteur de troubles”, une “personne argumentative” ou, plus malheureux que tout, une “personne non éveillée”.

Non seulement cela, mais la plupart des gens dans les communautés “spirituelles” et d’entraide ont tendance à être très réactifs face à toute forme de conflit émotionnel – ou au mieux, passive-agressive et moralisatrice. C’est comme si l’ego spirituel que les gens adoptent ajoutait une couche supplémentaire de difficulté à gérer la négativité. Nous développons ces idéaux et croyances forts sur la vie basés sur une rhétorique spirituelle régurgitée (comme “tout est Amour”, “Amour et Lumière”, “Penser des pensées heureuses”) qui nous choque quand quelqu’un arrive comme de la merde à ce sujet, nous sommes choqués.

Je pense que ce choc est le résultat de la peur et de la colère. Peur qu’on se trompe. La peur que nos croyances spirituelles ne soient plus en train de pacifier ou de créer une bulle de réconfort autour de nous. Et la colère parce que nous voulons instinctivement nous défendre – l’ego n’aime pas être contesté ou réfuté. L’ego veut se sentir spirituellement juste ; il veut la paresse des “bonnes vibrations seulement” car il n’y a pas de défi et donc pas de menace.

Mais vouloir et désirer “seulement de bonnes vibrations” signifie que nous sommes dans un état constant de résistance à la réalité. Essayer de créer une vie de “bonnes ondes seulement”, tout en étant compréhensible (surtout si vous avez lutté avec beaucoup de tristesse, de perte et de haine de soi dans le passé), limite votre croissance à chaque niveau.

Pourquoi diaboliser et éviter les conflits limitent-ils votre croissance ? Nous examinerons la question plus en détail plus loin.

Pourquoi le conflit est un puissant professeur

Je ne suis pas innocent et je ne suis pas à l’abri des luttes de “l’ego spirituel”. En tant que personne qui a été élevée dans un environnement chrétien fondamentaliste, on m’a appris à défendre mes dogmes, à résister aux autres, tout en essayant d’éviter les conflits et de convertir les autres.

Avance rapide pour rencontrer mon partenaire et co-auteur de ce site, Sol. Ou devrais-je dire : Shiva, le destructeur de mondes. Entrer dans une relation avec cet homme a été la chose la plus dévastatrice pour mon ego que j’aie jamais vécue – et je dis cela comme une bonne chose. Le fait d’entrer fréquemment en conflit au cours des premières années de notre relation a été la chose la plus importante qui m’a aidée à m’éveiller spirituellement.

Bien sûr, ce n’était pas joli. J’ai souvent ressenti beaucoup d’apitoiement sur mon sort, de ressentiment et de colère autour de mes croyances qui étaient systématiquement remises en question et détruites (bonjour M. INTJ). Mais c’est en gardant le cœur ouvert à ce conflit et en choisissant d’en tirer des leçons que j’ai transformé ma vie pour toujours.

Sans que quelqu’un raconte des conneries sur toutes les façons dont je me suis menti à moi-même, je ne serais jamais là où je suis aujourd’hui. Sans que quelqu’un me montre où je me suis trompé, il m’aurait fallu des années pour développer la conscience de moi-même que je possède maintenant.

Voilà pourquoi le conflit est un professeur si puissant :

  • Le conflit vous aide à développer activement plus de patience et d’indulgence envers les autres.
  • Le conflit vous aide à “voir au-delà du voile” des actions de l’autre et à développer une compréhension et une compassion plus profondes pour lui.
  • Les conflits révèlent vos propres zones de vulnérabilité et d’insécurité.
  • Le conflit éclaire vos tendances à l’ombre.
  • Les conflits peuvent montrer où vous vous trompez vraiment.
  • Le conflit est un professeur sans conneries qui révèle comment vous pouvez grandir davantage.
  • Le conflit est un moyen de tester votre maturité émotionnelle et spirituelle.

Avoir quelqu’un dire “non, tu as tort, et voilà pourquoi” ou “c’est totalement ridicule” est un cadeau d’une immense valeur. Même si la personne ne vient PAS d’un endroit conscient ou bienveillant, c’est un don d’expérimenter le conflit pour les autres, car il révèle la vérité sur soi-même.

La façon dont nous réagissons aux autres en dit long sur notre capacité à pratiquer la bonté et la compréhension.

La façon dont nous réagissons aux autres est le reflet de notre propre niveau de maturité ou d’immaturité.

La façon dont nous réagissons aux autres est un miroir de notre propre douleur, de notre insécurité et de nos peurs.

Il y a une grande différence entre répondre et réagir. La réponse vient d’un lieu centré sur la conscience et la compréhension. Réagir vient de l’inconscience et de l’ignorance.

Vous sentez-vous mentalement ou émotionnellement menacé par une autre personne qui vous “raconte des conneries” ou vous défie ? Vous sentez-vous insulté par une autre personne ? BON. Trouvez la leçon. Découvrez l’enseignement spirituel. Cette personne est dans votre camp et se trouve ici pour vous en chair et en os.

Au lieu de réagir sans réfléchir, arrêtez-vous et soyez présents. Soyez curieux. Pourquoi cette personne vous traite-t-elle d’une manière aussi irrespectueuse ? Pourquoi ton ego se sent-il si blessé ? Croyez-vous secrètement que la personne pourrait avoir raison ? Pourquoi est-ce une mauvaise chose ? Quelle est la cause réelle de l’agression de l’autre personne ? Qu’est-ce qui se cache derrière leur colère ?

Posez des questions et soyez ouvert à accepter la vérité. En fin de compte, votre décision d’apprendre des conflits vient d’un choix : choisissez-vous d’utiliser la spiritualité comme une tétine qui renforce votre ego et vous met à l’aise ? Ou bien choisissez-vous d’utiliser la spiritualité comme un moyen de rechercher la vérité et la croissance intérieure authentique, ce qui peut parfois être inconfortable ?

9 signes de négativité et de phobie


Idéalement, toutes les pratiques spirituelles nous aideraient à répondre avec maturité, compassion et compréhension à la négativité. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Êtes-vous négatif et phobique ? Lisez les signes suivants pour plus de clarté :

  • Vous évitez à tout prix les personnes ou les situations qui vous mettent mal à l’aise.
  • Vous êtes attirés vers l’aspect plus léger et plus “conscient” de la spiritualité, mais vous vous sentez repoussés (et peut-être aussi irrésistiblement attirés) par le côté obscur ou le chemin de la spiritualité du monde souterrain.
  • Vous ne pouvez pas bien gérer la critique (même si c’est une critique bien intentionnée) et vous vous sentez contrarié.
  • Vous vous sentez anormalement sur la défensive ou sur la garde autour des autres.
  • Vous êtes très sensible aux pensées et aux opinions des gens à votre sujet.
  • Vous essayez intentionnellement de bloquer toute forme de négativité dans votre vie.
  • Vous refusez de reconnaître vos parts d’ombre.
  • Vous avez tendance à être un idéaliste.
  • Vous ressentez des émotions intenses et accablantes comme la colère, la peur, la haine ou le dégoût lorsque vous êtes confronté à une personne négative.

À combien de ces signes pouvez-vous vous identifier ? Soyez honnête. Si vous êtes sérieux au sujet de l’évolution consciente, il est important d’affronter la réalité.

Comment faire face aux conflits

Embrasser le conflit ne signifie pas l’apprécier ou le rechercher. Au lieu de cela, embrasser le conflit, c’est adopter une attitude consciente qui valorise l’expérience comme quelque chose d’utile pour apprendre et grandir à partir de celle-ci.

Après de nombreuses expériences en matière de conflit, voici ce que j’ai appris :

1. Arrêtez-vous et prenez une grande respiration. Attrapez-vous avant de réagir. Allez-vous en s’il le faut. Prenez quelques instants pour vous rassembler, puis répondez.

2. Demandez-vous : “Qu’est-ce que cette personne ou cette situation m’enseigne secrètement ?” Bien sûr, la personne peut se comporter comme un con****, mais quel message s’incarne à travers ses actions ?

3. Soyez curieux et adoptez une attitude de conscience intéressée lorsque vous vous sentez provoqué. Regardez les émotions qui surgissent dans votre corps. Examinez les pensées dans votre esprit. Prenez note de ce que vous ressentez. Pour ce faire, vous devez pratiquer la pleine conscience.

4. “Qu’est-ce qui se cache derrière la colère de cette personne ?” Cessez de prendre les émotions et les motifs apparents au pied de la lettre. Essayez de penser à toutes les raisons possibles pour lesquelles la personne agit ou essaie de vous faire du mal. Par exemple, ils ont peut-être une faible estime d’eux-mêmes. Peut-être qu’ils se sentent seuls et veulent de l’attention (qu’elle soit bonne ou mauvaise). Peut-être qu’ils viennent de rompre. Peut-être qu’un de leurs proches vient de mourir. Peut-être qu’ils vivent une journée stressante. Peut-être qu’ils se sentent en colère et tristes à propos de la vie. Soyez ouvert à d’autres explications.

5. Si vous êtes provoqué émotionnellement, réfléchissez à l’expérience. Qu’est-ce qui vous a tant exaspéré chez cette personne ? Au lieu de les blâmer pour ce que vous ressentez, essayez de trouver l’opportunité de croissance qui vous est présentée.

6. Comprenez que tout comportement méchant, cruel, vicieux et abusif a ses racines dans la douleur. Quand je dis douleur, je veux dire douleur émotionnelle comme la tristesse, la solitude, le vide et la peur. Une fois que vous pourrez vraiment comprendre cela pour vous-même, vous serez en mesure de garder votre calme. Au lieu de fuir ou d’éviter le conflit, vous l’affronterez et comprendrez ce qu’il y a derrière avec compassion ou au moins compréhension.

Source : LonerWolf – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *