Antarctique : Une nouvelle bactérie “mangeuse d’air” récemment découverte pourrait changer la façon dont nous cherchons les extraterrestres

bactérie mangeuse d'air

Les scientifiques ont fait une autre découverte bizarre en Antarctique, ils ont découvert un nouveau type de bactérie qui peut survivre uniquement grâce aux produits chimiques présents dans l’air. La découverte est importante parce qu’elle pourrait révolutionner complètement la façon dont nous pensons aux organismes extraterrestres vivant sur différentes planètes du cosmos.

Les organismes nouvellement découverts sont capables de survivre grâce à une alimentation de base composée d’hydrogène, de monoxyde de carbone et de dioxyde de carbone, ce qui leur permet de survivre dans les conditions les plus extrêmes où les autres sources d’énergie et de nourriture sont rares ou inexistantes.

Cette découverte soulève un certain nombre de questions liées à la recherche de la vie extraterrestre dans l’univers. Est-il possible que les formes de vie à basse altitude sur d’autres planètes et lunes éloignées puissent survivre grâce à un régime de gaz rares disponibles dans l’atmosphère ?

C’est une nouvelle possibilité que nous devrions envisager selon une équipe de scientifiques de l’université de Nouvelle-Galles du Sud en Australie.

“L’Antarctique est l’un des habitats les plus extrêmes de la planète”, explique Belinda Ferrari, chercheuse principale. “Pourtant, les régions désertiques froides, sombres et sèches abritent une diversité étonnamment riche de communautés microbiennes.”

bactérie mangeuse d'air

Surnommés WPS-2 et AD3, les nouveaux types de bactéries peuvent rester en vie dans des conditions extrêmes. Crédit Image : Shuttershock

“La grande question a été de savoir comment les microbes peuvent rester en vie quand il y a peu d’eau, que les sols sont très pauvres en carbone organique et qu’il y a très peu de capacité à produire de l’énergie à partir du Soleil par photosynthèse dans l’obscurité hivernale.”

Le fait est qu’il y a des endroits où les températures extrêmes, glaciales, offrent très peu ou pas d’eau du tout. Ces endroits restent également dans l’obscurité pendant des mois, ou sont exposés à un rayonnement ultraviolet extrêmement fort, en plus des cycles de gel et de dégel. Tous ces faits font qu’il est difficile pour la vie, comme nous le savons, d’exister.

Cependant, des études ont démontré que malgré tout, la vie trouve un moyen de s’épanouir dans des environnements aussi extrêmes.

Cela a soulevé une question importante parmi les scientifiques : comment différents organismes peuvent-ils rester vivants sans sources d’énergie, comme le carbone transformé en sucre par la photosynthèse ?

Pour répondre à cette question, les scientifiques ont prélevé des échantillons de sol dans deux parties de l’Antarctique libres de glace.

Les chercheurs ont reconstitué les génomes de 23 microbes en étudiant l’ADN microbien du sol avec une méthode de séquençage par fusil de chasse. Les scientifiques ont utilisé de petites sections d’ADN pour recréer le tout et ont pu identifier deux groupes de bactéries inconnues qu’ils appelaient WPS-2 et AD3.

WPS-2 et AD3 n’ont aucun problème pour rester en vie avec peu de lumière solaire, sans énergie géothermique et très peu de nutriments.

C’est une découverte révolutionnaire puisqu’il s’agit de la première forme de vie mangeuse d’air que nous ayons jamais rencontrée.

“Cette nouvelle compréhension de la façon dont la vie peut encore exister dans des environnements physiquement extrêmes et affamés de nutriments comme l’Antarctique ouvre la possibilité que les gaz atmosphériques soutiennent la vie sur d’autres planètes”, explique Ferrari.

Les résultats ont été publiés dans Nature.

Référence : Living on thin air: microbe mystery solved

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *